À la uneCultureSorties

Alexis Tramoni, un humoriste sans tabou ni limite

Son humour trash a beaucoup fait parler de lui sur les réseaux sociaux. Chroniqueur chez VL et en spectacle tous les vendredis avec “Alexis Tramoni – Que Ta Mère” à La Petite Loge de Paris, Alexis Tramoni nous a accordé un entretien.

Du haut de ses 25 ans, Alexis Tramoni n’a pas sa langue dans sa poche. Il parle ouvertement de tout de manière très brute et le fait très bien. Atypique, son humour ne laisse rien de côté. “Je considère, à tort ou non, d’être le seul à faire du trash comme je le fais sur la scène parisienne actuelle. D’autres humoristes sont très bruts et je les aime beaucoup. Je pense notamment à Edgar-Yves ou Alexandre Kominek. Mais comme je le fais, j’ai l’impression que je suis le seul.“.

Son spectacle “Alexis Tramoni – Que Ta Mère” connaît un franc succès tous les vendredi soirs à 21h30 à La Petite Loge de Paris et ses Chroniques Ta Mère dans la FriendZone font toujours effet sur VL. Voici un humoriste qu’il va falloir suivre les prochaines années. Âmes sensibles, s’abstenir.

Outrepasser les limites de ce que l’on peut dire

Depuis deux ans sur les scènes parisiennes, Alexis Tramoni définit son humour comme brut. “Je ne me pose pas la question de savoir si je garde ou pas, comme le font beaucoup d’humoristes. Pour moi, à partir du moment où je considère ça comme une blague, où il n’y a pas de message politique derrière, je peux le faire. Les gens s’en rendent compte sur les Chronique Ta Mère que je fais sur VL où je raconte des choses vraies, choquantes, donne une opinion immorale. Les gens comprennent que c’est par humour. Mon humour passe par la provocation.“. 

Dans son spectacle à La Petite Loge, une heure de “trash” comme il le dit. “Pour ceux qui ont envie de voir des choses pour lesquelles on doit s’accrocher. Il faut être préparé. Ça pose la question des limites de ce qu’on peut dire, d’où on peut aller. C’est ce avec quoi je joue durant mon spectacle.“. Influencé par des humoristes comme Jim Jefferies, il aime parler de sujets qui dérangent pour en rire. “Soit tu t’offenses, soit t’en rigoles. Et je pense qu’il vaut mieux en rire qu’en pleurer.“, nous dit-il.

A contrepied de la cancel culture

Chaque humoriste a sa propre définition de l’humour. Alexis Tramoni parle de tout, et rit de tout. “Je suis obligé de parler de sujets sensibles, c’est ma manière de dénoncer les choses. Je ne supporte plus les choses édulcorées, qu’on fasse comme si tout n’avait pas existé. La pédophilie, l’esclavage ou les violences faites aux femmes sont des choses qui ont existé ou existent encore. A partir de ce moment, je vais en parler.“. On dit souvent qu’en humour, la seule limite est celle qu’on se fixe, lui ne s’en fixe pas.

La cancel culture ? Ce n’est pas pour lui. Il prend ce nouveau phénomène à contrepieds. Il le répète, aucune idéologie n’est transmise au travers de son spectacle, mais rien n’est lissé. “Je ne me censure jamais. Pourquoi ne pas parler de quelque chose qui existe ? Si on ne peux pas faire de blague sur l’esclavage, on fait comme si cela n’avait jamais existé ? Est-ce que ça sert la cause ?“. 

A la grande question, peut-on rire de tout, la réponse d’Alexis Tramoni est sans hésitation. “Oui, on peut et on doit rire de tout. Rire, c’est le meilleur moyen de guérir. C’est un exutoire.“.

Un retour très bien accueilli

Depuis deux ans, Alexis Tramoni joue sur les scènes parisiennes mais le Covid-19 a mis un frein aux spectacles. Il est de retour depuis le 11 juin à La Petite Loge. Retrouver la scène lui a fait du bien. “Le contact avec le public m’a manqué. C’est la base de notre métier.“. Ses chroniques lui avaient permis de garder une relation avec le public, qui lui a rendu pour son retour sur scène. “Toutes les dates pour l’instant étaient complètes, c’est super touchant pour moi.“.

Pas de place pour la retraite, Alexis Tramoni voit son futur sur scène. “Aujourd’hui, mon spectacle vient de commencer mais Tramoni, il y en aura toutes les semaines. Ceux qui veulent voir des blagues sans filtre peuvent me faire confiance jusqu’au restant de mes jours. Je suis jeune, j’ai de l’énergie, j’ai envie de l’investir dans ce que je fais.“. Il l’annonce, nous n’avons pas fini d’entendre parler de lui.

Son spectacle est à retrouver tous les vendredi à 21h30 jusqu’au 30 juillet à La Petite Loge, avec une reprise en septembre.

About author

Rédacteur VL Média et étudiant à l'École d'Histoire de La Sorbonne.
Related posts
À la uneCultureFranceSociété

Les Cœurs Doubles (2/4) : Ce pays loin des yeux, mais près des cœurs

À la uneActualitéArtCultureInternationalMusique

LP : Même dans l’intimité, on m’appelle LP!

À la uneSport

[INTERVIEW] Jeff Hardy, le guerrier aux cheveux arc-en-ciel bientôt Willow the Wisp chez WWE ?

À la uneFootInternationalSport

Les LGBT seront en sécurité à la Coupe du Monde mais le Qatar fixe certaines limites

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux