À la uneActualitéFrancePolitique

Pourquoi cet eurodeputé a t-il offert une corde à Emmanuel Macron ?

macron

L’eurodéputé belge, Philippe Lamberts, a offert une corde d’escalade au président français Emmanuel Macron en référence à sa désormais célèbre métaphore des « premiers de cordée ».

Emmanuel Macron n’a certainement pas apprécié son détour au parlement européen à Strasbourg. Le locataire de l’Élysée était invité hier à faire un discours devant ce dernier pour avancer la grande réforme de l’Union. Le discours n’a pas été reçu par toute l’Assemblée. Philippe Lamberts, représentant écologiste belge, a d’ailleurs tenu à lui offrir une corde.

Pourquoi cette corde ?

Tout simplement pour le symbole. Parce que c’était son projet, le député européen s’est adressé directement au chef de l’État et l’a interpellé sur des éléments de la politique intérieure française. C’est alors qu’il fut référence à la métaphore des « premiers de cordée » qu’Emmanuel Macron avait employée pour défendre son schéma de l’économie française. Les premiers de cordée symbolisant les plus riches qui tirent dans leur sillage les autres « classes ». S ur un ton beaucoup plus sérieux, il précisa que ce ne sont pas les alpinistes qui soutiennent leurs collègues mais la corde. C’est pour cela qu’il a tenu à lui offrir ce présent, tout en plaçant des mots particulièrement choisis : « est-elle l’égalité lorsque vous imposez toujours plus de précarité aux travailleurs, alors qu’en même temps, vous faites des cadeaux fiscaux auxplus riches, ce que vous appelez les ‘premiers de cordée’. Je vous offre donc cette corde d’escalade, symbole de la cordée à laquelle vous semblez tenir ».

Emmanuel Macron n’a pas apprécié

Emmanuel Macron, qui semblait agacé durant le discours de son hommage, lui à rendu la pareille. Il a sèchement répondu à la diatribe belge avec ces mots : « vous pouvez tenir des propos d’estrade car vous avez le confort de ce salon mais moi je n’ai pas le confort de ce lieu ». En amont, le député écologiste avait attaqué le président voisin sur la loi dite sécurité intérieure. L’homme d’État a assumé ce choix : « je suis aujourd’hui le président d’un pays à de multiples reprises attaqué par des terroristes et je ne saurai expliquer à mon peuple que nous désarmons face à ce risque parce que des gens comme vous se permettent de proférer des contre-vérités, au nom des principes qui sont ceux ancrés dans notre pays ». Il a conclu le discours sous les applaudissements : « au nom du respect que j’ai pour la majorité au parlement et pour le Conseil constitutionnel, je ne peux vous laisser dire les bêtises, pardonnez-moi de ce terme, que vous avez ainsi proférées ».

 

À LIRE AUSSI… Les 5 choses à retenir de l’interview d’Emmanuel Macron sur BFM TV

 

Related posts
À la uneActualitéPolitique

5 éléments pour comprendre ... la crise des sous-marins

À la uneSéries Tv

Lancement du tournage de La Flamme saison 2

À la uneCinéma

Halloween Kills : une dernière bande annonce efficace

À la uneActualitéCinémaInsolite

Un Français regarde Kaamelott 203 fois et bat le record du monde de visionnage d'un film

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux