ActualitéCultureSéries Tv

5 conseils pour déguster au maximum un bon vin

Une mini-série qui n’aura pas échappé aux téléspectateurs de France 2 ainsi qu’aux fins connaisseurs des vignobles. « Les gouttes de dieu », série franco-japonaise, risque de vous donner envie de déguster un bon vin. Faut-il encore savoir comment bien le déguster… Voici 5 conseils.

Le monde de la gastronomie et du savoir-boire est en deuil : Alexandre Léger, créateur du célèbre Guide des vins Léger et figure tutélaire de l’œnologie, vient de s’éteindre à 60 ans dans sa demeure de Tokyo. Il laisse derrière lui une fille, Camille (29 ans), qui vit à Paris. La jeune femme se rend à Tokyo. Lors de la lecture du testament, elle découvre que son père a rassemblé la plus grande collection de vins au monde. Sauf que pour prétendre à cet héritage, Camille devra affronter un jeune et brillant œnologue, Tomine Issei (29 ans également), qu’Alexandre a formé et qu’il qualifie, dans son testament, de “fils spirituel”.

1 – De bonnes conditions pour le vin

On ne déguste pas un bon vin, n’importe où et à n’importe quel moment ! Tout d’abord, certains aliments peuvent altérer et atténuer le goût du breuvage. Il est par exemple déconseillé de boire du café avant de déguster. Afin d’éviter cela, il est préférable de boire du vin avant les repas. Les papilles sont les plus réceptives, à ce moment précis.

Un vin d’excellence se boit dans un endroit éclairé (afin d’apprécier sa robe et ses couleurs), dans un endroit tempéré (un vin chaud n’est pas l’idéal) et enfin dans un endroit sans odeur (pour permettre au nez de ressentir tous les arômes). De plus, il est important de tenir son verre par le pied sinon le vin risque de se réchauffer et de perdre sa saveur.

2 – On goutte avec les yeux !

Pour déguster un vin, il faut faire preuve de patience. Ici, on ne boit pas de la villageoise… Alors, dans un premier temps, il est essentiel de goûter avec les yeux. Il faut regarder le vin, sa couleur et son apparence. Pour cela, il est conseillé de se mettre sur un fond blanc unique et de pencher légèrement le verre avec l’aide du bras qui doit être tendu. Ce geste permet d’observer la « robe du vin ».

Pour les débutants, il est important de regarder l’intensité de la couleur à cet instant. Vous pourrez aussi apprécier sa limpidité, si le vin est un millésime. Par exemple, un vin qui a une certaine transparence est souvent gage d’un excellent cru alors qu’un vin opaque n’est pas un bon présage. Regarder le vin ne se limite pas qu’à ça. Il faut à présent évaluer sa viscosité. Pour ce faire, il faut tourner le verre de vin afin « d’élargir le disque formé à la surface du liquide ». Si le vin est fluide alors il est sans doute, excellent. Au contraire, si le vin est épais voire gras, il ne s’agit pas d’un bon vin.

A lire aussi : En quoi consiste le métier de sommelier ?

3 – Maintenant, on touche avec son nez !

Après la vue, l’odorat. Dans un premier temps, il faut sentir le vin sans le faire bouger. Les vins jeunes ont souvent tendance à être « fermé ». C’est-à-dire que vous ne sentez pas grand chose. Il ne faut pas hésiter à mettre le vin dans une carafe. Dans la carafe, le liquide s’aère et les arômes se décuplent. Dans un second temps, cette fois-ci, vous pouvez tourner le vin disponible dans le verre. Fermez les yeux et sentez le, une nouvelle fois. Vous devez vous laisser emporter par les émotions qui vous traversent, les souvenirs enfouis. Les arômes vous aideront à cela. Il est important de réussir à mettre des mots sur les sensations que le vin vous procure. Vous comprendrez avec le temps qu’un grand cru possède de nombreux arômes mais vous les ressentirez très précisément.

4 – On recrache le vin !

La plupart des individus sur la planète se demandent « pourquoi les dégustations de vins se terminent en recrachant le liquide ? ». L’intérêt de cette pratique est de garder les idées claires et de ne pas tromper le palais pour le reste de la dégustation. Il faut tel un « bain de bouche », « goûter » le vin, avant de le recracher (dans le cadre d’une dégustation). Selon plusieurs sites d’experts dans le domaine, le nez vous aide à ressentir les arômes alors que la langue n’en est pas capable. D’où l’intérêt de sentir le vin avant de le goûter.

En réalité, la langue n’est réceptive qu’à 5 saveurs qui sont : l’acide, l’amer, le sucre, le sel et l’umami. La langue ne peut cependant pas être réceptive aux arômes, c’est en réalité le nez qui permet de recevoir les arômes. Pour des sensations optimales, il ne faut pas hésiter à aspirer de l’air en buvant et de propulser cet air à l’arrière de la bouche. Avec ce mouvement de joues et de la mâchoire, au contact de l’air, les arômes se ressentent d’avantages.

5 – Profitez des sensations en bouche…

Après avoir recraché le vin, il y a différentes façons de reconnaître un excellent cru. Il se mesure via l’intensité laissée dans la bouche. Plus un vin laisse ses arômes dans la zone buccale, meilleur il est. A ce moment précis, d’autres facteurs entrent en jeu. Un vin dit « équilibré » est synonyme d’excellence. Un arôme ne doit pas prendre le dessus sur un autre ou pire le gras d’un vin ne doit pas prendre l’ascendant sur l’acidité de ce même liquide.

A lire aussi : 5 choses que vous ne savez pas sur le vin pour “frimer en soirée” ?

About author

Journaliste
Related posts
ActualitéMusiqueSorties

De quand date la fête de la musique ?

À la uneCinémaSéries Tv

Yellowstone : quand Kevin Costner va-t-il enfin revenir dans la série ?

ActualitéCinéma

On regarde ou pas ? Le comte de Monte-Cristo avec Pierre Niney

ActualitéCinéma

On a revu pour vous ... La folle histoire de l'espace de Mel Brooks

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux