ActualitéCinéma

On revoit ou pas ? Pretty Woman, le film qui fit exploser la carrière de Julia Roberts

C’est l’un des archétypes de la très bonne comédie romantique. Pretty Woman est non seulement un excellent film mais c’est aussi lui qui fit exploser la carrière de Julia Roberts.

Une nouvelle fois ce soir, le film culte Pretty Woman est diffusé à la télévision. Et une nouvelle fois, on ne s’en lassera pas et on le reverra avec plaisir, porté par Julia Roberts et Richard Gere. La comédie romantique par excellence !

Le richissime homme d’affaires Edward Lewis, un raider d’entreprise qui achète des sociétés en difficulté financière pour les démolir et les revendre pièce par pièce, est de passage à Los Angeles pour conclure un important contrat. Alors qu’il quitte une fête d’entreprise à Hollywood Hills, Edward, au volant de la voiture de sport Lotus Esprit qu’il a emprunté à son avocat, tente de rejoindre son hôtel, le luxueux Regent Beverly Wilshire. Mais, n’étant pas habitué à conduire le véhicule, il se perd en route. S’arrêtant avec difficulté le long d’un trottoir sur Hollywood Boulevard où se trouvent des prostituées, il demande son chemin à l’une d’entre elles, Vivian, qui l’accompagne pour lui montrer le chemin et lui donne des astuces sur son véhicule. Arrivé à l’hôtel, Edward décide de l’engager pour une nuit, et par la suite comme escort girl pour une semaine, le temps qu’il doit rester en ville, afin de jouer le rôle de son ancienne petite amie qui vient de le quitter. Au fil de la semaine, Edward commence à voir Vivian sous un jour différent et tombe sous le charme. Il finit par s’ouvrir à elle, lui révélant sa vie personnelle et professionnelle. Ils finissent par tomber amoureux.

Pretty Woman : le début d’une carrière flamboyante

Il y a des films qui marque un tournant dans la carrière d’un acteur ou d’une actrice. C’est le cas de Pretty Woman sorti en 1990.

Bien que n’étant pas le premier film de Julia Roberts, il constitue un pivot central pour faire d’elle une méga star. C’est aussi un peu l’apha et l’omega de la comédie romantique.
Pourtant le film a bien failli ne pas ressembler à ce qu’il est aujourd’hui. Initialement baptisé « 3000 » par le scénariste J.F Lawton (du prix offert par Richard Gere pour s’offrir la présence de Vivian), le film était bien plus sombre qu’il n’est devenu. Le happy end n’était pas prévu initialement puisque Vivian et Edward ne finissaient pas ensembles. Quand Disney rachète les droits du film et que Garry Marchal arrive à la réalisation, le film devient ce que l’on connaît.

Petit détail amusant, Richard Gere et Julia Roberts n’étaient pas les premiers rôles envisagés. Al Pacino, Michelle Pfeiffer ou Daryl Hannah étaient parmi les premiers choix mais aucun n’a souhaité participer au film. Grand bien leur a pris puisque le film, qui repose incontestablement sur l’incroyable alchimie entre Roberts et Gere, est devenu assez vite culte et l’est encore aujourd’hui.

La scène du shopping de Vivian au son de la chanson « Pretty Woman » constitue un des must du film.

Une histoire intemporelle

Quand on parle de comédie romantique, quelques classiques apparaissent aussitôt, parmi lesquels celui-ci. Sorte de Cendrillon moderne, Pretty Woman est toujours beau, jamais vulgaire. L’écriture est à ce point fine qu’elle place à égalité parfaite nos deux héros, glamours au possible. Personne n’était supposé rencontrer Vivian, tout le monde tombera sous son charme. Y compris le patron du prestigieux hôtel qui deviendra son plus fidèle allié.

A lire aussi : On regarde ou pas ? Irrésistible, la comédie romantique avec Camélia Jordana

La comédie est délicate, jolie, et tendre et n’a pas perdu de sa superbe avec les années. Bien au contraire. L’intrigue progresse selon un procédé classique mais qui a fait ses preuves : la progression romantique (du « travail » à l’amour), l’obstacle (les opposés s’attirent mais se repoussent aussi un temps) et les retrouvailles de dernière minute, quelques minutes avant la fin du film. Sauf qu’ici le prince charmant est plus gauche que dans d’autres contes. Mais c’est aussi ce qui fait son charme finalement !

Une voix superbe

Ne négligeons l’importance dans le succès du film en France de la voix de Céline Monsarrat. Grande figure du doublage, elle avait déjà doublé Julia Roberts dans Mystic Pizza mais avec Pretty Woman, son talent explose et les deux comédiennes deviennent indissociables (comme Patrick Poivey et Bruce Willis). Céline Monsarrat a aussi réussi à apporter à la comédienne son rire irrésistible, véritable signature et moment absolument délicieux du film. Elle va par la suite accompagner la comédienne américaine dans toute sa carrière. Mais c’est avec film que les comédiennes se sont trouvées.

Détail amusant : Céline Monsarrat est aujourd’hui la voix de l’antenne de M6. Dans la bande annonce annonçant le film sur la chaîne, elle peut donc s’en donner à cœur joie et retrouver son alter ego quelques 30 années plus tard.

About author

Rédacteur en chef du pôle séries, animateur de La loi des séries et spécialiste de la fiction française
Related posts
ActualitéFrancePolitique

Européennes 2024 : sur quels sujets les députés européens agissent dans la vie quotidienne ?

ActualitéVoyages

Que voir en Égypte pendant les vacances ?

À la uneCinémaCulture

#TouchepasamaVF : pourquoi les comédiens(nes) du doublage se mobilisent ?

À la uneCinéma

5 choses à savoir sur Horizon, le nouveau projet de Kevin Costner

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux