Stephen Hawking est décédé aujourd’hui, à 76 ans. Il a été l’astro-physicien le plus connu au monde. Son oeuvre vulgarisatrice de la science des trous noirs est lue à travers le monde et a repoussé les limites de la connaissance scientifique.

Stephen Hawing: un génie très tôt destiné à repousser les limites

Stephen Hawking est né à Oxford, le 8 janvier 1942. En 1964, alors jeune étudiant de 21 ans, il est diagnostiqué avec la maladie de Charcot, aussi appelée SLA (Sclérose latérale amyotrophique). Les médecins ne lui donnent alors pas plus de deux ou trois années à vivre.

Cette maladie l’a progressivement obligé à être en fauteuil. Elle lui a ensuite enlevé la capacité de parler. C’est d’ailleurs à son synthétiseur vocal que le scientifique était rapidement reconnaissable. Peu à peu il était complètement paralysé.

Mais cette maladie ne l’a en rien empêché de continuer à réfléchir et à faire des découvertes révolutionnaires pour le domaine de l’astrophysique.

À lire aussi : Hommage à Hubert de Givenchy

Son oeuvre : aller plus loin que les limites de la science

Stephen Hawking est d’abord connu pour son ouvrage intitulé « Une brève histoire du temps », publié en 1988.

Il travaillait principalement afin d’expliquer la création de l’Univers et son fonctionnement. Il est devenu, à 32 ans, membre de la Royal Society, la plus prestigieuse institution scientifique de Grande-Bretagne. En 1979, Hawking a été nommé professeur de mathématiques à l’Université de Cambridge. Il y était alors professeur de mathématiques. Pour joindre Cambridge, il avait quitté l’Université d’Oxford, où il étudiait l’astronomie théorique.

Beaucoup de personnalités ont rendu hommage à l’astrophysicien, de Theresa May, à l’astrophysicien américain Neil de Grasse Tyson.

« Demander ce qui s’est passé avant le Big bang reviendrait à chercher un point qui soit à un kilomètre au Nord du pôle Nord. » – Une brève histoire du temps, Stephen Hawking