À la uneActualitéCultureInternationalSantéSport

Discover America : Quelle place pour le sport dans la société américaine ?

Equipement de baseball sur le drapeau américain.

Dans une société pointée du doigt comme celle de la consommation de masse par excellence, comment pourrait-on affirmer que le sport possède une place réellement importante pour ses protagonistes. McDonald et Burger King auront aujourd’hui du mal à faire oublier les 65,7% de personnes en surpoids dans la population totale américaine, ainsi que l’affolante statistique de 30,6% d’obèses, soit près d’une personne sur trois. Lorsque vous regardez la télé, lorsque vous vous promenez dans la rue, impossible de dénombrer la quantité de pub, ou « advertisement », présentes autour de vous. Pourtant, au niveau du recrutement de certaines écoles, ou encore dans la médiatisation de certains sportifs, on pourrait penser que le sport se voudrait être une valeur principale de nos voisins outre-Atlantique. Etudions le phénomène de plus près.Une sur-médiatisation des athlètes à double tranchant.

Mettre des sportifs dans vos pubs, pas de doutes, c’est un point de gagné devant le consommateur. Qui n’a jamais dit qu’il s’était procuré tel ou tel produit car un tel était présent dans la publicité qui le mettait en valeur ? Irréfutable artifice des commerciaux, l’athlète dans la pub est désormais un bon appât pour les faibles proies que peuvent représenter bon nombre d’acheteurs potentiels. D’un point de vue purement économique, il est prouvé que votre produit se vendra deux à trois fois plus rapidement s’il est représenté par une célébrité, trois à quatre fois plus si ce-dernier est un athlète connu. Alors revenons-en à notre problème. Ne nous trouvons-nous pas dans un souci de crédibilité ? Lorsque Kobe Bryant ou Tyson Gay essayent de vous vendre tel  ou tel produit, apparemment mauvais pour la santé, s’ils vous disent le contraire, l’achèterez-vous ? Un peu plus d’un américain sur deux avouera que oui. Pourtant, notre conscience sait très bien que ce n’est pas bon, mais l’appétit de la consommation vous noircira une partie de vos bons sentiments. Alors au final, il est simple de passer pour une civilisation qui promouvoit le sport lorsqu’on voit toutes ces médailles aux Jeux Olympiques, tous ces grands athlètes qui font rêver et toutes ces célébrités égéries de grandes marques alimentaires. Mais le double tranchant ne se fait alors pas attendre pour s’abattre. S’ils s’alimentent mal en croyant qu’il font bien, motivés par des stars du ballon ou de la piste qui vous diront que tel burger est le meilleur ou que tel soda est le plus énergétique, les américains tentent en quelque sorte de rattraper le coup avec des produits qui n’amélioreront pas leur cas. Accrocs aux « proteins checker », ces fameuses gourdes que vous remplissez de boissons trop riches en énergie, ils se voilent la face en pensant que même s’ils ne mangent pas forcément du mieux possible, une bonne séance de musculation et un checker leur offriront un corps parfait. Et c’est là que le doigt s’enfonce profondément dans l’œil. Riches en calories et énergie superflue, ces mixtures qui accroissent votre développement musculaire ou favorisent votre récupération ne vous feront pas perdre de poids. Au contraire, leur apport énergétique n’est qu’un plus de calories qui ne vous permettra en aucun cas de perdre ce ventre que vous vous acharnez à essayer d’éliminer. Et voici donc le double tranchant de cette sur-médiatisation des sportifs.

Une aide universitaire et collégiale pour les athlètes.

Alors de l’autre côté, illogique ou surprenant, les adolescents peuvent bénéficier d’aides, appelées ici « scolarships », qui leurs permettent de poursuivre des études en réduisant leurs frais universitaires ou collégiaux. Ces sortes de bourses sont attribuées aux sportifs qui intègrent l’équipe de l’école. Ainsi, footballeurs, basketteurs, athlètes, pros de la crosse ou as de la raquette, il est possible d’obtenir ces aides pour atteindre des collèges parfois trop coûteux pour certaines familles. C’est d’ailleurs mon cas puisque je suis à la recherche d’une école qui me permettra de diviser les frais annuels grâce au soccer. Le paradoxe est donc étrange !? Alors que d’un côté on tente de vous vendre des produits malsains par le biais de publicités fournies d’athlètes, de l’autre on vous met en avant les sportifs pour obtenir des bourses qui réduisent le coût de vos études. Complètement hallucinant.

Chacun se fera sa propre opinion sur le sujet, mais en direct des USA, le Petit Journaliste tente simplement de conter son expérience et non de convaincre les gens. Toujours est-il que les chiffres parlent quant à l’obésité et ces-derniers ne trouveront pas de parade. D’un autre côté, on pourrait croire que le pays prône « an healthy style » avec cet élévation des sportifs dans les universités et collèges sur un piédestal. Bref, la place du sport aux USA reste encore difficilement déterminable avec deux côtés qui se font face sans céder. Pour ma part, je ne conseillerais qu’une chose : écoutez votre corps ! Le sport ne lui permettra que de se sentir mieux.

Victor Chopinet.

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneFranceSport

Handball: Sursaut des Bleus qui commencent par une victoire

À la uneInternationalSociété

Des tensions éclatent à Bruxelles après la mort d'Ibrahima

À la uneActualitéCinémaCulture

Chris Evans pourrait revenir à l'écran en Captain America

À la uneCultureMusique

5 éléments pour comprendre... la carrière musicale de Mister V

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux