À la uneActualitéFranceSociétésociété

Éditorial – Longue vie à Uber !

Les récents événements qui opposent les taxis français à la société Uber ont montré à quel point le gouvernement souffre d’un manque de poigne affligeant et envoi un signal fort aux contestataires : « soyez anarchiques et vous obtiendrez ce que vous voulez ! ».

Après une accumulation de délits sur la voie publique, de mises en dangers d’autrui et de non respects des règles de la République, Bernard Cazeneuve a donné raison aux taxis. Dans un communiqué de la préfecture de police, on découvre que “”le Préfet de police a pris ce jour (jeudi 25 juin NDLR) un arrêté d’interdiction contre l’activité illicite des personnes qui utilisent des systèmes de mise en relation de clients avec des chauffeurs de véhicule (Uber Pop, Heetch et Djump NDLR) en dehors du cadre de la loi ce qui génère des troubles graves à l’ordre public“. C’est donc la faute d’Uber si les taxis ne respectent plus les lois et agissent comme des hors-la-loi. Le communiqué précise également que “cet arrêté marque la ferme volonté de l’Etat de faire respecter les lois et règlements“. En d’autres termes, des gens qui brûlent des voitures, agressent des gens et mettent la vie en danger de certaines personnes, sont, aux yeux de notre douce France, des gens qui respectent les lois et règlements. Pitoyable foutaise.

Des scènes de guérillas urbaines qui n'alertent pas le gouvernement.

Des scènes de guérillas urbaines qui n’alertent pas le gouvernement.

En France, en 2015, on accorde la justice à des délinquants. À des gens qui se réunissent dans la rue, bloquent l’économie d’un pays, et maltraitent les citoyens. Mais où sommes nous ? Françaises, Français, gardez vous bien de critiquer les régimes en places en Afrique, Asie et autres. Le nôtre est pire. Nous sommes des complices de l’anarchie et du désordre qui salit notre société. Nous ? Oui… Nous ! Pas directement bien sûr… Mais vu que c’est nous qui élisons nos hommes politiques, c’est le cas. Depuis bientôt dix jours, les taxis français ont repris l’habitude d’agir tels des barbares pour obtenir gain de cause. Dans le conflit qui oppose les taxis et l’entreprise Uber, ces premiers ont décidé de se faire justice eux-mêmes. Ces mêmes gens se permettent aujourd’hui d’agresser leur confrère. Car ces derniers bénéficient d’un avantage majeur sur les taxis. Ils ont très peu de charge à leur frais pour exercer leur métier.

La déchéance n’excuse pas la violence

Les taxis sont, depuis des années, contraint à payer des licences pour pratiquer dans les villes française. Des licences délivrées par l’État ou plutôt données par l’État aux filiales de taxi ou aux particuliers. Le problème, depuis des années, est que ces licences ne sont plus suffisantes pour satisfaire la demande des taxis, de plus en plus nombreux à vouloir exercer. Doté d’une intelligence mirobolante, les taxis ont donc décidé de se vendre à très haut prix (jusqu’à 300 000 euros) ces licences entre-deux. C’est excessivement cher c’est vrai, mais en même temps, c’est les taxis eux-mêmes qui fixent les prix. Alors pourquoi en vouloir à Uber ? Ne pas réfléchir avant d’agir mais en vouloir aux autres qui utilisent mieux leurs cerveaux, c’est trop facile.

Le gouvernement donne raison à ce genre d'individu, vive la France.

Le gouvernement donne raison à ce genre d’individu, vive la France.

Depuis 2011, la société américaine a débarquée en France avec des services de luxes (anciennement des VTC, aujourd’hui Uber X) mais aussi avec des services de particuliers à particuliers (Uber Pop, Uber Pool). Sauf que depuis l’apparition de ces deux derniers, il y a un peu plus d’un an, la demande décolle pour ces particuliers. Aimables, ponctuels et attentionnés, les chauffeurs Uber ont révolutionné le secteur. Ils ont surtout offert à leurs clients une alternative incroyable, celle de ne plus monter dans les taxis français. Vous savez, ce métier où les trois quarts des chauffeurs sont des gens impolis, intéressés et souvent malhonnêtes. Ces personnes qui, pendant des décennies, ont eu le monopole d’une activité qu’ils exerçaient mal. Ces personnes qui traitent leurs clients comme des malpropres et non comme des rois. Ces personnes qui sont capables d’agresser un bébé un jeudi matin sur le périphérique, car il a eu le tort de prendre un UberX (légale) dans les bras de sa maman. Dire qu’en 2005, des jeunes de banlieues qui ont fait les mêmes conneries ont tout de suite été catalogué comme des “racailles” ou des “bandits” par toute la classe politique. Hypocrisie, quand tu nous tiens… Heureusement pour vous que les prisons sont pleines et que le gouvernement est un concentré d’incapables.

Un gouvernement qui collabore vite !

Soyons honnêtes, depuis une semaine, des chauffeurs de taxis agressent leur homologue d’Uber ainsi que les clients de ces derniers. Un homme a été passé à tabac à Lyon car il prenait un Uber. On lui a tendu un piège digne des histoires criminelles les plus passionnantes conté par Pierre Bellemare. Ce matin, une femme et son bébé ont reçu une brique sur la vitre d’un UberX. Par miracle, pas de dégâts. La semaine dernière, un taxi qui ne souhaitait pas être aussi ridicule que ses collègues a décidé de travailler. Il a reçu des œufs sur son pare-brise et a failli tuer un de ses collègues en perdant le contrôle du véhicule. À Strasbourg et à Marseille, des chauffeurs d’Uber Pop ont été agressé physiquement et ont vu leurs véhicules saccagés, retournés ou imbibés de farines et d’œufs. Super classe quand on est taxis de gaspiller une voiture. Une preuve de plus que votre intelligence est débordante, Harvard vous attend de pied ferme. Trèves de bavardages, tout ça ne résume pas le problème qui frappe la France aujourd’hui. Après avoir mis le périphérique à feu et (limite) à sang, après avoir agressé des gens comme vous et moi, les taxis ne seront pas sanctionné. Mais écouté et satisfait. Car le très courageux monsieur Bernard Cazeneuve, Ministre de l’Intérieur (comme quoi, ca peut arriver à n’importe qui), a décidé de quémander un arrêté préfectoral contre Uber Pop et autres enseignes.

Vous voulez un exemple de la bêtise humaine ? Tenez c’est cadeau. [youtube id=”-W1wXLIoJPY”]

En France en 2015, il est donc possible de faire des délits ou des crimes et d’être récompensé pour ça. Une fois de plus, le pouvoir en place montre son incompétence exceptionnelle pour régler un conflit. Mais surtout, le pouvoir en place envoi un message très fort aux mouvements contestataires, anarchiques et adepte du complot qui montent en France notamment via les réseaux sociaux. Ce message ? Foutez le bordel, on vous donnera raison. Marchez sur les lois, on vous donnera raison. Faîtes vous maltraiter, on vous prendra pour des cons. En attendant, les Français ne sont pas aussi stupide. Ils soutiennent Uber et la côte des taxis a lourdement chutée. Ce n’est que justice, en espérant que cette dernière (si Christiane Taubira souhaite enfin faire son boulot) s’occupe de vos cas respectif… En tout cas, en tant que client, je souhaite une longue vie à Uber, vive le respect et la qualité que vous maniez si bien. Pour ma part, je ne mettrai plus jamais les pieds dans un taxi, je ne veux pas tomber sur un voyou, un délinquant, prêt à m’agresser, même si cela porte préjudice aux centaines de taxis français qui ont travaillé ces derniers jours comme à leurs habitudes, sans chercher à faire du mal à qui que ce soit.

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneActualitéArt / Expo

La photographie qui a changé notre compréhension du SIDA

À la uneCultureFranceSéries Tv

"Carrément craignos" : la nouvelle série de Jean-Pascal Zadi débarque sur France.Tv

À la uneSéries Tv

Les mystérieuses cités d'or bientôt en spectacle musical au Théâtre des Variétés

À la uneFrance

Direct | Marseille : un homme armé d'un couteau interpellé près d'une école juive

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux