À la uneHigh Tech

Comment identifier un deepfake ?

Les deepfakes générés à partir d’intelligences artificielles inquiètent aussi bien qu’ils fascinent. Dans un monde où l’intelligence artificielle gagne du terrain, il devient de plus en plus difficile d’identifier les deepfakes.

L’intelligence artificielle est présente partout sur internet, encore plus sur les réseaux sociaux comme TikTok. Il est maintenant fréquent de tomber des vidéo mettant en scène des personnalités publiques comme Emmanuel Macron arborant un style vestimentaire très (trop) décontracté lors de la prononciation d’un discours ou encore le visages d’influenceurs remplaçant celui d’actrices ou acteurs X. Si pour certains deepfakes, il est facile de déterminer qu’ils sont faux, pour d’autres en revanche, distinguer le vrai du faux est plus compliqué.

Qu’est ce qu’un deepfake ?

Aussi appelé hypertrucage, le deepfake est une technique qui utilise l’intelligence artificielle pour modifier un visage ou une voix. En 2014, le chercheur Ian Goodfellow invente une technique qui sera à l’origine des deepfakes : le GAN (Generative Adverarial Networks).

Cette nouvelle technologie met en avant deux algorithmes qui s’entraînent mutuellement : l’un tente de fabriquer des contrefaçons aussi fiables que possible tandis l’autre tente de détecter les faux. Plus le nombre d’information sera disponible, plus ces deux algorithmes sont performants au fil du temps. Ce n’est que quatre ans plus tard, en 2017, que le deepfake nait sur le site Reddit.

Depuis son entrée sur internet, le nombre de deepfakes a considérablement augmenté et les possibilités d’utilisation sont nombreuses. Il est désormais possible de greffer le visage d’une personne sur celui d’une autre. En analysant les mouvements de nos visages, l’algorithme de l’intelligence artificielle peut même nous « rajeunir » ou nous « vieillir ».

Publicité Cartier, mettant en scène Catherine Deneuve plus jeune.

Il est même possible de reprendre la voix d’une personne pour créer des nouvelles paroles. En 2023, l’artiste Lnjkhey avait remixé la chanson « Saiyan » des rappeurs Gazo et Heuss l’Enfoiré avec la voix d’Angèle. Cette dernière n’a jamais chanté les paroles, pourtant, avec l’intelligence artificielle, tout peut laisser penser que c’est bien elle qui chante.

Deepfake de la voix de la chanteuse belge Angèle sur la musique Saiyan de Gazo et Heuss l’Enfoiré.

Si ce genre de deepfakes paraît inoffensif, il faut tout de même rester vigilants car cette technologie devient de plus en plus performante et il peut être difficile d’identifier le vrai du faux.

Un deepfake : comment l’identifier ?

L’intelligence artificielle est à la portée de tous, il est donc très simple de crée un deepfake, même sans connaissances. Avec de plus en plus de fake news qui circulent sur internet, la diffusion de deepfakes sur le web devient une nouvelle menace. À l’aide de simples mots, il est possible de manipuler, désinformer, humilier et même diffamer.

Pour ne pas tomber dans le panneau, il faut d’abord se poser des questions de bon sens. Si une vidéo d’un candidat à la présidentielle en France apparaît sur les réseaux ou à la télévision deux jours avant le vote, et dans laquelle ce dernier appel à voter pour lui, il faut se demander : Est-il possible qu’il ait pu dire ça ? La réponse sera évidemment non puisque la veille et le jour du scrutin, tout candidats a pour interdiction d’effectuer une propagande électorale sur les réseaux, sur papier et à l’oral. Se renseigner est donc primordial pour éviter de tomber dans le panneau.

Vérifier la source du contenu est aussi un bon moyen de reconnaître le vrai du faux. Mais, vos yeux restent vos meilleurs alliés. Si aujourd’hui on trouve des deepfakes très bien fait, la technologie n’est pas infaillible. Prenez une vidéo deepfake et passez là au ralenti, des petits défauts comme un oeil déformé, apparaîtront et vous aiderons à déterminer si ce que vous regardez est réel ou non.

Afin d’identifier un deepfake, utiliser la base de ce qui l’a crée fonctionne très bien aussi. C’est pour cela que Google a publié, en septembre 2019, une base de données d’un peu plus de 3000 vidéos deepfakes, ce qui permet d’apporter une aide aux ingénieurs et chercheurs essayant de créer des outils de détection automatisés, reposant sur l’IA.

L’avenir du deepfake semble prometteur puisque cette technologie ne cesse d’évoluer. Si aujourd’hui son utilisation n’est pas juridiquement bien encadrée, elle pourrait le devenir pour éviter toutes dérives…

À lire aussi : Est ce que cette « supposée » nièce de Marion Maréchal qui fait le buzz sur TikTok existe vraiment ?

Tout comme les deep fake, il est important de s’assurer de la légitimité de tous nos contenus numérique, notamment les sites de paris sportifs de la Réunion.

About author

Journaliste
Related posts
À la uneMédias

The Voice : on était dans les coulisses des répétitions de la finale

À la uneSéries Tv

Plus Belle la Vie : qui était Abdel Fedala que jouait Marwan Berreni?

À la uneEquitationSport

JO 2024 : comment transporte-t-on les chevaux ?

À la uneSéries Tv

La "pépite" du vendredi : qui se souvient de "Les amis de Chico" ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux