À la uneMédias

C’est quoi “Qui dort perd”, la nouvelle émission de France 2 ?

QUI DORT PERD

Attendue en prime time fin juin, « Qui dort perd ! La grande expérience du sommeil » promet une expérience scientifique inédite alliant divertissement et apprentissage.

Ce n’est pas une téléréalité mais de la réalité dans la télé. « Qui dort perd ! La grande expérience du sommeil », est un véritable défi pour les équipes de réalisation. L’émission qui mêle divertissement et expérimentations scientifiques est attendue prochainement sur France 2, le 25 juin dans la soirée, afin d’informer sur l’importance du sommeil pour la santé. L’idée du programme, présenté par Marie Portolano, visage de Télématin et Michel Cymes, ambassadeur santé de Paris 2024, est d’apporter aux téléspectateurs des notions médicales tout en respectant les codes du divertissement. De ce fait, la production souhaite encourager ceux qui regardent l’émission à adopter une meilleure hygiène de vie. « Ça été un grand plaisir« , affirme Michel Cymes.

Six cobayes se sont dévoués

Le sommeil est un véritable enjeu de la santé. Un manque de sommeil peut entrainer l’apparition de maladies. C’est pour prévenir de ces risques que France Télévision a souhaité s’impliquer dans la santé à travers cette émission. Ce sont six personnalités aux profils différents qui ont accepté de participer au jeux. Parmi eux, Caroline Margeridon, connue comme antiquaire dans « Affaire conclue« , Hugo Bardin, alias Paloma, la gagnante de la saison 1 de Drag Race France ou encore le chanteur Gwendal Marimoutou. Linda Hardy, Titoff et Francis Perrin seront aussi de la partie.

Marie Portolano et Michel Cymes aux côtés des six témoins

Une privation de 36 heures de sommeil

« Qui dort perd ! La grande expérience du sommeil » est en réalité une adaptation du format allemand déjà existant. Ce modèle privait les candidats de 60 heures de sommeil. L’adaptation française a préféré réduire ce temps à 36 heures pour prévenir des dangers du manque de sommeil sans pour autant mettre en danger les candidats. Les six témoins ont donc été invités à lutter contre leur démons, supervisé par le spécialiste Rémi Lombard. Une période déjà trop longue selon Caroline Margeridon, Linda Hardy et Gwendal Marimoutou, présent lors de la conférence de presse organisée à France Télévisions. 36 longues heures sans compter le temps précédant le tournage. Une privation de sommeil qui monterait alors jusqu’à 43 heures pour certains.

À la suite de cette nuit blanche, les six personnalités ont été soumises à une série de tests éliminatoires, à l’image de travaux pratiques. À la clé, une somme de 4 000 euros que le gagnant reversera à l’association de son choix. Des tests de motricité, d’attention mais aussi de réflexes pour mesurer l’impact du manque de sommeil sur leurs capacités cognitives. « On avait des gens surexcités face à nous« , s’enjoue Michel Cymes pour expliquer le comportement des candidats sur le plateau. Il a d’ailleurs précisé que « Qui dort perd ! La grande expérience du sommeil », fut l’une des émissions les plus difficiles à animer.

Les six témoins sur le plateau du programme pour un défi

Un programme télévisé mais pas que…

« On peut sourire quand il s’agit de la santé« , affirme Michel Cymes qui avoue avoir lui aussi appris en voyant la mise en pratique de ses conseils. À chaque étape de la grande expérience, à chaque réaction des six témoins, des indications et recommandations sont présentés à l’écran. Alimentation, activité sportive, mémorisation, micro-siestes, température de l’eau consommée ou encore l’environnement des espaces de nuit, tout y passe. « Le sommeil doit être sanctuarisé. Il ne faut pas s’imposer de dormir mais s’imposer de pouvoir le faire« , déclare le médecin français.« Qui dort perd ! La grande expérience du sommeil » est donc bien plus qu’un programme, c’est un jeu qui en apprend beaucoup.

À lire aussi : Les meilleurs matelas pour une bonne nuit de sommeil

Un bon bâilleur en fait bâiller sept

De 28 ans à 77 ans, six femmes et hommes aux modes de vie différents ont participé à la grande expérience « au nom de la science ». Francis Perrin, le doyen du programme, voulait donner son maximum pour réussir. Caroline Margeridon, elle était « toujours très active » selon les mots de ses camarades . Même avec un manque de sommeil l’antiquaire reste toujours de bonne humeur. « On a beaucoup joué, mangé, chanté et dansé », confie-t-elle. Gwendal Marimoutou, lui, a avoué n’avoir jamais autant mangé que pendant cette émission. Linda Hardy aussi s’est exprimée. Intéressée par la santé, l’actrice et mannequin française a indiqué vouloir y participer pour mesurer l’impact du manque de sommeil sur son confort de vie. Au final, pour chaque joueur, c’est le côté expérimental qui leur a plu, ce n’était pas une mise à l’épreuve. Au-delà de ça, tous s’amusaient pour les associations qu’ils soutenaient. Alors que 4 000 euros sont en jeux pour celui qui a tenu le plus longtemps sans sombrer, 2 000 euros sont également offerts à ceux qui ont cédé à la tentation.

About author

Journaliste
Related posts
À la unePolitique

“Gratuité intégrale à l’école” : que signifie cette mesure du Nouveau Front populaire ? 

À la uneSéries Tv

5 scènes chocs ou violentes qui ont marqué les séries

À la uneSéries Tv

5 séries françaises attendues la saison prochaine

À la uneFrancePolitique

Qui est Raphaël Arnault, candidat aux législatives et fiché S ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux