À la uneActualitéCôte d’Azur

Débat des Régionales PACA sur i>Télé : “Ça va changer”

Radio VL Côte d’Azur se propose de vous résumer l’ensemble du débat télévisé concernant les élections pour la présidence de la région PACA. Évènement que nous avons vécu en direct à la permanence des Républicains à Nice, dans une ambiance survoltée.

Chômage, sécurité, emploi, économie : tous ces thèmes ont été abordés avec Christian Estrosi (LR), Marion Maréchal-Le Pen (FN), Christophe Castaner (PS) et Sophie Camard (EELV).

Concernant l’emploi, on retiendra les propositions de Christian Estrosi : “Foncer sur l’innovation, la numérisation du territoire (offrir à la région une infrastructure numérique de pointe, NDLR) et des formations professionnelles en adéquation avec l’alternance dans les entreprises pour créer de l’emploi“.

Quant à Sophie Camard, pour elle, “Il faut se battre pour la Région pour créer une alternative contre l’austérité et la déprime française“. Point de ralliement entre Christophe Castaner, Sophie Camard et Christian Estrosi : pour eux, le Front National “n’a pas les ressources pour créer de l’emploi et représente une menace sur l’emploi et l’économie” selon Christian Estrosi.

“Mettre fin aux problèmes de ponctualité des TER”

Autre thème incontournable, les transports. À ce sujet, Christian Estrosi affirme qu’il est nécessaire d’instaurer “une police des transports, un véritable service de vidéosurveillance, car les caméras dans les TER sont actuellement mal exploitées” ; il prône aussi l’installation de “portiques à rayons X, comme dans les aéroports“, et promet de “mettre fin aux problèmes de ponctualité des TER“. Même si ces portiques paraissent “surréalistes” pour ses adversaires, tous s’accordent sur l’urgence de la situation, où près de 19 % des trains sont en retard de plus de 5 minutes.

Enfin, déception de la soirée et sans doute grande perdante de ce débat : Marion Maréchal-Le Pen. On retiendra qu’un consensus s’est créé contre elle de la part des autres candidats, car son programme est calqué sur “le programme national” du FN, et parce qu’elle n’a fait aucune proposition concrète, mis à part la création d’un guichet unique pour aider les entreprises et la création d’un Puy-du-Fou en région PACA. Elle s’est contentée d’adresser des piques à ses adversaires, notamment sur les subventions accordées par le Parti Socialiste, ou en provoquant l’hilarité à son insu dans les locaux de la permanence des Républicains, car cette dernière ne connaissait même pas la baisse de notation de la région, s’élevant pourtant à 33 millions d’euros.

Radio VL a recueilli les premières réactions à chaud de Marine Brenier, présidente des Jeunes Républicains, et de Maxime Cacciutolo, jeune militant.

Marine Brenier :

À mon avis, Estrosi était bien au dessus des autres candidats il n’était pas là pour faire des ‘chamailleries’, à contrario de Marion Maréchal-Le Pen, qui n’a fait aucune proposition mis à part la création saugrenue d’un nouveau Puy-du-Fou. Sophie Camard, à côté de la plaque, et Christophe Castaner ne peut se cacher derrière le mauvais bilan du Parti Socialiste.

Maxime Cacciutolo :

Les candidats, hormis Christian Estrosi, étaient dans l’invective, se coupaient la parole sans cesse, et Christian Estrosi était à mes yeux le plus juste dans son discours. Pour moi, le programme de Marion Maréchal-Le Pen est inexistant.

Après le débat, Christian Estrosi a fait une petite vidéoconférence avec les membres de la permanence pour les remercier de leur soutien

Après le débat, Christian Estrosi a fait une petite vidéoconférence avec les membres de la permanence pour les remercier de leur soutien

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneFrance

Covid-19 : quels sont les 20 départements sous "surveillance renforcée" ?

À la uneFranceSociété

Envoyé spécial : "la nouvelle vie de Stella et d'Alex"

À la uneEnvironnementFrance

400 dauphins ont été capturés accidentellement cette année

À la uneCultureInternationalMusique

Taylor Swift attaque en justice un parc d'attraction

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux