À la uneActualitéEconomieÉtudiantFrance

Emploi : la première préoccupation des jeunes

L’emploi constitue la première préoccupation pour 77% des jeunes français de 16 à 25 ans, interrogés par des missions locales.

L’enquête effectuée a révélé les incertitudes des jeunes quant à leur avenir. Si pour l’heure, les risques de contamination sont toujours présents, la propagation du virus n’est pas leur souci majeur. Ils ne sont pour autant pas épargnés par les conséquences de cette crise sanitaire, rapidement devenue économique et sociale. En effet, ils font partie des premiers sur le front dès qu’il s’agit d’évoquer l’insécurité de l’emploi (les témoignages qui suivront dans cet article ont été personnellement recueillis durant le confinement ndlr).

L’enquête évoquée a été réalisée sur la période du 15 au 22 juin par les 436 missions locales françaises, en collaboration avec France Stratégie et le Cereq (Centre d’Etudes et de Recherche sur les Qualifications).

Emploi : les incertitudes des jeunes

Près de 24 000 jeunes ont été suivis au cours de cette enquête à travers des missions locales. Parmi le tiers occupant un emploi avant le confinement, 42,5% l’ont perdu durant cette période. Un sur trois a déclaré être inquiet voire très inquiet vis-à-vis de son avenir professionnel. Parmi ces derniers, les trois quarts redoutent de ne pas trouver un emploi en raison de la crise actuelle.

La reprise d’une formation représente la troisième préoccupation des sondés (43,7%). Devancé par la “clarification du projet professionnel” (66,8%). Quant à l’emploi, il représente la première préoccupation pour 77% d’entres eux.

Ils représentent l’avenir mais subissent de plein fouet les conséquences économiques de la crise, en témoigne Sébastien, 22 ans, apprenti serrurier-métallier : “Mon patron est en précarité totale. Ce qui remet en jeu mon avenir professionnel car en attendant je n’apprends rien.”

Ce n’est pas tout. Un cinquième des jeunes interrogés suivaient une formation avant le confinement. Mais pour plus de 40%, cette formation a été stoppée. Le président de L’Union nationale des missions locales a déclaré “craindre une vague massive de décrochage de centaines de milliers de jeunes“.

Comment les jeunes ont-ils vécu le confinement ?

Les 24 000 jeunes ont également été interrogés sur la manière dont ils avaient vécu le confinement. Un tiers a répondu l’avoir mal voire très mal vécu, soit pour cause d’ennui (48,8%), soit en raison des difficultés à trouver un emploi (40,3%) soit face à l’isolement (36,6%).

Si un tiers des jeunes interrogés s’est déclaré inquiet vis-à-vis de leur avenir professionnel, les deux autres se sont montrés soit confiants soit indécis.

Tirer des enseignements pour “le monde de demain”

Pour certains, la période du confinement a été l’occasion de se concentrer sur soi-même et de tirer des leçons pour le monde de demain. 

Garance, 21 ans, étudiante en troisième année en école de communication raconte : « (…) Pour le futur je ne suis pas inquiète d’un point de vue personnel concernant mes études car cela n’a pas trop d’impact. Maintenant d’un point de vue général cela aura à mon avis beaucoup de points négatifs sur l’économie. Mais cela apportera peut-être à terme du positif d’un point de vue social, environnemental, en terme de solidarité et de créativité. » 

En effet, l’écologie constitue un enjeu central pour les jeunes générations. Juliette P., 21 ans, étudiante à Sciences po Lille, espère une remise en cause durable mais craint que pour répondre aux enjeux économiques, « cela ne relance une machine incontrôlable. En tant que futurs actifs, nous devrons plus tard réussir à appréhender et gérer le contexte comme on le pourra » 

La réponse de l’Exécutif

Il est donc certain que cette crise aura d’importantes conséquences économiques sur une partie de la population, et surtout chez les jeune. Il importe donc d’appeler à davantage de solidarité. L’intervention des missions locales apparait aujourd’hui comme étant primordial. 61% des jeunes interrogés souhaitent être soutenus au cours des étapes de leur vie.

Du côté du pouvoir exécutif, un plan emploi pour les jeunes est en préparation. Pour autant, il semblerait que l’Etat soit face à une crise de confiance. Et beaucoup de questions restent encore en suspens.

Emilie, étudiante en alternance dans l’hôtellerie, inquiète pour son avenir professionnel, souligne aussi son manque de confiance envers les mesures du gouvernement : “Le gouvernement parle beaucoup des aides pour les restaurants ; mais seront-elles suffisantes ? (…) Mon avenir est aussi remis en question.

A lire aussi : Jeunesse : Quand la pandémie de coronavirus entrave l’accès aux emplois saisonniers

Crédits : Getty Images/iStockphoto

About author

Journaliste
Related posts
À la uneInsolite

Un Airbus obligé d’atterrir d'urgence après avoir percuté un oiseau

À la uneCinémaCultureSéries Tv

Qui est-ce ? De Brad Pitt à Kurt Russell, ils ont commencé à la télé…

À la uneActualitéBrèvesFranceMédias

"Balance ton post" : deux nouveaux chroniqueurs rejoignent l'équipe de Cyril Hanouna

À la uneSéries Tv

Présidentielle américaine: Démocratie et séries télé

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux