On savait que Nintendo comptait accorder une large partie de son Direct E3 à Super Smash Bros. Switch, sortie phare de la console en cette année 2018. Sur ce point, on a été rassasié, mais pour le reste…

Super Smash Bros. Ultimate

X souhaitait le retour de Snake dans le jeu de baston de Nintendo, Y voulait ardemment voir les Ice Climber se fighter alors que Z brûlait des cierges pour revoir le dresseur Pokémon… Les rumeurs allaient bon train et beaucoup de questions se posaient sur la forme qu’allait prendre le Smash Bros de la Switch. Nintendo met tout le monde d’accord et annonce que tous les personnages qui ont un jour foulé le terrain de fight des mascottes de notre enfance sont réunis dans cet opus, le bien nommé Super Smash Bros. Ultimate. Pas de version Deluxe donc, mais un tout nouveau jeu qui revoit son roster, ses maps et (un peu) son gameplay. L’inertie des personnages semble avoir été amplifiée, les coups spéciaux, l’esquive et la défense aussi. Une longue présentation a permis d’illustrer ces changements avec quelques personnages, iconiques ou non, de la licence. Globalement, tout cela est très prometteur.

Côté casting, on note l’apparition de quelques personnages, pour un total de 65 : Daisy, ersatz de Peach, les inklings de Splatoon et plus surprenant, Ridley, némésis de notre chère Samus. L’absence de Waluigi fait espérer d’autres annonces de la part de Sakurai, notamment au Tokyo Game Show.

Le jeu se laissera approcher le 7 décembre, bien plus tard qu’espéré. A cette date sortira également une manette Gamecube compatible Switch pour le jeu. Que les fans d’amiibo se rassurent, les figurines en plastique du précédent opus seront compatibles avec cette version, et semblent offrir des capacités similaires (stocker des combattants personnalisés). A notre grand désarroi, rien n’a été annoncé sur un éventuel mode solo.

Des grosses annonces ….

Coup de poing attendu mais efficace, Fortnite est disponible dès maintenant sur Switch. Idem pour Hollow Knight, avec tous ses DLC et à 60 images par seconde.

Annonce surprise et non leakée, Mario Party semble reprendre du poil de la bête. Après plusieurs épisodes franchement moyens sur Wii, Wii U et 3DS, l’épisode du renouveau pourrait trouver refuge sur Switch. Super Mario Party sortira le 5 octobre prochain et semble tirer pleinement parti des capacités de la Switch. Les 80 mini jeux sont inédits et les personnages retrouvent leur liberté de mouvement originale, et ne sont plus dans un unique véhicule, stupidité aberrante et récurrente des derniers épisodes.

Pokémon Let’s Go Pikachu et Let’s Go Evoli ne se sont montrés que pour rappeler leur existence et celle de la Pokéball +, sorte de tamagochi permettant de continuer à jouer un peu partout, et d’attraper des Pokémon comme un vrai dresseur. On apprend également que l’objet, commercialisé une cinquantaine d’euros, contiendra le mystique et adulé Mew. Il ne devrait pas y avoir d’autres moyens de l’obtenir. On apprécie diversement l’effort.

C’est au détour d’un enchaînement de vidéo et sans chichi particulier que Dragon Ball FighterZ s’annonce sur Switch. Le jeu sortirait cette année, à une date à déterminer, et promet 60 images par seconde, ainsi qu’un système de jeu simplifié. Lors de la même séquence, on apprend avec étonnement l’arrivée sur Switch de : ARK, Paladins, FIFA 19 et Arena of Valor. On nous rappelle également l’existence du jeu de vs figthing SNK Heroines, et de l’arrivée en août de Monster Hunter Generations Ultimate.

A noter également l’arrivée en septembre d’une extension pour Xenoblade 2, quelques éléments de lore pour le RPG de Square Octopath Traveller (qui arrive en juillet, avec une nouvelle démo jouable disponible le 14 juin) et l’annonce inattendu en ouverture du Direct de Daemon x Machina, un jeu de mécha à la BO qui tabasse.

Le « vrai » Fire Emblem arrivera finalement au printemps 2019 s’appellera Three Houses semble disposer de nouvelles options tactiques de combat mais est d’une laideur inquiétante. Rendez-vous l’an prochain.

Enfin, Overcooked 2 débarque un peu partout le 7 août prochain (avec une version Switch qu’on espère jouable), tandis que l’indé multijoueur Killer Black Queen s’annonce pour les fêtes de fin d’année.

… et des déceptions

Rien sur Metroid Prime 4, Bayonetta 3, pas d’Animal Crossing, même Star Fox Grand Prix ne s’est pas dévoilé. Alors qu’on attendait des DLC à foison, Super Mario Odyssey ne va pas s’étoffer cette année, pas plus que Mario Kart 8. Nintendo se veut toutefois rassurant. Sur Metroid Prime 4, « le jeu est toujours en développement. Ce n’est pas comme si nous avions arrêté de travailler dessus » assure Bill Trinen, directeur marketing de TreeHouse, société chargée de la localisation des jeux en Occident. Même son de cloche chez le PDG de Nintendo of America, Reggie Fils-Aimé, qui assure que cette présentation se concentrait sur les jeux à sortir dans les 12 prochains mois.

Cet E3 rappelle furieusement les conférences des années passées, lorsque la Wii U nous laissait penser que l’année suivante serait la bonne. Certes, Nintendo a des cartouches, et peut provoquer des mouvements de foule en annonçant un Direct à n’importe quel moment de l’année, mais au vu des nombreuses rumeurs entourant Big N, le constat de cet E3 est amer, au mieux.

L’ensemble de la conférence est consultable ici