À la uneMusique

C’était il y a 40 ans … Bob Marley disparaissait à 36 ans

En moins de 20 ans de carrière, Bob Marley a marqué le monde de la musique de son style particulier. Icône reggae amoureux de la Jamaïque, sa musique a inspiré et inspire encore les artistes d’hier et d’aujourd’hui. Il y a 40 ans, Bob Marley nous quittait après un combat contre le cancer.

Robert Nesta Marley est né le 6 février 1945 en Jamaïque. Il a été élevé dans la ferme de ses grands-parents, sa mère n’avait que 18 ans au moment de sa naissance. Son père, lui, était âgé de 59 ans. Il a été très peu présent dans l’éducation de son fils, il envoyait seulement de l’argent pour subvenir à ses besoins. Quand il est adolescent, la mère Bob Marley déménagera à Kingston et il la suivra. Bob arrêtera l’école tôt, à 14 ans et c’est là qu’il développera son goût pour la musique. Il rencontre Peter Tosh avec qui il chantera des classiques de la soul américaine. En 1962, il a 17 ans et il enregistre sa première chanson Judge Not. À l’époque, il ne rencontre pas le succès, mais continue la musique. 

The Wailers

En 1963, il forme le groupe The Wailers avec Peter Tosh et Bunny Wailer. Et à peine un an plus tard, ils signent un contrat avec Studio One. Les 3 artistes enregistrent leurs premiers morceaux. Leur titre Simmer Down devient N°1 en Jamaïque. En 1965, le trio se sépare finalement après avoir enregistré une dizaine de titres. En 1966, Bob Marley se marie avec Rita Anderson et repart aux Etats-Unis pour rejoindre sa mère. Mais à l’été 1966, il repart en Jamaïque et fonde un label avec Peter Tosh et Bunny Livingston, Wail’n Soul’m. Un jour, il rencontre Mortimer Planno qui lui transmet des connaissances sur la culture rasta. De par ses origines, il se sent accepté par ce mouvement. Il enregistrera plus tard son premier morceau rasta, Selassie Is the Chapel. Mais le succès n’est toujours pas au rendez-vous pour Bob Marley alors il repart aux Etats-Unis pour gagner sa vie en tant qu’ouvrier dans une usine automobile. Cette expérience lui inspirera la chanson It’s Alright.

 À cette époque, Bob Marley aura déjà enregistré 350 morceaux, mais sera toujours inconnu du grand public. Bob Marley est alors sans argent et commence à désespérer quant à son avenir dans la musique. Il contacte le producteur Chris Blackwell qui lui fait confiance et finance l’album de Bob Marley avec le reste des Wailers. C’est donc en 1972 que le groupe enregistre Catch A Fire. Chris Blackwell sera impressionné par le talent des Wailers.

Bob Marley and The Wailers

Toujours sous les conseils de Chris Blackwell, le groupe fait les remix de leurs deux premiers albums. Catch a Fire et Burnin’ sortent chez le label Island en octobre 1973. Encore une fois, pas de succès pour le groupe. Dans les mois qui suivirent Bunny Wailer et Peter Tosh quittent le groupe et son remplacés. Bob Marley, reste le seul des Wailers d’origine pour le plus grand bonheur de Chris Blackwell qui a toujours cru en son potentiel. Le groupe devient ainsi Bob Marley and the Wailers. Il sera accompagné d’un trio vocal féminin, de deux bassistes, d’un batteur, de pianistes et de guitaristes. Ensemble, ils enregistrent un troisième album intitulé Natty Dread en 1974. Le groupe aura la chance durant une tournée en 1975 de jouer avec les Jackson Five le 8 mars au National Heroes Stadium.

En 1976, une vague de gangstérisme fait son apparition en Jamaïque. Le 3 décembre, Bob Marley est victime d’une tentative d’assassinat à Kingston. 6 hommes s’introduisent chez lui alors qu’il répétait avec son groupe et lui tirent dessus. Une des balles érafle sa poitrine et se loge dans son bras gauche. Il s’en sortira, mais gardera la balle dans son bras.

Une gloire tardive

Traumatisé par son agression, Bob Marley s’exilera à Londres. Il enregistrera l’album Exodus en 1977 et Kaya en 1978. Et c’est Kaya qui apportera le succès à Bob Marley et le conduira le 22 avril à faire son grand retour en Jamaïque au National Stadium de Kingston. Marley montera sur scène en fin de concert et sa performance sera tellement impressionnante qu’elle parviendra de réunir Edward Seaga et le Premier ministre Michael Manley, deux ennemis politiques. Ce concert historique élèvera Bob Marley au rang de héros national.


En 1978, il créé son propre studio, Tuff Gong, où il enregistrera avec son groupe l’album Survival. Le succès planétaire tant convoité est enfin atteint par Bob Marley. En 1980 Bob Marley and the Wailers enchainent les concerts et événements en tout genre. Ils enregistreront Uprising dont le titre Could You Be Loved fera le succès. 

Un long combat contre la maladie

Malheureusement, Bob Marley fait partie des artistes qui n’ont pas connu le succès très longtemps. Le cancer va en effet toucher l’artiste en pleine gloire. Le 21 septembre, il est pris de vertige durant un footing et s’effondre. Des examens révéleront que l’artiste souffre d’un cancer de la peau généralisé. Conscient que ses jours sont comptés, il insiste pour faire un dernier concert. Ainsi, le 23 septembre 1980, il se produit à Pittsburgh.

Il entame par la suite un long traitement de chimiothérapie qui lui font perdre une partie de son âmes, ses mythiques dreadlocks. Le 6 février 1981, Bob Marley fête ses 36 ans entouré de sa famille et de son groupe. Il souhaitera quelques temps plus tard être rapatrié en Jamaïque pour y finir ses jours. Mais trop affaiblit, il sera placé en soins intensifs dans un hôpital de Miami lors d’une escale durant le vol vers la Jamaïque. Il meurt peu après le 11 mai 1981. Il laisse derrière lui un parcours tumultueux, mais surtout déterminé vers une gloire qu’il aura finalement trouvé.

Bob Marley aura dû se battre pour trouver sa place dans la musique, mais aujourd’hui, il est l’icône reggae par excellence. Connu mondialement, il aura inspiré énormément d’artistes. 40 après sa musique et le personnage qu’il incarnait perdurent dans l’univers de la musique.

A lire aussi : C’était il y a 35 ans … la disparition de Daniel Balavoine (TOP 10 de ses plus belles chansons)

About author

Journaliste
Related posts
À la uneFrancePolitiqueSociété

Désormais, les forces de police n’utiliseront plus la « clé d’étranglement » comme technique d'interpellation

À la uneCinémaCulture

Universal annonce le retour de ‘L’Exorciste’ avec une nouvelle trilogie en préparation

À la uneJeux olympiquesSport

JO de Tokyo, jour 7 : Florent Manaudou en lice pour le podium, les français champions olympiques en judo

À la uneFaits DiversInternational

Angleterre : 40 personnes arrêtées pour abus sexuels sur mineurs

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux