À la uneActualitéInternational

Brésil : Bolsonaro bientôt destitué pour un scandale de vaccins surfacturés ?

Trois sénateurs brésiliens ont demandé l’ouverture d’une enquête par la Cour suprême du Brésil contre Jair Bolsonaro, pouvant mener à sa destitution. En cause, un soupçon de corruption au sein du gouvernement brésilien.

La Cour suprême du Brésil a été saisie. Trois sénateurs dénoncent une irrégularité dans l’achat de vaccins de la part du gouvernement brésilien. Jair Bolsonaro aurait fermé les yeux sur des transactions monétaires douteuses entre le Brésil et un laboratoire singapouriens. Cette procédure pourrait amener à la destitution du président brésilien mais cela semble peu probable. 

Des manifestations organisées par l’opposition vont avoir lieu mercredi et samedi pour donner de l’importance à l’affaire avec dans le viseur la destitution de Jair Bolsonaro.

De la corruption sur le dos de la pandémie ?

« J’ai déposé une demande d’ouverture d’enquête à la Cour suprême à cause de la grave dénonciation selon laquelle le président de la République n’a pris aucune mesure après avoir été prévenu d’un gigantesque réseau de corruption au sein du ministère de la santé« , a déclaré Randolfe Rodrigues, vice-président d’une commission d’enquête du Sénat (CPI)

L’affaire a démarré le 18 mars dernier. Luis Ricardo Miranda, responsable des importations médicales au ministère, s’est interrogé sur une facture suspecte de 45 millions de dollars. Pour ce prix, le Brésil devait alors recevoir trois millions de doses du vaccin Covaxin, un vaccin indien du laboratoire Bharat Biotech.

Plusieurs facteurs rendent cette facture douteuse. Le vaccin n’est pas encore homologué mais surtout aucun vaccin de ce laboratoire n’a été livré au Brésil. Le prix est par ailleurs extrêmement élevé pour le nombre de doses. Cela voudrait dire que le gouvernement brésilien a acheté un vaccin pour 15 dollars la dose. Étonnant pour un vaccin non homologué, qui de plus est avait été proposé à 1,34 dollar par dose au Brésil selon le journal O Estado de S.Paulo.

Bolsonaro, un président « anti-corruption » dans la tourmente

Le responsable des importations médicales au ministère n’a pas voulu accepter la facture suspecte. Pour cela, il aurait reçu des pressions en interne. Selon lui, le président Jair Bolsonaro lui a affirmé qu’il allait revenir la police fédérale. Cependant, il ne l’a jamais fait.

Le président brésilien déjà très controversé, va devoir se justifier auprès des autorités du pays. Il risque donc la destitution bien que ce cas de figure semble peu probable. Lui qui avait fait de la lutte contre la corruption son fer de lance lors de la campagne présidentielle de 2018, risque bien de voir sa fin de mandat agitée.

A lire aussi : Brésil : Jair Bolsonaro pète les plombs en conférence de presse et insulte une journaliste

About author

Rédacteur VL Média et étudiant à l'École d'Histoire de La Sorbonne.
Related posts
À la uneFaits DiversSéries Tv

Squid Game :  O Yeong-su poursuivi pour agression sexuelle

ActualitéMédiasMusique

10 moments cultes de l'émission Nouvelle Star

À la uneMédias

A quelques jours de la finale, comment Enola avait appris son entrée dans la Star Ac ?

ActualitéCinéma

Pourquoi il faut revoir ... Liaison Fatale d'Adrian Lyne (1987) ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux