À la uneActualitéPolitique

EELV : une primaire à quatre candidats pour 2022

La primaire écologiste est lancée. L’eurodéputé Yannick Jadot, le maire de Grenoble Eric Piolle, la députée Delphine Batho et l’ancienne porte-parole d’EELV Sandrine Rousseau vont se faire face. En ligne de mire, les élections présidentielles de 2022.

On en voyait cinq, ils seront finalement quatre. Yannick Jadot, Eric Piolle, Delphine Batho et Sandrine Rousseau sont les candidats officiels à la primaire écologiste. Ils ont été désignés par près de 219 parrains et marraines parmi cinq organisations (EELV, Génération.s, Mouvement des progressistes, Génération écologie et l’Alliance écologiste indépendante). Jean-Marc Governatori, pourtant influant, n’est pas en lice pour ces primaires. Les élections ont lieu en septembre avec un premier tour du 16 au 19 puis un second tour du 25 au 28.

Yannick Jadot, Sandrine Rousseau, Delphine Batho et Eric Piolle.
© Valentin Thibier / VL Média

L’urgence est là” martèle Benjamin Lucas, coordinateur du mouvement Génération.s et membre de l’équipe organisatrice de la primaire. “Aucune autre offre politique ne trace un chemin pour l’écologie“. Avec cette primaire, EELV veut placer l’écologie au centre du débat public pour les élections de 2022, et même pourquoi pas au pouvoir.

Quatre candidats mais une « union » clamée

Ils étaient au départ sept candidats. Seuls quatre d’entre eux ont reçu les parrainages nécessaires pour concourir à la présidentielle. Il s’agit de Yannick Jadot, Eric Piolle, Delphine Batho et Sandrine Rousseau. Chose étonnante, la primaire est ouverte à toutes les personnes de plus de 16 ans, pour 2 euros si l’on n’est pas membre d’un parti organisateur.

Les candidats y croient dur comme fer, la dynamique du mouvement écologiste peut leur faire accéder à l’Élysée. “Nous avons l’impératif de gagner les élections présidentielles, cinq ans de Macron ça suffit“, fustige Yannick Jadot. “La famille écologique est unie, c’est sa force depuis des années” ajoute-t-il. De son côté, Delphine Batho clame aussi sa volonté d’être “tous ensemble pour donner à l’écologie un élan“. “Malgré les attaques de LREM, LR et du RN, ils vont constater qu’on est unis” annonce Eric Piolle. Une primaire qui est donc sous le signe d’une union selon les candidats, bien qu’ils devront s’affronter tout l’été jusqu’en septembre.

Parmi les thèmes majeurs qui seront abordés par les candidats durant leur campagne, la crise sanitaire, l’éducation ou encore la transformation de la lutte contre le climat en emploi.

“Pas d’incarnation, d’homme providentiel

Sandrine Rousseau, ancienne seconde du parti et figure du mouvement féministe MeToo, a accepte de s’entretenir avec nous. Selon elle, un second tour Macron – Le Pen n’est pas une fatalité. Sa volonté est de mettre au devant de la scène les mouvements sociaux tout en les liant avec la question écologique. “Je suis écologiste économiste, féministe et enseignante” annonce-t-elle.

Pour elle, pas d’homme providentiel malgré la grande popularité de Yannick Jadot. La primaire est le moyen de créer un débat d’idées autour de l’écologie tout en donnant de la crédibilité au futur candidat. “C’est un débat d’idées qui doit concerner les concitoyens. L’objectif des primaires est de dire à tout le monde ‘venez faire le débat démocratique’.” nous dit-elle

Elle qui a beaucoup fait parler d’elle lors du mouvement MeToo, joue sa carte de représentante des mouvements sociaux. “C’est l’occasion de dire que tous ces mouvements antiracistes, de protection des personnes en situation de handicap, contre les phobies LGBT, féministes, que l’on a connu ces derniers mois ne sont pas rien. Ils doivent être incarnés et avoir un espace politique. C’est ce que je propose.

Sandrine Rousseau
© Valentin Thibier / VL Média

Professeure d’économie, elle propose notamment un revenu d’existence dès 18 ans dans le cadre d’une économie plus équitable et écologique. “L’écologie peut aller avec l’économie mais avec une certaine économie, pas l’économie libérale que l’on connaît actuellement. Elle peut aussi aller avec le social, à condition d’avoir une volonté de créer des conditions d’égalité et de mettre en place des mesures comme le revenu d’existence.” déclare-t-elle. 

Rendez-vous donc le 28 septembre pour savoir qui de Yannick Jadot, Eric Piolle, Delphine Batho et Sandrine Rousseau remportera la primaire écologiste. Mais cette dernière clame déjà ses ambitions, “il est temps qu’une femme écologiste arrive à la présidence de la République“.

A lire aussi : Allocution présidentielle : E. Macron s’exprimera ce soir à 20 heures

About author

Rédacteur VL Média et étudiant à l'École d'Histoire de La Sorbonne.
Related posts
À la uneActualitéInternational

L'Algérie ferme ses frontières aériennes au Maroc

À la uneActualitéFrance

51% des Français déclarent ne plus croire en Dieu

À la uneActualitéCulturePop & Geek

Apple refuse le retour du jeu Fortnite sur son store

À la uneFranceNon classé

Une soirée inédite 100% électro au château de Versailles

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux