À la uneActualitéPolitique

Deux policiers blessés par balles à Herblay : la classe politique révoltée

Le mercredi 7 octobre à 22h30 à Herblay dans le Val d’Oise, deux policiers blessés par balles ont suscité la colère du gouvernement.

C’est à Herblay, commune du Val d’Oise, que deux policiers en mission de surveillance se font fait frapper et tirer dessus le soir du mercredi 7 octobre. Trois individus, actuellement recherchés, ont dérobé leurs armes et ont tiré sept fois. Les deux policiers sont actuellement à l’hôpital, blessés, dont l’un avec un pronostic vital engagé . Sur les réseaux sociaux et en direct, les membres du gouvernement n’ont pas hésité à exprimer leur colère et leur indignation.

Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin a exprimé son soutien total sur Twitter. Il évoque une violence inouïe et que tout est mis en œuvre pour retrouver les auteurs. Il est allé au chevet des policiers ce jeudi 8 octobre au matin avant de faire une déclaration. Après avoir vu les dégâts, il parle d’un massacre, d’actes de sauvagerie devenues quotidiennes. Selon lui, les coupables savaient forcément ce qu’ils faisaient en s’en prenant à des policiers. Mais le maire d’Herblay, Philippe Rouleau, n’est pas certain que les individus savaient qu’il s’agissait de policiers, ces derniers étant en civil.

Quant au Premier Ministre Jean Castex, il voit cette attaque comme une attaque contre la République : “Les lâches individus qui ont odieusement attaqué deux de nos policiers ont aussi pris pour cible la République : elle n’acceptera jamais qu’on menace la vie de ceux qui la protègent”. Après d’autres éléments similaires déjà survenus, il avait énoncé vouloir mettre en place des “plans de sécurité intégrés” pour les métropoles en collaboration avec la gendarmerie, la police nationale et les polices municipales.

La ministre déléguée chargée de la Citoyenneté, Marlène Schiappa, déclare à son tour sur CNEWS que “respecter les policiers, les gendarmes, les pompiers c’est quand même la moindre des choses car ils sont là pour nous protéger, pour maintenir l’ordre républicain“.

Eric Dupont-Moretti, le ministre de la Justice, s’est également exprimé sur BFM TV en direct. Il parle d’un “drame insupportable et espère que les coupables seront arrêtés et jugés“.

Les députés n’en pensent pas moins

En plus des ministres, les députés n’hésitent pas à partager leur colère quant à la situation. Marine Le Pen, député et présidente du Rassemblement National, accuse le gouvernement de ne pas prendre les précautions nécessaires quant aux violences faites envers les forces de l’ordre : “Que faut-il faire pour que le gouvernement prenne la situation au sérieux et décrète un énorme tour de vis contre la criminalité ?

Le député de Seine-et-Marne et président des Républicains, Christian Jacob, n’a également pas laissé indemne le gouvernement. Sur Europe 1, il parle “d’un laxisme, un laisser-faire, un manque de réaction de ce gouvernement”. Il s’attaque particulièrement au président Emmanuel Macron, lui reprochant de ne pas avoir pris “la mesure de l’explosion des agressions“.

C’est une véritable lutte contre les violences envers les forces de l’ordre qui se met en marche au sein du gouvernement.

About author

Journaliste
Related posts
À la uneActualitéFormule 1Sport

F1 : Lewis Hamilton détrône Michael Schumacher

À la uneInternationalSport

[INTERVIEW] Mick Foley se confie avant Hell in a Cell 2020

À la uneActualitéMédias

Tout compte fait : Pourquoi changer nos habitudes en vacances.

À la uneActualitéSéries Tv

Scenes From a Marriage : Jessica Chastain remplace Michelle Williams

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux
Worth reading...
Le gouvernement lâche 100 milliards pour effacer la crise sanitaire