Le Président a battu son propre record d’une heure. L’année dernière Emmanuel Macron était resté 13 heures contre 14 cette année au salon de l’agriculture. Mais que s’est-il passé durant cette visite ?

Comme le veut la tradition, le Président s’est rendu à la porte de Versailles pour l’ouverture du salon de l’agriculture à Paris. Hier, Emmanuel Macron a plaidé pour que l’Europe retrouve sa souveraineté alimentaire. Malgré qu’il se soit fait huer pendant une bonne partie de sa visite, le Président n’a pas perdu de vue la raison de sa présence : reconquérir les Français.

La Politique Agricole Commune (PAC)

Emmanuel Macron ne perd pas le sens de ses priorités. À trois mois des élections européennes, le Président a voulu faire partager sa vision concernant la protection des agriculteurs français face aux grandes puissances agricoles mondiales. « On va attendre les actes, mais il semble avoir compris la problématique agricole« , a réagi Samuel Vandaele, du syndicat des Jeunes Agriculteurs.

Bien évidemment, l’opposition et notamment Marine Le Pen a réagi de façon assez virulente face aux promesses de Macron en dénonçant des  » propos et un discours mensongers  » et en déclarant que « le Président s’est bien gardé d’expliquer que son grand projet de PAC ambitieuse est en totale opposition avec la réforme actuelle portée par Berlin et Bruxelles.  »

Des mesures concrètes pour empêcher la disparition des terres agricoles

Alors que les agriculteurs ne s’en sortent plus financièrement parlant notamment à cause de l’émergence des géants de l’agriculture et des prix imbattables que ces derniers pratiquent, Emmanuel Macron propose une alternative. Le Président a défendu sa loi concernant l’alimentation qui vise à augmenter le prix payé aux agriculteurs.

Macron a promis de prendre des mesures pour empêcher la disparition de terres agricoles au profit de zones commerciales, alors que les jeunes ne parviennent pas à s’installer faute d’accès à la terre. « Il faut vendre à des nouveaux plutôt qu’au voisin », a-t-il lancé, rappelant sans cesse qu’un agriculteur sur deux prendra sa retraite dans les 5 ans.

Premier bain de foule

C’est la première fois qu’Emmanuel Macron s’aventure dans un bain de foule depuis le début des manifestations des Gilets Jaunes. Une aventure qui n’est pas sans risque si on se remémore le passage de Nicolas Sarkozy qui avait été bousculé ou même celui de François Hollande qui s’était fait copieusement huer et insulter par les agriculteurs et visiteurs.

Mais en 2018, le Président n’avait pas échappé à cette coutume, en effet Macron a eu droit à la colère des céréaliers effarés par l’interdiction annoncée du glyphosate et celle des éleveurs inquiets par d’éventuelles importations de bœuf sud-américain. Heureusement cette tradition ne s’est pas perpétuée cette année car Emmanuel Macron a été encouragé par des messages de soutien.

À lire également : https://vl-media.fr/207021-2/