À la uneActualitéFranceRégionsSociété

600 passagers passent la nuit dans un TGV : nouveau “couac” pour la SNCF ?

600 usagers de la SNCF ont été contraint de dormir dans le TGV qui les transportait de Nice à Paris Jeudi 11 septembre.

Le train, parti jeudi à 17h34 de la gare de Nice devait initialement arriver à Paris en fin de soirée. Mais de nombreux arrêts marqués en gare de Cannes, Saint-Raphaël, Toulon et près de Cassis avaient annoncé un retard. Puis, la SNCF avait procédé à l’arrêt total du trafic sur la ligne en raison d’une panne électrique à la gare Saint-Charles de Marseille.

Seulement, le train n’ayant pas pu aller plus loin que le tunnel de Marseille, les passagers ont tout simplement du y passer la nuit. 

123a277c-7e5e-11e1-95d5-ad1edb637338-493x328

En 2012, une panne électrique était déjà survenue dans un tunnel près de Marseille. (©Le Figaro)

D’après quelques témoignages de voyageurs rapportés par Europe 1 ce matin, la gestion de ce nouveau dérapage technique par la SNCF n’était pas à la hauteur. Les équipes ont prié les usagers de patienter, de nuit, dans le train. Ils ont dû se contenter d’une rame dortoir et de plateaux-repas, avec l’assurance toutefois que leurs billets de train seraient remboursés. Rappelons qu’en avril 2012, des centaines de passagers avaient déjà été bloqués dans un tunnel près de Marseille à cause d’une panne électrique…

gare-marseille-saint-charles-1

Si la responsable de la communication a expliqué aux journalistes de France 3 que “la panne a empêché toute entrée et sortie dans la gare pendant 40 minutes…et (qu)’il a fallu procéder à des vérifications sur le TGV”, les passagers regrettent que la société n’ait, à aucun moment, proposé une solution d’hébergement.

 Pourtant, une passagère septuagénaire explique depuis le TGV, en liaison téléphonique avec Europe 1 ce matin, que les formulaires d’information distribués aux usagers dans le train indiquent que “la SNCF garanti un hébergement” en cas d’incidents affectant la bonne conduite de son service.

Un nouveau “couac” dans la politique de gestion des crises sur le réseau ferroviaire ?

Cet hébergement de fortune réservé aux clients de la SNCF n’est pas du goût de tout le monde. Par ailleurs, cette dernière tend à intensifier un peu plus les contrôles auprès des usagers et fraudeurs. Elle a annoncé souhaiter alourdir les sanctions contre les personnes en situation de fraude.

L'accident tragique de Brétigny avait conduit la SNCF à renforcer sa communication auprès des usagers. (©Rue89)

L’accident tragique de Brétigny avait conduit la SNCF à renforcer sa communication auprès des usagers. (©Rue89)

L’incident fait écho à la récente promesse de la SNCF de faire “la transparence absolue” en matière de sécurité sur le réseau ferroviaire. Cette annonce fait notamment suite à l’affaire du tragique accident de Brétigny en juillet 2013; la collision meurtrière entre un TGV et un TER.

Malgré de vastes campagnes de modernisation des voies, la fluidité du trafic demeure fréquemment affectée par les aléas naturels ou les intentions criminelles. Le matériel est constamment fragilisé par des pillages et diverses dégradations. Toutefois, des études statistiques révélées par Arte montrent que le TGV est un moyen de transport sûr, plus sûr que les ascenseurs! Avec “seulement” 139 morts en 50 ans d’activité, les voyageurs du Nice-Paris ont au moins passé une nuit en sécurité…

 

Related posts
À la uneLa Loi des SériesSéries Tv

La loi des séries s'la raconte : Lou Grant, le journalisme, de la comédie au drame | La loi des séries #365

À la uneActualitéBrèvesCultureFormule 1Sport

Formula 1 : Drive to Survive, la date de la saison 2 enfin connue

À la uneBrèvesCinémaSéries Tv

Kaamelott : le teaser et une date de sortie pour le film

À la uneBrèvesSéries Tv

Emergence : TF1 lance sa nouvelle série fantastique

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux