À la uneActualité

Décès de Vincent Lambert, symbole malgré lui

Vincent est décédé à 8h24 ce matin” a annoncé la famille à l’AFP. Une semaine plus tôt son traitement était interrompu au centre hospitalier de Reims (nord-est de la France). Après 11 ans en état végétatif, l’ancien infirmier est mort, devenant un symbole du débat sur la vie.

Après des années de bataille judiciaire, tout s’accélère en 2019. Le 20 mai, la Cours d’appel de Paris décide de mettre fin à l’arrêt des soins. La Cour de cassation en décide autrement, l’arrêt est finalement repris le 2 juillet dernier.

Une famille déchirée

D’un côté sa femme Rachel, ses six frères et neveux, voulant laisser partir Vincent avec dignité. De l’autre Viviane et Pierre, des parents catholiques qui refusent de laisser mourir leur fils. En 11 ans, aucun accord n’aura été trouvé entre les deux parties. « Je ne me réjouis pas… Mais c’est un soulagement. Un soulagement pour Vincent », a réagi son neveu François Lambert auprès de nos confrères de 20 Minutes

Une première

Une histoire qui divise, de par les principes et valeurs de chacun. Mais aussi, parce que c’est un cas unique qui servira d’exemple mais qui n’en a pas eu. «En tant qu’avocat, je pense qu’il faut absolument tirer des conséquences au plan juridique de ce qu’il s’est passé» a réagit Me Chemla, avocate de François Lambert.

“Prions pour les malades qui sont abandonnés et laissés à la mort. Une société est humaine si elle protège la vie, chaque vie, du début à la fin, sans choisir qui est digne de vivre ou non. Les médecins devraient servir la vie, pas l’enlever.”

Dans une tribune, l’écrivain Michel Houellebecq a estimé que l’Etat avait tué Vincent Lambert et que ce dernier a été victime de la médiatisation de son cas. “Il n’était nullement en proie à des souffrances insoutenables (…) Il n’était même pas en fin de vie. Il vivait dans un état mental particulier, dont le plus honnête serait de dire qu’on ne connaît à peu près rien”. Une argumentation partagée en masse par le camp qui soutient les parents.

Son histoire

Le 29 septembre 2008, Vincent à 32 ans quand il est victime d’un grave accident de la route. Dans état critique, il est plongé dans un coma artificiel et restera tétraplégique dans en état “pauci-relationnel“. Un état semblable à celui de Michael Schumacher.

Related posts
À la uneCulture

Le 17 juillet en trois dates

À la uneActualitéFranceInternationalPolitiqueSociétésociétéSociété

Le vote du traité qui enflamme le monde agricole reporté.

À la uneActualitéFranceInternationalPolitiqueSociétésociétéSociété

Aucune nouvelle de Fariba Adelkhah, chercheuse française arrêtée en Iran

Actualité

La Juve absente de FIFA 2020 ; Megan Rapinoe sur la couverture ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux