À la uneActualitéJeux olympiquesSport

EDITO : Les Jeux Olympiques, The show must always go on

J’avais demandé  que ce soit Nikos qui présente les Jeux, on aurait pu inviter entre chaque passage de concurrent une guest star pour lui donner du courage. On aurait pu même demander au public de voter pour le candidat qu’il préfère, tout en sachant très bien que la prod favorise tel ou tel candidat. Ceci n’est pas un mauvais remake de la cultissime émission de téléréalité Star Academy, pourtant ici aussi on crée des stars et comme avec Nikos c’est le meilleur qui gagne.
La seule différence c’est qu’ici les camarades ne peuvent pas repêcher le candidat qu’ils aiment le plus.
Plus sérieusement la question mérite d’être posée : Les Jeux Olympiques ne seraient-ils pas devenus la star Academy, avec ses divas, avec Nelson au lieu de Nikos ?
.Les Jeux olympiques, messe mondiale qui attire les foules en liesse, messe quadriennale qui sacre de sombres inconnus l’espace de quelques instants, les Jeux olympiques sont divertissants et ça m’angoisse.

De fait il n’y a que les jeux olympiques pour faire croire à une puissance caduque et cacochyme  qu’elle possède encore un peu de sa gloire d’autrefois… Que ca fait du bien  de se voiler la face le temps d’un mariage, d’un défilé de canoés lors d’un glorieux jubilé, ou d’une course ! Que la vision du tableau des médailles est belle pour ceux qui depuis longtemps ne font plus partie du podium de l’ordre mondial !

Et pourtant ça a du bon, ils sont nombreux,ceux, à qui cette grande farce profite.

Les Etats d’abord ont depuis longtemps compris l’intérêt de repérer et d’encourager ( si ce n’est pas martyriser ) les graines de champion, le nombre de breloques étant devenu le miroir de la puissance d’un Etat. Comme si courir le 100 m en 9,6 secondes était un gage de réussite… la Jamaïque, fière à juste titre des ses héros,n’en est pas moins toujours aussi pauvre.Quant à la Corée du Nord, elle  est championne olympique certes, mais ça ne suffit pas à nourrir ses affamés.En réalité c’est tout juste  si on arrive à bercer les plus faibles à coup de paillettes et d’étoiles, en réalité de magnifiques communiqués chauvins au possible, qui consacrent la supériorité de la nation. Le temps des Jeux c’est magique tout disparait : la crise, la guerre, la mort. On croit arrêter le temps et surtout les mauvaises nouvelles, pourtant elles ne sont que noyées temporairement. Pourtant, peu importe le nombre de médailles l’Espagne est toujours au bord de la faillite et la France , l’Angleterre restent sur le déclin.

Puis la classe très fermée des stars du sport, les sponsors. Une étude récente a démontré qu’un simple t-shirt avec le logo d’une grande multinationale  porté par un Usain Bolt durant un 100 m pouvait impacter près d’un milliard de possibles consommateurs. Rappelons, ici, et c’est très important,que c’est une chance que la peine de mort soit abolie, sinon gageons que le fait de faire de la publicité sauvage serait sanctionnée par la peine capitale. Le comité olympique fonctionne comme n’importe quelle entreprise, il se défend bec et ongle contre la concurrence et si celle-ci n’a pas payé pour avoir un stade à son nom, alors elle n’a pas voix au chapitre.

Enfin et ce n’est pas le moindre bénéficiaire le peuple. Le peuple est content de voir tous ces athlètes aux muscles saillants effectuer des records. Le peuple est content de voir ce type courir aussi vite qu’une voiture en ville tout en sachant que ça ne sert à rien, le peuple est tout groggy et heureux. Il hurle de joie quand il voit son champion gagner et il pleure lorsqu’il est éliminé.  Non alors vraiment c’est merveilleux on prévoit vraiment tout, la proportion de belles histoires avec un handicapé qui court  avec les valides, un malvoyant champion olympique, la proportion de drames, un chinois et un français maudits, des scandales d’arbitrages.

Moi ça m’emmerde, on voudrait me faire écrire un article sur l’injustice d’un arbitrage que je me retrouve à faire le réquisitoire des jeux. Mais soit, j’assume et je persévère je ne me lamenterai pas sur Alexis Vastine, un garçon charmant, non. Je ne peux pas, désolé. Il a perdu, probablement injustement, mais dans cette belle histoire des jeux il faut des vainqueurs, à tout prix. Les jeux c’est la vie, il ne suffit pas d’être le meilleur pour gagner, et s’il faut tricher alors on triche.  S’il faut tomber du vélo pour recommencer le départ d’une course, s’il faut lever les bras et déclarer que le siège du bateau est mal fixé pour redémarrer et gagner, alors oui, faisons le, il y a bien longtemps que l’objectif n’est pas de participer mais de gagner : C’est ça la magie des jeux, c’est pour ça qu’il faut se doper.
Si ça vous choque demandez-vous pourquoi votre voisin qui connait le cousin du frère de la belle-mère du DG a eu la promotion que vous méritiez .
C’est comme ça et très honnêtement de notre indignation, ils en ont rien à foutre…

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneSport

[INTERVIEW] Bobby Lashley, le futur champion WWE?

ActualitéÉtudiantMédiasPolitique

Communication 2.0 : quand la politique s'en mêle

À la uneActualitéEconomieEnvironnementFranceMédiasPolitiqueSantéSociété

Convention citoyenne pour le climat : dernière séance pour clôturer l'aventure

À la uneFootSport

Ligue 1 : Jorge Sampaoli, le loco 2.0 de l'OM

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux