À la uneActualitéCultureFrance

Abraham Poincheval, un artiste dans les nuages

Dimanche 14 février, Abraham Poincheval, performer et plasticien, s’est installé pour sept jours et sept nuits en haut d’une plate-forme à Rennes. Le Marseillais multiplie les expériences les plus loufoques depuis quelques années.

Depuis plusieurs jours, les Rennais peuvent contempler un étrange spectacle derrière les halles centrales, place Honoré-Commeurec. C’est dans ce quartier de la Criée qu’Abraham Poincheval a installé à 12 mètres du sol sa plate-forme de 1 m sur 1 m 60. Il s’est lancé un nouveau défi : affronter pendant sept jours et sept nuits le froid et l’inconfort, du haut de son perchoir.

 

L’artiste de 44 ans a emporté avec lui le strict nécessaire pour survivre pendant une semaine : nourriture, sac de couchage, vêtements de pluie et de rechange. Cette performance, appelée La vigie urbaine, s’inscrit dans le cadre de l’exposition L’Épais réel, qui se déroule à Rennes au  centre d’art contemporain La Criée, jusqu’au 21 février.

Mais ce n’est pas son premier exploit. L’été dernier, il avait déjà tenté une expérience dans les airs en montant en haut d’un mât de six mètres sur une plateforme à la taille de son corps pour y vivre pendant une semaine. Il a également accompli des performances sous terre, cette fois, ou dans des espaces confinés, comme en 2012 quand   il s’était enfermé pendant 604800 secondes dans le sol d’une librairie, dans un trou d’1 mètre 70 de hauteur et de 60 centimètres de diamètre, recouvert d’une pierre d’une tonne.

Dans le ventre d’un ours ou d’une bouteille

Parti de Camargue le 25 juillet 2015, il a remonté le Rhône à bord d’une bouteille géante de six mètres de long et de deux mètres de large pendant dix jours.  Il s’arrêtait pour quelques étapes au bord du fleuve, dans des parcs et des jardins.

Croquis d'installation de la bouteille

Croquis de la bouteille d’Abraham Poincheval, 2015 © Courtesy de l’artiste

Il s’était déjà coupé du monde en 2014, en décidant d’habiter la  statue d’un ours à taille réelle pendant treize jours au musée de la Chasse et de la Nature à Paris. Cherchant à recréer les conditions de l’hibernation, il avait vécu recroquevillé dans le ventre de l’ours, s’alimentant avec les aliments favoris de l’animal (insectes, miel, végétaux) L’équipement de cet animal était très sophistiqué avec l’eau, l’électricité, et même une petite ventilation mécanique contrôlée (VMC).

Abraham Poincheval et sa sculpture d'ours au Musée de la Chasse et de la Nature à Paris

crédits photo : Sophie Lloyd

Cette expérience extrême de solitude avait été filmée et retransmise en vidéo. Les visiteurs du musée pouvaient discuter avec l’artiste ou  lui faire la lecture, des livres étant mis à leur disposition : Walden ou la vie dans les bois, de Thoreau, 20 000 Lieux sous les mers, de Jules Verne, ou encore les Contes de Perrault et Boucle d’or et les Trois Ours.

Related posts
À la uneActualitéFormule 1Sport

Grand Prix du Japon : Mercedes de nouveau sur le toit du monde !

À la uneBrèves

« C’est du gâteau » : L’émission à la française de Netflix

À la uneActualitéFootSport

France Turquie : un match qui sort du cadre sportif ?

À la uneActualitéFaits DiversSociété

L'homme arrêté à Glasgow n'est pas Xavier Dupont de Ligonnès

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux