Avant de se rabattre sur la ville de Valence pour recevoir les migrants de l’Aquarius, la Corse avait proposé mardi dernier d’accueillir les migrants de l’Aquarius.

Finalement, le cap se fera directement sur Valence, mais le président du conseil exécutif de Corse, Gilles Simeoni, a proposé ce mardi d’accueillir sur l’île de beauté le navire qui a secouru 629 migrants en Méditerranée. Ce bateau est d’ailleurs l’enjeu d’un bras de fer entre Malte et l’Italie, les deux pays refusant tous deux de le laisser accoster sur leurs côtes. L’Aquarius va pouvoir débarquer en Espagne avec l’aide de bateaux italiens. « Manque de vivres, mauvaises conditions météo, et port espagnol trop éloigné : face à l’urgence, le conseil exécutif de Corse propose l’Aquarius dans un port corse« , a déclaré l’élu sur son compte Twitter.

Des ravitaillements apportés avant le débarquement

D’après SOS Méditerranée, des vivres supplémentaires ont été livrés à bord du bateau : le centre de commandement des secours de Rome « planifie de transborder les rescapés plus tard sur des navires italiens après quoi nous mettrons le cap ensemble sur Valence » a-t-elle ajouté.

Navire en route depuis plusieurs années

L’Aquarius, qui peut transporter initialement 500 personnes, part depuis trois ans à la rencontre de migrants au large de la Libye afin de les débarquer en Italie. Cependant, cette fois-ci, le ministre de l’intérieur Matteo Salvini a oeuvré pour refuser l’accostage. L’Espagne a donc proposé lundi de faire débarquer le navire sur ses côtes. Pourtant, l’Italie se voit accueillir depuis 2013 un total d’environ 700 000 migrants; elle a notamment souvent critiqué les autres pays européens de l’avoir laissée seule face à la crise migratoire. Salvini avait fait campagne sur la fermeture des frontières aux migrants et prévenu qu’une fois au pouvoir, il ferait tout pour empêcher les débarquements. La France n’a, quant à elle, pas réagi depuis le début de la crise.