Dans la nuit du dimanche 18  au lundi 19 mars, une femme a été percutée par un véhicule autonome expérimental appartenant à Uber. Après cet accident fatal, l’entreprise a décidé de suspendre la circulation de ces voitures.

Premier accident de cette envergure

Alors qu’elle traversait la route (sans utiliser un passage piéton) dans la ville de Temple, en Arizona, Elaine Herzberg (âgée de quarante neuf ans) a été violemment percutée par un véhicule autonome de l’entreprise Uber. La police a notamment précisé que l’accident avait eu lieu pendant la nuit, alors que l’automobile était en mode automatique et qu’une personne se tenait derrière le volant. Après avoir été transportée dans un hôpital, la victime, que la police soupçonnait d’être une sans-abris, a finalement succombé à ses blessures. Plusieurs accidents impliquant ces voitures ont été reportés mais c’est néanmoins la première fois qu’un d’entre eux a entrainé la mort. Dans la matinée du 19 mars, l’entreprise américaine a posté un message sur twitter adressé aux familles : « Nos coeurs sont avec les victimes des familles. Nous coopérons totalement avec la police de Temple et les autorités locales qui investiguent sur l’accident ».

Une collision impossible à éviter ?

Sylvia Moir (cheffe de la police de Temple), citée par le San Francisco Chronicle, a déclaré que selon les premiers éléments de l’enquête, les véhicule autonome ne semblait pas être en faute : « Il est très clair qu’il aurait été difficile d’éviter cette collision quel que soit le mode de conduite (autonome ou humaine) étant donné la façon dont la victime a surgi sur la route« . Ses équipes se sont (entre autres) appuyées sur les images prises par les caméras placées sur le véhicule.

Suite à cet évènement, Uber a décidé de suspendre les essais jusqu’à nouvel ordre.