À la uneSéries Tv

Édito : le coronavirus, les séries et moi

En cette période d’épidémie de coronavirus et de confinement, les séries sont loin d’être la priorité. Nous, on en parle quand même, parce que c’est ce qu’on fait de mieux.  

Une épidémie avec pour conséquence une période de confinement : c’est la situation étrange, anxiogène, un peu surréaliste que nous connaissons actuellement, et qui semble sortie… d’une série catastrophe. Les voitures de police patrouillant dans Naples, les drones survolant Madrid pour exhorter les habitants à rentrer chez eux, la fermeture des frontières et des commerces « non essentiels », les supermarchés dévalisés par les clients… On se croirait dans un épisode inédit de Years and Years. Sauf que c’est la réalité et que nous en sommes les protagonistes.  

J’écris ces lignes depuis mon appartement, où je suis enfermée depuis quelques jours. – moins par crainte de contracter la maladie stricto sensu que par celle de contaminer mes proches, en particulier les plus fragiles. Ma vie ne va pas être bouleversée par ce confinement : je pratique déjà le télétravail au quotidien, je peux rester plusieurs semaines sans sortir, à regarder des séries (quand bien même nombreuses sont celles qui sont affectées par la crise) et à écrire à ce sujet. Je suis une privilégiée, alors que certaines personnes n’ont pas la possibilité de rester chez elles, elles doivent aller travailler – notamment dans les hôpitaux, où le personnel en première ligne est au bord de l’épuisement. 

Riverdale, l’une des nombreuses séries en stand-by à cause de l’épidémie

Même pour ceux qui ont plus de latitude , la situation change tout de même le mode de vie au quotidien. On reste chez soi et il semble logique de supposer que l’on va regarder davantage la télé – et donc davantage de séries. Ailleurs sur le site de VL-Media, vous trouverez les dernières infos sur la crise sanitaire. Nous, dans la rubrique Séries TV et dans La loi des séries de Alexandre Letren (bien que l’émission soit suspendue, les podcasts des anciens numéros sont toujours disponibles), nous nous consacrons aux séries, et nous vous aiderons à choisir quoi regarder au cours des jours (des semaines ?) à venir. 

Ça peut paraître frivole, mais je crois sincèrement que la culture – séries incluses – a  son importance. Comme l’expliquait le philosophe Stéphane Hessel dans une interview donnée au Nouvel Observateur : « Nous ne vivons pas simplement pour satisfaire les besoins immédiats de n’importe quelle espèce, mais pour nous donner accès à une zone de l’humain qui nous est propre, que l’on peut appeler l’art ou la culture. (…) Si on les en prive ou si l’on diminue la participation que chacun de nous peut avoir à l’art et à la culture, on castre les hommes, on les prive d’une chose essentielle.» 

Et si on profitait de la quarantaine pour découvrir Une belle histoire (France 2) ?

Nous sommes conscients que les séries sont loin d’être primordiales, qu’elles sont au bas de votre liste de priorités. Que savoir comment faire garder vos enfants, aller travailler ou étudier, faire vos courses ou prendre soin de vos proches est beaucoup, beaucoup, beaucoup plus important que de choisir une série Netflix ou de zapper sur TF1, France 2 ou M6. 

Dans des moments comme celui-ci, ceux d’entre nous qui se consacrent à des choses aussi secondaires ont néanmoins leur (petit) rôle à jouer. Nous ne trouverons pas de vaccin, nous ne soignerons pas les malades, mais nous ferons ce que nous faisons de mieux : écrire sur les séries et en parler. Vous dire si The Mandalorian vaut le coup d’œil, vous montrer les dernière bandes-annonces, vous replonger dans vos souvenirs de Astro le petit robot.  C’est  notre façon de rendre l’isolement un peu plus supportable, les choses un petit peu plus facile, en vous permettant d’échapper un instant à cette situation anxiogène. C’est futile, ce n’est pas grand-chose ; nous avons la faiblesse de penser que ce n’est ce n’est pas totalement inutile. 

A écouter aussi : les podcasts de La loi des séries

Pour savoir quoi regarder en cette période de confinement , lisez nos articles. Pour redécouvrir des séries classiques et emblématiques, écoutez La loi des séries s’la raconte. J’insiste : les séries ne résoudront pas la crise sanitaire, mais elles vous permettront de supporter plus facilement ce confinement. L’idée, c’est de rester chez soi pour freiner la propagation du coronavirus. Alors prenez soin de vous et des autres, soyez prudents, restez chez vous. Et regardez des séries.

About author

Traductrice et chroniqueuse, fille spirituelle de Tony Soprano et de Gemma Teller, Fanny Lombard Allegra a développé une addiction quasi-pathologique aux séries. Maîtrisant le maniement du glaive (grâce à Rome), capable de diagnostiquer un lupus (merci Dr House) et de combattre toutes les créatures surnaturelles (vive les frères Winchester), elle n'a toujours rien compris à la fin de Lost et souffre d'un syndrome de stress post-Breaking Bad
Related posts
À la uneSport

Melanie Jesus Dos Santos : la gymnaste au mental d’acier

À la uneSéries Tv

On débriefe pour vous... Mes premières fois, dramédie adolescente drôle et émouvante

À la uneInsoliteSociété

La question du jour : pourquoi rêve-t-on ?

À la uneCulture

Qu'est ce que le despotisme éclairé ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux