ActualitéInternationalPolitique

5 opposants à Poutine “éliminés” 

Prigojine a mystérieusement disparu dans ce crash d’avion mercredi 23 août, retour sur les nombreuses morts mystérieuses des opposants de Poutine

« C’était un homme au destin compliqué, qui a commis de graves erreurs dans sa vie, mais qui obtenait les résultats qu’il fallait », avait déclaré Vladimir Poutine à l’occasion de la mort de son ancien allié. Après avoir étendu son influence en Afrique et d’autres régions du monde avec sa milice Wagner, Prigojine s’était retourné contre le chef du Kremlin en faisant marche arrière sur Moscou le 23 juin 2023. Certains y avaient vu une tentative de coup d’état, mais la situation s’était soldée par un accord. Cette rébellion avait entachée l’image « intouchable » du président Poutine. On peut donc avoir des doutes raisonnables, quand on voit le nombre d’opposants morts de manière suspecte, durant ces dernières années.

Anna Politkovskaïa, 2006

Le corps de cette grande journaliste a été retrouvé criblé de balles dans le hall de son immeuble le 7 octobre 2006, le jour de l’anniversaire de Poutine. Elle travaillait pour le journal indépendant Novaïa Gazeta, et était devenue connue pour ses enquêtes sur les violations des droits humains perpétrées par l’armée russe en Tchétchénie. En juin 2014 cinq hommes dont quatre étaient tchétchène ont été condamnés pour des peines allant de 12 à 20 ans de prison, mais le commanditaire du meurtre n’a jamais été retrouvé. La CEDH avait alors condamné la Russie pour leur enquête présentant de nombreuses défaillances.

Livre de Dominique Conil sur la célèbre journaliste

Alexandre Litvinenko, 2006

Selon un rapport de 328 pages de la police britannique, Alexandre Litvinenko a été retrouvé, le 1er novembre 2006, empoisonné à Londres avec du polonium-210, produit incolore et inodore, hautement radioactif. 3 semaines avant sa mort, il avait pris un thé dans un bar du Millennium Hotel, au centre de Londres, en compagnie de Dmitri Kovtoun, un homme d’affaires et d’Andreï Lougovoï, ex-agent du KGB. Alexandre Litvinenko, avait rejoint à Londres l’homme d’affaires Boris Berezovski en 1999, lui même grand ennemi de Poutine qui s’est fait tué à son domicile en 2013, dans des circonstances plus que douteuses. Alexandre Litvinenko avait laissé une lettre posthume dans laquelle il accusait Vladimir Poutine de l’avoir tué…

Sergueï Magnitsky, 2009

Il a été retrouvé mort en prison en 2009 selon les services russes sa mort serait du à de la « négligence ». Pourtant l’enquête a révélé qu’il avait été victime de coups à répétitions et privés de soin pour sa maladie du pancréas. Cet avocat a été mis en prison par les services russes en 2008, après avoir dénoncé une immense fraude fiscale de plus de 300 millions d’euros mettant en cause une affaire de corruption avec le fisc russe et la police. La Cour européenne des droits de l’Homme avait, par la suite, condamné la Russie pour son enquête superficielle.

Mikhaïl Beketov, 2013

Rédacteur en chef du journal local Khimkinskaïa Pravda, cet activiste et engagé écologiquement s’était insurgé contre un projet d’autoroute et avait des suspicions de corruption. Il a été sauvagement passé à tabac en 2008 sans jamais qu’on retrouve les coupables. Dans un état déplorable, il s’était mis à remarcher à l’aide d’une prothèse, mais après plusieurs mois de coma et amputé d’une jambe et de plusieurs doigts, ce héros de la lutte pour l’information a fini par mourrir dans un lit d’hôpital de Moscou le 8 avril 2013.

 Boris Nemtsov, 2015

Opposant au régime de Vladimir Poutine et tué à Moscou en 2015, 4 balles dans le corps à deux pas de la place Rouge, le soir du 27 février 2015. Plusieurs suspectstchétchène, ont été condamnés en 2017 à des peines de prison, mais le véritable commanditaire du meurtre reste introuvable. Il se trouvait accompagné de sa femme le soir du meurtre et avait récemment déclaré qu’il craignait pour sa vie à cause de ses positions politiques. Il avait demandé l’asile politique en Lituanie en 2012. Malheureusement, il ne l’a pas obtenu avant qu’il soit trop tard. On recense plus de 12 oligarques morts accidentellement ou par empoisonnement depuis la guerre en Ukraine. Toutes ces morts ont une coïncidence : des hommes ou des femmes qui se rebellaient contre le système ou tout simplement l’invasion de l’Ukraine.

A lire aussi : Affaires sensibles : pourquoi l’émission de France Inter fait polémique ?

About author

Journaliste
Related posts
À la uneInternational

Présidentielles 2024 : c’est quoi le “Project 2025” de Trump ?

ActualitéFrance

Ça consiste en quoi le métier de « chasseur de tornades » ?

ActualitéRégionsReportages

On a vécu 3 jours … au rythme des fêtes de Bayonne

ActualitéJeux Olympiques Paris 2024

Comment on détermine que la Seine est « baignable » ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux