À la uneEnvironnementInternational

500 espèces d’animaux pourraient disparaître d’ici 20 ans

Rhinocéros

Plus de 500 espèces sont menacées de disparition, selon des scientifiques américains. Les scientifiques redoutent un effet domino qui aurait des répercussions sur d’autres espèces. L’activité humaine en est la cause principale.

Une étude, publiée dans la revue scientifique Proceedings of the National Academy of Sciences, affirme que plus de 500 espèces d’animaux risquent de disparaître d’ici 20 ans. En effet, les scientifiques préviennent la population depuis plusieurs années que la sixième extinction a déjà commencé. L’Homme en est le principal responsable selon cette étude.

Après avoir examiné des données sur près de 30 000 espèces de vertébrés terrestres, l’équipe de chercheurs en est arrivée à la conclusion que plusieurs centaines d’entre elles pourraient disparaître d’ici une vingtaine d’années. Soit autant qu’au XXe siècle.

Ce sont plus exactement 515 espèces d’animaux au bord de la disparition définitive. C’est le cas du rhinocéros de Sumatra, de la tortue géante d’Espagne ou bien encore de la grenouille Arlequin. Une grande partie de ces individus vivent dans les régions tropicales.

L’activité humaine est mise en cause

En cause: l’activité humaine. Les chercheurs estiment que sans ce facteur destructeur, ces espèces pourraient vivre encore des milliers d’années. L’équipe de recherche explique que sans l’activité humaine, ces espèces pourraient largement vivre plusieurs millions d’années. L’augmentation de la population, la destruction des habitats d’animaux, la pollution et la crise climatique sont pointées du doigt par ces derniers.

Paul Erhlich, professeur à l’université de Stanford (Etats-Unis) et membre de l’équipe de recherche, a déclaré que « lorsque l’humanité extermine d’autres créatures, elle scie la branche sur laquelle elle est assise ». Avant d’ajouter que la « conservation des espèces menacées devait être érigée au rang d’urgence mondiale par les gouvernements et institutions ».

L’inquiétude de l’effet domino est réelle. Ils expliquent que l’absence d’une espèce animale aura des répercussions sur la chaîne alimentaire et donc sur la biodiversité. Avant d’ajouter que « des extinctions engendrent des extinctions ». Et que celle-ci était irréversible.

About author

Apprenti journaliste
Related posts
À la uneSéries Tv

Ici tout commence : un énorme cliffhanger avant la pause pour les JO

À la uneInternational

Présidentielles 2024 : c’est quoi le “Project 2025” de Trump ?

À la uneSéries Tv

“Maison de retraite” : le film de Kev Adams devient une série pour TF1

À la uneSanté

Est-ce que la crème solaire empêche de bronzer ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux