À la uneActualitéFrance

Dominique Strauss-Kahn peut-il revenir ?

Si la procédure pour viol qui avait été engagée contre l’ancien directeur du FMI a été classée sans suite, Dominique Strauss-Kahn n’en a toutefois pas terminé avec la justice. De quoi retarder son retour sur la scène politique ?

Il vacille, souvent, mais ne tombe pas. Dominique Strauss-Kahn a gagné sa bataille contre le parquet de Lille, qui avait engagé contre lui une procédure pour viol. Il s’agissait sans doute du soupçon le plus infamant qui ait pesé sur l’ancien ministre de l’économie dans le cadre de l’affaire du Carlton : des accusations de «viol en réunion» reposant sur le témoignage d’une escort girl belge qui avait participé à l’une de ces soirées luxurieuses en décembre 2010 à Washington. Faute de preuves suffisantes, les enquêteurs ont abouti à une impasse et ont été contraints de clore ce volet du dossier. Néanmoins, si Dominique Strauss-Kahn a gagné cette bataille, a t-il gagné la guerre ? Le principal volet de cette affaire est sa mise en examen pour proxénétisme aggravé. Et cette procédure-ci suit son toujours son cours.

Rendez-vous le 28 Novembre

L’affaire dite du Carlton, dans laquelle Dominique Strauss-Kahn et huit autres personnes ont été mises en examen, trouvera un de ses aboutissants le 29 Novembre prochain, date à laquelle la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Douai rendra sa décision sur les requêtes en nullité déposées notamment par les défenseurs de l’ancien patron du FMI et du commissaire Jean-Christophe Lagarde. Dominique Strauss-Kahn a été mis en examen pour proxénétisme aggravé en bande organisée le 26 mars. Il affirme qu’il ignorait que les femmes présentes aux parties fines auxquelles il avait participé, notamment à Paris et Washington, étaient des prostituées. “Il n’y a pas l’ombre d’une infraction de proxénétisme. Vous verrez qu’à la fin, tout cela tombera, même si cela permet pour l’instant d’alimenter des scandales”, a souligné à ce sujet Me Leclerc.

Il veut se rendre indispensable 

 Un agenda judiciaire encore bien rempli, qui pourrait retarder une nouvelle fois son retour sur la scène politique. Pourtant, ce n’est pas l’envie qui manque. Le 22 septembre dernier, Dominique Strauss-Kahn avait accordé une interview à l’AFP et à I-télé dans laquelle il déplorait « l’absence d’idées nouvelles » de ceux qui gèrent la crise. Des idées, lui, il en a : « Je ne veux pas surestimer mon rôle personnel, j’espère que quelques idées auxquelles je tiens pourront aboutir, ou faire réfléchir ». Un Dominique Strauss-Kahn qui serait donc plus dans la réflexion que dans l’action, du moins à court terme : « il y a un temps pour tout » avoue t-il à I-télé. A ce sujet, André Gattolin, sénateur des Hauts-de-Seine et expert en communication politique, considère que le retour au premier plan de l’ancien directeur du FMI dans ce contexte de crise témoigne de sa volonté de « renaître politiquement » : « Théoriquement, un homme politique n’est jamais mort, explique le sénateur Europe Ecologie. DSK veut montrer qu’il est le seul à pouvoir apporter des solutions nouvelles à la crise. Aujourd’hui, il veut se montrer indispensable ». Pour le moment, l’ancien directeur du FMI espère surtout ne plus être indispensable aux tribunaux.

Related posts
ActualitéEmissionsLa FriendZoneNon classé

Virgile Officiel : La Friendzone, concrétisation d’un rêve d’enfant

À la uneBons PlansSports d'hiverVoyages

Top 10 des stations de ski où aller skier cet hiver

À la uneActualitéInternational

Algérie : La colère gronde toujours après l'élection d'un nouveau président

À la uneTurf

Critérium des 3 ans : l'élite des jeunes à Vincennes

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux