À la uneActualitéCultureInternational

5 éléments pour comprendre… l’affaire Monica Lewinsky

L’affaire Monica Lewinsky sera au cœur de l’intrigue de la saison 3 d’American Crime Story. Intitulée Impeachment, la série reviendra sur l’histoire adultère entre Bill Clinton et Monica Lewinsky.

Après des saisons sur l’affaire O.J. Simpson et sur l’assassinat de Gianni Versace, la saison 3 d’American Crime Story revient au mois de septembre 2021. Celle-ci nommée Impeachment sera autour de l’affaire Monica Lewinsky. VL vous propose cinq éléments pour mieux comprendre le Monicagate qui a affolé les médias américains à la fin des années 90.

Les relations entre Monica Lewinsky et le Président

Monica Lewinsky a grandi dans un milieu aisé en Californie. Un ami de sa mère, grand donateur pour le parti démocrate, réussit à lui obtenir un stage à la Maison Blanche en juillet 1995. La Californienne de 22 ans, titulaire d’un diplôme en psychologie, réalise de petites tâches mais se fond assez rapidement dans les hautes sphères de Washington. La stagiaire et le Président commence à nouer une relation extraconjugale.

Monica Lewinsky et Bill Clinton ont des relations intimes à une dizaine de reprises sur la période de novembre 1995 à mars 1997. Fellations dans le bureau ovale, jeux sexuels ou conversations érotiques au téléphone, les deux amants s’adonnent à de multiples pratiques sexuelles. Les conseillers de Bill Clinton voyant d’un mauvais œil cette relation décide de transférer la stagiaire au Pentagone. Après sa réélection en 1996, le président réussit à revoir plusieurs fois Monica mais décide de mettre fin à cette relation.

Les affaires judiciaires de Bill Clinton

Aux Etats-Unis, un président en exercice peut être convoqué devant le tribunal pour des affaires antérieurs à son élection. C’est le cas pour Bill Clinton. Il trempe dans plusieurs affaires qui ont eu lieu avant sa prise de fonction. Parmi elles, Paula Jones raconte qu’en mai 1991, elle s’est retrouvée invitée dans la chambre de l’ancien gouverneur de l’Arkansas et que celui-ci lui aurait fait des avances avant de se déshabiller.

Elle décide de porter plainte pour harcèlement sexuel en 1994, juste avant que les faits passent sous prescription. Une enquête est ouverte et l’affaire est menée jusqu’à la Cour Suprême en 1997. Elle se prononce contre Clinton et le procès est ouvert. De nombreuses femmes qui ont travaillé ou côtoyé le Président se succèdent à la barre.

Monica Lewinsky se retrouve devant la Cour Suprême et nie avoir entretenu toute relation sexuelle avec le Président des Etats-Unis. Elle réitère lors de sa parution dans l’affaire Whitewater. Dans ce dossier, le clan Clinton est accusé d’avoir fait pression sur David Hale pour obtenir de l’argent.

Des enregistrements téléphoniques et une robe bleue

Monica Lewinsky, après son passage à la barre, continue de travailler au Pentagone. Elle se lie d’amitié avec une de ses collègues, Linda Tripp. Celle-ci l’encourage à garder toutes les preuves de ses relations sexuelles avec Bill Clinton. Parmi elles, une robe bleue tâchée de sperme et de nombreux cadeaux offerts par le président.

Linda Tripp qui nourrit une profonde aversion contre Clinton n’en finit pas là. Pour faire tomber le Président, elle enregistre les nombreuses conversations téléphoniques qu’elle entretient avec Monica à son insu. Dans certaines, elle y parle notamment des relations sexuelles qu’elle a entretenu avec le chef de l’Etat. Elle confie ces enregistrements à Kenneth Starr, le procureur spécial chargé de l’affaire Whitewater en janvier 1998.

Cette nouvelle preuve prouve que la jeune femme a menti sous serment. Elle a commis un parjure considéré comme un crime aux Etats-Unis et punissable de cinq ans d’emprisonnement. Bill Clinton s’entretient avec un juge sur sa relation avec Monica Lewinsky, le 17 janvier 1998. Tout au long de son échange, il nie sous serment avoir eu des relations sexuelles avec elle (« I did not have sexual relations with that woman, Miss Lewinsky »).

Procédure d’impeachment contre Clinton

Monica Lewinsky qui s’est rangée du côté de la justice pour éviter toutes poursuites fournit la fameuse robe bleue au FBI. Les enquêteurs découvrent l’ADN du Président dessus. Bill Clinton est mis sous pression et avoue avoir eu « des relations inappropriées » avec Monica.

Kenneth Starr publie son rapport le 09 septembre 1998. Un document de plus de 400 pages accuse le Président des Etats-Unis de parjure et d’obstruction à la justice. Ces accusations permettent de lancer une procédure d’impeachment le 08 octobre 1998. Après son passage devant le Sénat, Bill Clinton est finalement acquitté. 55 sénateurs sur 100 ont voté contre la mesure. Il fallait une majorité de 67 voix pour condamner le président.

Une affaire surmédiatisée

Après Andrew Johnson et Richard Nixon, Bill Clinton est devenu le troisième président de l’histoire des Etats-Unis à faire l’objet d’une procédure d’impeachment. Les frasques sexuelles entre Monica Lewinsky et le Président ont fuité dans la presse par le biais de Kenneth Starr. Les Américains se sont alors directement intéressés à la vie adultère de leur président.

Dans une société américaine très puritaine, cette histoire a fait grand bruit. Les médias se sont emparés de cette affaire. Ils en ont fait les gros titres et l’ont analysé de long en large. Surtout, cette affaire politique a éclaté à une époque où les chaînes d’informations en continue et les forums sur internet ont commencé à émerger. Un trop plein d’informations autour de cet événement que de nombreux américains ont jugé trop excessif (72% selon un sondage de CNN de 1998).

A lire aussi : 5 éléments pour comprendre … Les vrais Ed et Lorraine Warren de la saga Conjuring

About author

Journaliste
Related posts
À la uneActualitéPolitique

5 éléments pour comprendre ... la crise des sous-marins

À la uneSéries Tv

Lancement du tournage de La Flamme saison 2

À la uneCinéma

Halloween Kills : une dernière bande annonce efficace

À la uneActualitéCinémaInsolite

Un Français regarde Kaamelott 203 fois et bat le record du monde de visionnage d'un film

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux