À la uneFaits DiversFrance

Christophe Dettinger : la justice donne raison à Leetchi

Ce mercredi, le tribunal judiciaire de Paris a rendu sa décision. L’ex-boxeur gilet jaune qui avait été filmé en frappant deux gendarmes ne recevra pas les 145 000 euros de sa cagnotte Leetchi.

La cagnotte Leetchi a eu, initialement, pour but de soutenir un combat consistant en l’usage de la violence physique contre les forces de l’ordre”, explique le tribunal. Le 5 janvier 2019, Christophe Dettinger avait été filmé en frappant deux gendarmes lors d’une manifestation des “gilets jaunes”.

Le lendemain, une cagnotte a été créée. En seulement deux jours, les dons ont atteint 145 000 euros. Après de nombreuses critiques de syndicats de policiers et de certains responsables politiques, Leetchi avait décidé de suspendre cette cagnotte. Le tribunal judiciaire de Paris s’est penché pour juger si la cagnotte portait atteinte à l’ordre public. Et ce mercredi, la justice a donné raison à Leetchi. Christophe Dettinger ne touchera donc pas un centime de sa cagnotte. Les fonds doivent également être restitués aux donateurs.

Christophe Dettinger condamné

L’ex-boxeur des “gilets jaunes” souhaite récupérer l’argent de sa cagnotte. Lui et ses avocats réclament deux millions d’euros de dommages et intérêts, pour compenser la suspension de la cagnotte, qui aurait dû, selon eux, restée ouverte 45 jours. Ces demandes ont été rejeté par le tribunal. Christophe Dettinger a finalement été condamné à un an de prison (en semi-liberté) et 18 mois de sursis avec mise à l’épreuve. Mais ce mercredi soir, son avocat Juan Branco a annoncé qu’il allait faire appel à cette décision.

À lire aussi: Leetchi : la fin de la cagnotte pour Christophe Dettinger

About author

Journaliste
Related posts
À la uneSéries Tv

Un homme d'honneur : TF1 lance sa série avec Kad Merad et Gérard Depardieu le 22 mars

À la uneFranceMédias

PPDA s’exprime pour la première fois depuis les accusations de viols à son encontre

À la uneSéries Tv

Les Simpson renouvelés pour une saison 33 et 34

À la uneFranceMédias

Des journalistes BFMTV et leurs consultants santé verbalisés dans un restaurant clandestin

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux