À la uneInternationalLe point de vue des jeunes

Et si les jeunes changeaient réellement le monde ?

Et si les jeunes changeaient le monde ? Ils entendent maintes et maintes fois qu’ils sont le futur, que l’avenir de la société reposent sur eux. Alors peut-être ont-ils décidé de prendre le pouvoir dés leur plus jeune âge. Ou peut-être ont-ils décidé d’agir par frustration. Frustration de voir des paroles en abondance du monde politique mais jamais d’actions réelles pour mettre en action ces belles paroles.

Et ainsi, on voit aujourd’hui de plus en plus d’adolescents qui agissent réellement avec des actes qui traversent les pays et les continents pour défendre une cause qui leur est chère. Que ce soit le climat, les armes ou le système politique, seul ou en groupe ils ont réussi à se mobiliser à travers le monde et font réellement avancer les choses.

Le pouvoir change de main. La parole des jeunes d’accompagne d’actions réelles leur donnant une visibilité internationale et leur permettant d’accéder aux strates les plus hautes du pouvoir. Ils arrivent ainsi à changer pas à pas à travers leur mobilisation, leur détermination et leur volonté.

Ceux qui remettent en cause l’engagement des jeunes vont donc devoir revoir leurs théories. Si les jeunes s’engagent moins en politiques, ils s’engagent bien plus dans les associations, pour les causes humanitaires, environnementales … Autrement dit, ils agissent directement sur un sujet plutôt que de passer par l’action politique.

Greta Thunberg et l’action climatique

Parmi les plus jeunes, on trouve Greta Thunberg, militante pour le climat. Face à l’inaction des politiques et face aux seules paroles, elle a décidé de prendre les choses en mains. D’abord en faisant grève chaque vendredi et se rendant devant le Parlement Suédois. Mais l’action a pris de l’ampleur. Greta a fait plusieurs discours choc avec des slogans forts tels que “you say you love your children above all else and yet you’re stealing their future in front of their very eyes” lors de la COP24. Elle s’est aussi rendue à Davos au Forum économique mondiale, ou elle exprime son incompréhension que les personnes présentes soient venues en jet privé alors qu’elles prétendent se soucier de l’environnement. La volonté et la force de cette jeune fille ont séduit à travers le monde.

Des jeunes de tous les pays ont répondu à cet appel et repris cette action dans leur propre ville. Le mouvement se trouve maintenant à travers le monde. Des jeunes demandent des mesures réelles pour le climat et font entendre leur voix en un front uni.

Un véritable succés :

Plus de 20 000 étudiants font grève dans plus de 270 villes. Et l’apogée de ce mouvement se trouve surement ce vendredi 15 mars 2019 et ce samedi 16 mars avec une grande manifestation pour le climat. D’une action au départ solitaire, grâce à l’appui des réseaux sociaux puis des médias, Greta Thunberg, 16 ans, a convaincu le monde de la nécessité de son action. Personne ne remet en cause la justesse de son discours et les actions qu’elle organise rassemble un nombre de personne impressionnant dans le monde. En décembre 2018, Time Magazine l’a citée comme l’une des vingt-cinq adolescents les plus influents du monde. En mars 2019, elle est proposée pour le prix Nobel de la Paix par trois députés norvégiens

Emma Gonzalez, figure de la lutte contre les armes

Dans la même lignée, aux Etats-Unis, après la fusillade de Parkland dans un lycée ayant fait 17 morts et 15 blessés en 2018. A la suite de cet évènement une figure émerge, Emma Gonzalez. La jeune fille se pose en représentante de la lutte contre les armes à feu. Elle va rassembler et organiser des évènements pour lutter contre le lobby des armes. Soutenu par des personnalités variées allant de notamment après un discours enflammé à Fort Lauderdale ou elle explique sa peur pour la sécurité publique.

Elle n’hésite pas non plus à critiquer le président Trump ou le National Rifle Association, le lobby des armes. Principale tête d’une association contre ce lobby, elle organise une marche appelé March for our lives. Elle aussi fait preuve d’une parfaite maitrise des réseaux sociaux et utilise des slogans chocs pour fédérer et convaincre autour d’elle. Objectif réussi, la jeune fille est devenue virale, sa cause connue internationalement.

Des engagements variés et multiples

Et on vient de parler ici des actions à visée internationale. Mais de nombreux jeunes s’engagent aujourd’hui en créant leur association, ou en prenant part à des associations. En partant de leur quotidien, ils décident d’agir. Ces jeunes que l’on décrit comme fainéants et sans volonté politique. Ces jeunes que l’on décrit comme le produit de la société individualiste qui ne pensent qu’à eux et leur propre confort. Il semblerait que la vérité soit quelques peu plus complexe. On peut d’ailleurs s’appuyer sur des sondages. Un sondage de l’Ifop affirme que 71% des 16-25 ans ont la volonté de se mobiliser durablement pour les droits de l’homme.  63% ont cette même volonté pour les handicapés ou les jeunes défavorisés en France, 62% pour le tiers monde. Mais seulement 6% en politique.

Alors vous l’aurez compris, les jeunes ne rêvent pas que de téléréalité et de fêtes délurées. Ils ont aussi une conscience aigue des problèmes touchant la collectivité pour reprendre les termes de Anne Muxel, dans L’expérience politique des jeunes. Seulement s’ils engagent ils veulent avoir des responsabilités et pouvoir faire une différence. Loin des caricatures les montrant passifs, les jeunes désirent s’engager à condition qu’on soit disposer à les entendre réellement et à leur passer le relais.

Related posts
À la uneSéries Tv

Double Je : "En saison 2, soyons encore plus exigeants à tous les niveaux"

À la uneSanté

Témoignage: Le combat d'un accidenté de la trottinette électrique

À la uneActualitéFranceRégions

Opération séduction pour Tours

À la uneActualité

Verino On Demand le stand d'upper 3.0 lance sa propre plateforme

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux