Covid19: 7560 morts en France, un record de personnes en réanimation (6838) mais un besoin en lits supplémentaires qui diminue jour après jour. Prolongation du confinement jusqu’au 15 avril minimum. Le point sur l'évolution de l'épidémie.

À la uneFrancePolitique

Affaire Fillon : quatre parlementaires de la droite et du centre demandent la “séparation des pouvoirs”

séparation des pouvoirs

Quatre parlementaires de la droite et du centre se sont insurgés dans le JDD contre la justice. Selon eux, l’organisation juridictionnelle française n’a pas respecté le principe de séparation des pouvoirs dans l’affaire du Pénélopegate.

Christian Jacob (groupe LR, Assemblée nationale), Bruno Retailleau (groupe LR, Sénat), Philippe Vigier (groupe UDI, Assemblée nationale) et François Zocchetto (groupe UC, Sénat). Ces quatre parlementaires de la droite et du centre ont signé une tribune incendiaire contre le pouvoir judiciaire français. En cause, l’affaire des emplois présumés fictifs de la femme et des enfants de François Fillon.

« La séparation des pouvoirs a été malmenée dans la procédure qui vise François Fillon », accusent-ils. Les quatre parlementaires reprochent également à la justice d’avoir “pris en otage” l’élection présidentielle en visant celui qui doit représenter leur camp politique lors de cette élection.

“La justice ne doit pas s’aventurer sur le terrain de la politique et des médias”

Voici donc quelques extraits de la tribune signées par les quatre hommes. « Avec une réactivité surprenante une procédure d’enquête a été engagée sur la base d’un délit qui n’existe pas pour un parlementaire, et de surcroît avec l’objectif de contrôler dans le détail l’activité d’un député et de ses collaborateurs ». Selon eux, cette procédure judiciaire visant François Fillon ne serait qu’une attaque préparée de longue date pour atteindre le représentant de la droite et du centre juste avant l’élection présidentielle.

Les quatre parlementaires évoquent ainsi un « risque de priver les électeurs du droit fondamental à exercer leur choix souverain si près de l’élection présidentielle ». Ils soutiennent enfin que les responsables de l’enquête ont manqué à leur devoir de discrétion. « Ceux qui ont en charge d’appliquer la loi doivent la respecter », demandent-ils. « Notre justice ne doit pas s’aventurer sur le terrain de la politique et des médias (…) Une faute a été commise par ceux qui se sont exonérés du secret de l’enquête et qui ont préféré le bruit médiatique au droit ». 

Alors, la justice française a t-elle vraiment bafoué le principe élémentaire de la séparation des pouvoirs en se mêlant des affaires de François Fillon ? Ou serait-ce plutôt l’hôpital qui se fout de la charité ?

Related posts
À la uneActualité

Coronavirus : "le discours personnel" d'Elisabeth II ce soir aux Anglais

À la uneSéries Tv

On débriefe pour vous... Freud troque la psychanalyse contre l'horreur ésotérique

À la uneActualitéFranceMédias

Afida Turner : en nuisette et décolleté XXL sur C8 pour parler coronavirus

À la uneActualitéFranceSanté

Coronavirus : le don du sang est essentiel pour aider les hôpitaux

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux