Samedi, Donald Trump a annoncé que les États-Unis allaient se retirer d’un traité sur les armes nucléaires qui avait été signé avec la Russie, pendant la Guerre froide. Washington accuse Moscou de le violer « depuis de nombreuses années« .

Selon l’AFP , Donald Trump a annoncé samedi « que les États-Unis allaient se retirer d’un traité sur les armes nucléaires conclu avec la Russie pendant la Guerre froide« . Washington accuse Moscou de l’enfreindre « depuis de nombreuses années« .

C’est lors d’une visite dans le Nevada, à Elko, que le dirigeant américain a annoncé que « la Russie n’a pas respecté le traité. Nous allons donc mettre fin à l’accord et développer ces armes« . Le traité FNI, les forces nucléaires à portée intermédiaire ( IFN en anglais, Intermediate Nuclear Forces Treaty) avait été signé par Ronald Reagan, président américain et Mikhaïl Gorbatchev, président soviétique, en 1987.

Ronald Reagan et Mikhaïl Gorbatchev lors d'un sommet sur l'armement nucléaire, le 8 décembre 1987 à Washington (crédit :  AFP/ Jérôme Delay)

Ronald Reagan et Mikhaïl Gorbatchev lors d’un sommet sur l’armement nucléaire, le 8 décembre 1987 à Washington (crédit : AFP/ Jérôme Delay)

 

Pour Gorbatchev, Donald Trump fait part d’un « manque de sagesse » et appel à « tous ceux qui chérissent un monde sans armes nucléaires » de convaincre le gouvernement américain de faire marche arrière, pour « préserver la vie sur Terre« .

Le dernier dirigeant de l’URSS Mikhaïl Gorbatchev, à l’origine de la signature en 1987 de cet important traité de désarmement, a pour sa part dénoncé le « manque de sagesse » du président américain actuel, appelant « tous ceux qui chérissent un monde sans armes nucléaires » à convaincre Washington de revenir sur sa décision, afin de « préserver la vie sur Terre« .

« Nous n’allons pas les laisser violer l’accord nucléaire et fabriquer des armes alors que nous n’y sommes pas autorisés« , a proféré Donald Trump.

(crédit : Giphy)

 

Selon l’AFP, l’administration de Trump « se plaint du déploiement par Moscou du système de missiles 9M729« , dont la portée dépasse les cinq cents kilomètres, selon Washington. Cela constitue « une violation du traité INF« .

« Ce traité, en abolissant l’usage de toute une série de missiles d’une portée variant de 500 à 5.500 km, avait mis un terme à la crise déclenchée dans les années 1980 par le déploiement des SS-20 soviétiques à têtes nucléaires ciblant les capitales occidentales. », explique l’AFP.

Pour Alexeï Pouchkov, sénateur russe, ce retrait « est le deuxième plus gros coup porté contre tout le système de stabilité mondiale« , après celui de 2001, lors du retrait américain du traité ABM sur les missiles antibalistiques. Avant d’ajouter sur Twitter « et encore une fois, ce sont les États-Unis qui prennent l’initiative de dissoudre l’accord« .

Sergueï Riabkov, le vice-ministre russe des Affaires étrangères, qualifie ce choix de « pas très dangereux« , qui « ne sera pas compris par la communauté internationale et va même s’attirer de sérieuses condamnations« .

Les deux présidents se retrouveront le 11 novembre prochain, à Paris, pour les commémorations de la fin de la Première guerre mondiale.

À lire aussi : Trump sous pression après un livre et une tribune incendiaires