ActualitéPolitique

5 « drames internes » qui ont traversé la droite française

En proposant une alliance avec le Rassemblement national en vue des élections législatives, Éric Ciotti a semé de nouveau le désordre chez les Républicains. Depuis quelques années, la droite républicaine ne cesse de connaître des « crises internes », qui tirent le parti vers le bas. 

Sarkozy et ses affaires judiciaires 

Bismuth, Bygmalion, Kadhafi… Les affaires judiciaires de Nicolas Sarkozy ont eu des répercussions importantes sur la droite française. Les accusations et les condamnations de Nicolas Sarkozy, affectent l’image de son mouvement politique. S’il est aujourd’hui retiré de la vie politique, Nicolas Sarkozy laisse à son parti, une réputation de parti corrompu ou tolérant à la corruption, ce qui peut nuire à la confiance des électeurs. 

Les affaires judiciaires de Nicolas Sarkozy ont créé des divisions au sein du parti. Certains membres comme Gérard Larcher (alors président du Sénat), ou Christian Jacob (alors président du parti) avaient exprimé leur soutien à l’ancien chef de l’État pendant ses déboires judiciaires. Tandis que d’autres comme Valérie Pécresse ou Xavier Bertrand, cherchaient à s’en distancer pour protéger leur propre réputation et celle du parti. Ces divisions à la suite des affaires judiciaires de Nicolas Sarkozy ont affaibli la cohésion et l’efficacité de la droite française. 

Affaire Fillon ou PenelopeGate 

En janvier 2017, le journal Le Canard enchaîné a révélé que l’épouse de François Fillon, Penelope Fillon, avait été employée comme assistante parlementaire de son mari, et qu’il s’agirait d’un emploi fictif

À la suite à ces révélations, le parquet national financier a ouvert une enquête pour détournement de fonds publics, abus de biens sociaux et recel de ces délits. Le candidat LR sera condamné cinq ans plus tard

Pendant la campagne de 2017, François Fillon a tenté de se défendre en affirmant que les emplois de sa femme étaient réels et légitimes, et persiste à poursuivre sa campagne. Mais cette décision crée des divisions dans son parti.

Une partie des membres des LR soutient François Fillon, comme Éric Ciotti, qui dénonce une « manipulation » pour éliminer le candidat de la droite de la course présidentielle. Certains membres des LR demandent que François Fillon se retire de la campagne, comme Alain Juppé qui se voyait déjà comme le remplaçant de Fillon. 

Lors du premier tour de l’élection présidentielle de 2017, François Fillon arrive en troisième position, avec environ 20 % des voix, derrière Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Cette défaite de la droite marque une nouvelle crise au sein du parti

Valérie Pécresse et son score historique 

Alors qu’elle annonçait lors de son premier meeting de campagne de la présidentielle 2022 « La droite est de retour ! », Valérie Pécresse réalise le pire score de l’histoire de son parti lors d’une élection, avec 4,78 %. La campagne ratée de Valérie Pécresse plonge la droite républicaine au plus bas, avec moins de 5 % leurs frais de campagne ne seront pas remboursés par l’État.

La défaite de Valérie Pécresse marque le début de la pire crise chez Les Républicains, qui espérait retrouver une forte place après la défaite de François Fillon en 2017. La candidature de Valérie Pécresse a montré des divisions internes au sein du parti. Certains membres du parti ont soutenu Pécresse, tandis que d’autres ont montré peu d’enthousiasme ou ont exprimé des réserves, ce qui a remis en cause l’unité et à la cohésion du parti

Les départs vers Macron 

Lors des campagnes présidentielles de 2017 et 2022, le départ de certains membres des Républicains comme Édouard Philippe, Gérald Darmanin, Sébastien Lecornu ou encore Rachida Dati pour rejoindre Emmanuel Macron, ont fait du mal au parti de droite. 

Ces départs ont fragilisé le parti, notamment l’unité et la cohésion.  Le départ de membres influents vers Macron a entraîné une perte potentielle d’électeurs traditionnels de droite. Ils ont également renforcé l’image d’un parti divisé et fragmenté aux yeux du public et des médias.

L’alliance avec le RN d’Éric Ciotti

En proposant une alliance avec le Rassemblement National pour les prochaines élections législatives, Éric Ciotti a créé une tempête au sein des Républicains. Pour le président du parti, Les Républicains ne sont pas en mesure d’obtenir une majorité lors des prochaines législatives sans faire d’alliance

De nombreux membres du parti comme Gérard Larcher ou Xavier Bertrand, dénoncent la décision du président des Républicains, et demandent sa démission. Si l’ensemble des membres des Républicains affirment son exclusion du parti, Éric Ciotti continue d’en revendiquer la présidence, en se présentant toujours à son bureau. 

Il annonce même avoir saisi la justice contre son exclusion votée la veille par l’ensemble des cadres de LR. Un nouveau bureau politique pour « valider » son exclusion a été convoqué.

Cet événement marque une nouvelle crise pour les Républicains, qui lors des dernières élections européennes n’ont obtenu que 7,3 % des voix, soit six sièges.

A lire aussi : “Honte à vous monsieur Ciotti ! ” : Pourquoi Sandrine Rousseau a interpellé le président des LR ? | VL Média (vl-media.fr)

About author

Journaliste
Related posts
ActualitéSéries Tv

On débriefe pour vous ... The Last of us, l'amour au temps de l'apocalypse

ActualitéCinémaPop & Geek

10 répliques cultes de la saga Shrek

ActualitéSport

Où faire du sport gratuitement à Marseille ?

ActualitéFrancePolitique

5 dates clés dans la carrière d’Olivier Faure

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux