À la uneCultureMédiasSéries Tv

5 éléments pour comprendre… ce qu’est le Saturday Night Live

De Bill Murray à Eddy Murphy en passant par Adam Sandler, tous ces comédiens maintenant reconnus à Hollywood sont passés par le “Saturday Night Live.” L’émission censée ne durer qu’un certains temps fête ses 46 ans cette année, l’occasion de revenir sur 5 éléments pour comprendre l’engouement autour de l’émission.

1/ Des débuts prometteurs

C’est le 11 octobre 1975 que le show fait son apparition sur NBC sous le nom de “NBC’s Saturday Night” (qui devint en 1976 le “Saturday Night Live” grâce à l’échec du “Saturday Night Live with Howard Cosell” sur la chaîne ABC) et qui met en scène des parodies de la culture et de la politique américaine.

L’idée de programmer une émission humoristique intervient au début des années 1975. Johnny Carson, présentateur de l’émission “Tonight Show” ne souhaite plus enregistrer d’émission le week-end et la chaîne est contrainte d’arrêter les rediffusions de l’émission le samedi soir. Dick Ebersol est alors approché par le directeur de la chaîne, Herb Schlosser. D.Ebersol accepte et propose à Lorne Michaels de l’accompagner sur ce projet.

Pour le mener à bien, les deux producteurs s’inspirent de deux shows humoristiques : l’émission culte en Angleterre “That Was the Week That Was” de 1962-1963 présentée par David Frost et des shows humoristiques improvisés de Chicago, développés dans les années 50 et 60.

L’émission hebdomadaire du “SNL” devient rapidement un rendez-vous incontournable. Les chiffres de téléspectateurs ne cessent d’augmenter au fil des années et l’émission s’impose comme la référence du show humoristique dans le monde.

2/ Une émission tremplin qui ne vieillit pas

Depuis les débuts, l’émission fonctionne de la même façon. Elle commence par un “cold open”, un petit sketch teaser annonçant la couleur de l’émission et se terminant toujours par la phrase mythique “Live from New York, it’s Saturday Night !”. S’ensuit ensuite un long monologue de l’artiste qui présente l’émission, puis la troupe intervient pour réaliser des sketchs, diffusés en direct la plupart du temps.

Au fil des ans, l’émission se fait connaître comme un tremplin par les artistes travaillant devant comme derrière la caméra. Doug Spero, professeur de communication au Meredith College en Caroline du Nord a défini l’émission comme étant “un ticket d’entrée pour être une vedette de comédie”.

Les personnes choisies pour jouer les sketchs ou présenter le show sont rarement très connus. Ce sont souvent de jeunes artistes en début de carrière qui interviennent. Apparaître pendant une saison du SNL ou lors d’une émission permet souvent aux artistes de se faire connaître et de faire carrière. De ce fait, Jimmy Fallon (The Tonight’s Show), Adam Sandler (Uncut Gems) ou encore Andy Samberg (Brooklyn Nine-Nine) ont, à leur début, fait leur apparition dans le show et sont devenus par la suite des personnes connus de la télévision américaine.

3/ Les polémiques

En plus de son casting incroyable, l’émission est aussi connue pour les polémiques qu’on put générer certains de ses sketchs. En 2020, Jimmy Fallon le présentateur du “Tonight’s Show” a dû s’excuser sur le réseau social Twitter lorsqu’une vidéo de lui dans un sketch du “SNL” a ressurgi. Au début des années 2000, le présentateur apparaît grimé en personne noire afin d’incarner Chris Rock, un ancien membre du show, lors d’un sketch avec Darrell Hamond.


En 2011, c’est le sketch avec Teran Killam, jouant un quarterback, et Jason Sudeikis, jouant Jesus, qui a été mal reçu par une partie de la communauté catholique. Dedans, Jesus est montré comme une personne ennuyée par les prières du quarterback et soutenant la cause mormone. Il n’en fallait pas plus pour déclencher la colère chez certains. Pat Robertson un télévangéliste a indiqué que ce sketch était un sketch “anti-catholique” et “écoeurant”.

4/ Les récompenses

Si l’on devait résumer le SNL en chiffre c’est : près de 270 nominations aux Emmy Awards, 67 Emmy Awards gagnés, 3 peabodys Awards et 4 Writers Guild of American’s Awards. De plus, suite à leurs scripts, vingt cast members ont été nominés pour trente-six Primetime Emmy Awards. En tout, cinq d’entre eux en ont gagné un.

En 2002, SNL a atteint la dixième place du classement du “Greatest TV Shows of All Time” dans le magazine TV Guide. Le TIME magazine l’a aussi inclus dans son top “100 Best TV Show of All-Time” en 2007. Le New York Times a par ailleurs sorti une étude sur les cinquante télévisions avec le plus de “like” Facebook en 2006, l’émission s’est classée en tête du classement.

Un palmarès jamais égalé dans l’histoire de la télévision. Plus de quarante ans après sa création, l’émission n’a pas pris une ride et ne cesse de se réinventer, démontrant l’intemporalité du programme qui ne cesse de faire rire jeunes et grands à travers les Etats-Unis mais aussi à travers le monde.

5/ Copié mais jamais égalé

Le palmarès du Saturday Night Live fait rêver et c’est compréhensible. L’émission dure dans le temps et attire les foules, ce qui fait que plusieurs pays se sont lancés dans l’aventure “SNL”. Ainsi, l’Allemagne, l’Espagne, l’Italie, la Finlande, la Corée du Sud, le Japon ou encore l’Égypte a repris le “SNL” et l’a transposé à leur sauce. Cela a parfois payé comme en Allemagne, l’émission à fait ses preuves dans les années 1990, ou en Italie où l’émission a duré quatre saisons. Mais cela c’est aussi arrêté très vite comme en Espagne. L’émission n’a pas réussi à attirer des téléspectateurs et s’est terminée en 2009 au bout de douze épisodes.

En France, l’aventure commence en 1990 avec l’émission “Les Nuls, L’Emission” menée par le trio composé d’Alain Chabat, Chantal Lauby et de Bruno Carette. De 2003 à 2004 c’est “Samedi Soir en Direct” présenté par Kad Mérad et Olivier Baroux qui prend le relais. L’émission diffusée sur Comédie! fonctionne mais coûte trop cher à produire, ainsi après un an l’émission est arrêtée.

Récemment, c’est Gad Elmaleh qui a voulu s’attaquer au mastodonte que représente le Saturday Night Live avec le “Saturday Night Live de Gad Elmaleh”. Malgré ces 3.8 millions de téléspectateurs l’émission qui devait être diffusée trois ou quatre fois par an n’est pas renouvelée. Dans sa critique, le journal LePoint relevait que l’émission était trop centrée sur Gad Elmaleh, faisant de l’ombre aux autres humoristes. Ce n’est donc pas un Saturday Night Live qui fut diffusé mais un one-man show de Gad Elmaleh accompagné de ses amis.

About author

Journaliste
Related posts
À la uneActualitéFranceSanté

Covid-19 : quelles sont les stratégies du gouvernement français sur les vaccins ?

À la uneEconomieFranceSociété

Des "zones commerciales protégées" pour les commerçants

À la uneInternational

Des hommes sur Mars d'ici 4 à 6 ans ?

À la uneSéries Tv

Les nouvelles aventures de Sabrina partie 4 : découvrez le trailer

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux