ActualitéCinéma

5 éléments pour comprendre la carrière de François Truffaut

Dans le numéro de septembre de Sight and Sound, François Truffaut a été qualifié « d’amateur très passionné, mais empoté » par le réalisateur américain Quentin Tarantino. L’occasion d’en discuter en revenant sur 5 étapes marquantes de la carrière de la figure emblématique de la Nouvelle Vague.

Jeunesse et débuts dans le journalisme de cinéma

Après une enfance difficile, marquée par l’absence de son père, la distance de sa mère et l’école buissonnière, François Truffaut rencontre le critique de cinéma André Bazin en 1948. A 16 ans, il vient de faire la première rencontre marquante de sa vie. Voyant en ce jeune homme un fort potentiel, André Bazin prend François Truffaut sous son aile et lui permet d’intégrer la rédaction des Cahiers du cinéma. Il rejoint alors une équipe de jeunes journalistes aux côtés desquels il s’aguerrit et se construit une solide réputation dans son milieu. Ses avis tranchés et assumés, notamment à l’égard de certains grands noms tels que Claude Autant-Lara ou René Clair, participent à l’émergence d’un cinéma nouveau, plus libre.

Premiers films, premiers succès

Rapidement, le jeune critique a des envies de passer de l’autre côté de l’écran. A seulement 27 ans, il écrit et réalise son premier long métrage en 1959, Les Quatre cents coup. Inspiré de sa propre enfance, ce premier film, qui reste à ce jour l’un de ses plus gros succès, est rapidement suivi par un second l’année suivante, intitulé Tirez sur le pianiste. Sa carrière est désormais lancée et ses succès suivants Jules et Jim (1962) ou encore Fahrenheit 451 (1969) ne viendront que confirmer cela.  

La Nouvelle Vague

Au travers de ses premières réalisations, reflétant une nouvelle vision du cinéma, François Truffaut devient aux côtés d’autres anciens critiques des Cahiers du cinéma devenus cinéastes le précurseur de la Nouvelle vague, un mouvement cinématographique d’un nouveau genre. Cette nouvelle façon de faire du cinéma prône de nouvelles techniques cinématographiques mais également une plus grande liberté pour ce milieu que François Truffaut, Jean Luc Godard ou encore Eric Rohmer trouvent trop cadenassé et monotone. L’émergence de ce mouvement est également largement conditionnée par le contexte dans lequel il apparait, marqué par de grands bouleversements sociétaux dans les années 1960. Nul doute que les Trente Glorieuses, la guerre d’Algérie ou encore les prémices de mai 68 ont largement inspiré l’ancienne bande des Cahiers du cinéma et leur vision du 7ème art.

Le Dernier Métro, dernier coup de génie et consécration

Quatre ans avant sa mort, François Truffaut réalise le chef-d’œuvre de sa carrière, intitulé Le Dernier Métro. Le film raconte l’histoire de Lucas Steiner, un juif allemand réfugié à Paris qui a dû quitter la France occupée, laissant derrière lui sa femme Marion à la direction du prestigieux théâtre Montmartre. L’œuvre connait un succès retentissant et rafle dix Césars dont les cinq plus prestigieux, à savoir celui du meilleur film, du meilleur réalisateur, du meilleur scénario, du meilleur acteur (Gérard Depardieu) et de la meilleure actrice (Catherine Deneuve). En 1983, il sort son ultime film, Vivement dimanche !, avant que la maladie ne l’emporte progressivement.

François Truffaut, acteur et écrivain

Réalisateur, oui, mais pas seulement. S’il est connu pour ses talents à la réalisation, François Truffaut s’est également illustré en tant qu’acteur. En 1970, dans l’Enfant Sauvage, il se résout à jouer le rôle du Dr Itard dans son propre film après avoir longuement cherché en vain l’acteur idéal. Bis repetita en 1973 lorsqu’il interprète le rôle du metteur en scène dans le film La Nuit américaine dont il est également le réalisateur. En 1977, pour la première fois François Truffaut accepte de jouer dans un film dont il n’est pas à l’origine. C’est sous la direction de Steven Spielberg qu’il interprète le personnage de Claude Lacombe dans Rencontres du troisième type. Journaliste dans sa jeunesse, François Truffaut ne s’est jamais éloigné trop longtemps de l’écriture. Il a en effet également marqué par ses écrits, et notamment ses célèbres entretiens avec Alfred Hitchcock en 1962, à l’origine du livre intitulé « Hitchbook », paru en 1966 et dont la trace est aujourd’hui toujours aussi importante dans le milieu du cinéma.

A lire aussi : 10 films avec Tom Hanks à revoir avant Pinocchio

About author

Journaliste
Related posts
ActualitéMédiasMusique

10 moments cultes de l'émission Nouvelle Star

ActualitéCinéma

Pourquoi il faut revoir ... Liaison Fatale d'Adrian Lyne (1987) ?

ActualitéCinémaHistoire

C'est quoi le drame du paquebot "Afrique" en 1920 ?

ActualitéSéries Tv

On regarde ou pas ? La Brea (TF1)

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux