À la uneCultureInternational

C’était il y a 30 ans…La sortie de La Belle et La Bête, le chef-d’œuvre de Disney

La Belle et La Bête, classique incontournable des studios Disney a 30 ans. Inspiré du conte éponyme de 1757, le film a eu depuis droit à sa version en live action en 2017.

« La vraie beauté n’est pas physique, mais vient de l’intérieur » Ces 30 dernières années, cette morale aura bercé beaucoup d’enfants. Sorti en 1991, La Belle et La Bête est le 30e classique d’animation des studios Disney. Aujourd’hui, nous connaissons Elsa qui n’a pas besoin d’un prince pour être heureuse ou encore Moana qui consacre sa vie à son rêve. Mais à l’époque, Belle est arrivée sur le devant de la scène comme LA princesse Disney non-superficielle qui ne s’attarde pas sur la beauté. Mais comme dans tout les films de chez Disney, le but est de délivrer des messages bienveillants pour éduquer le public, c’est-à-dire, les enfants. Dans La Belle et La Bête, nous en distinguons 3 principalement.

La beauté au-delà des yeux

Premièrement, la beauté qui est sûrement la thématique la plus importante de La Belle et La Bête. Et ce dés le prénom du personnage principal. Ce n’est pas un hasard si Belle s’appelle ainsi, avec son nom elle marque le contraste avec son amant, La Bête. Mais cette beauté n’est pas seulement extérieure, Belle est également la seule personne de son village à ne pas être hostile envers la Bête quand tous les villageois veulent la tuer. Cela fait aussi d’elle une personne belle de par son esprit. De l’autre côté, nous avons évidemment le personnage de La Bête. Comme son nom l’indique, elle est effrayante et affreuse. En tout cas, c’est comme ça que nous la voyons au début de l’histoire. Mais au fur et à mesure, La Bête paraît être une personne belle à l’intérieur jusqu’à ce qu’elle se révèle également belle physiquement à la fin du film quand elle se transforme en humain. Petit détail intéressant, nous apprenons que si le prince a été changé en Bête, c’était pour de mauvais agissements qui avaient rendu sont esprit « laid ».

Un troisième personnage est aussi confronté à la beauté, Gaston. Lui fait l’inverse de la Bête. Alors qu’au début du dessin-animé, il apparaît comme un homme beau, apprécié et « idéal », ses agissements ne vont pas tarder a changer la donne. Son arrogance envers Belle et les autres villageois lui enlèvent toute beauté. Mais au moment où ils décident de tuer sauvagement la Bête, c’est son humanité qui est carrément oubliée.

L’humanisation ou la déshumanisation

L’humanité, justement, est la deuxième thématique traitée dans La Belle et La Bête. Et c’est la Bête qui la représente en premier lieu. Quand au départ, elle est la Bête terrifiante, méchante que tout le monde redoute, à la fin de l’histoire, elle devient presque la personne la plus humaine. Comme évoqué plus haut, le personnage de Gaston, lui, vit également une transformation entre les premières et les dernières minutes du film. Il pense d’un humain apprécié à un monstre méprisable. À la fin de l’histoire, La Bête devient la victime d’une orde d’animaux sauvage qui veulent sa mort, les villageois.

Le pardon

Pour les enfants, La Belle et La Bête a aussi enseigné le pardon. Chez Disney, les fins malheureuses ça n’existe pas peu importe les ressorts dans l’histoire. Et ce classique en est probablement la plus grande preuve. Après que La Bête ait séquestré son père, Belle accepte de rester auprès d’elle. Elle accepte aussi sa propre séquestration et finit par pardonner par amour.

Sous des airs de film de princesse et de contes de fée, La Belle et La Bête a été pensé par les équipes de Disney pour en faire un enseignement. C’est aussi pour cela que cette histoire a été adaptée de multiple fois au cinéma. En 2012, une première adaptation est faite avec Léa Seydoux et Vincent Cassel dans les rôles titres. Mais c’est en 2017 que Disney fait véritablement revivre son classique. Et cette fois, c’est Emma Watson qui joue Belle dans une adaptation qui reprend à la perfection le déroulé du premier film. De nombreuses comédies musicales ont aussi été faites à partir de cette histoire.

En 1991, le film est le 3eme plus gros succès de l’année au box-office américain. Il aura également remporté l’Oscar du meilleur film d’animation et ce lui de la meilleure chanson originale pour Histoire éternelle. 30 ans après, l’histoire de La Belle et La Bête et les thématiques que le film aborde n’ont pas vieillit. Cette histoire continue d’éduquer les enfants à travers le monde.

A lire aussi : C’était il y a 20 ans … Le voyage de Chihiro

About author

Journaliste
Related posts
À la uneFaits DiversFrance

Sept morts dans des avalanches en Savoie

À la uneCulture

C’était il y a 70 ans … Alice au pays des merveilles, le classique psychédélique

À la uneInternational

La police intervient lors d’une fête de Chris Brown

À la uneFranceSéries Tv

La chanteuse Louane prochainement héroïne d'une série policière sur TF1

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux