À la uneActualitéBrèves

Étude : comment évoluent les méthodes de consommation des jeunes ?

Encore une étude faite pour décrédibiliser les jeunes. Cette fois-ci elle nous vient du Credoc. “Environnement: les jeunes ont de fortes inquiétudes mais leurs comportements restent consuméristes”. D’entrée de jeu, on se doute que l’étude n’est pas tendre avec les nouvelles générations.

Le Credoc présente ici le résultat de ces sondages visant à démontrer que les jeunes parlent plus qu’ils n’agissent. On commence à être habitués à ce genre de sondage visant plus à descendre qu’à encourager la jeunesse. Ici, plusieurs points sont abordés. Premièrement l’étude rappelle que depuis plusieurs années, les jeunes ont tendance à plus s’impliquer dans la vie associative pour la préservation de la planète que les personnes âgées.” Alors que seuls 3 % participaient à une association pour la défense de l’environnement, l’étude du CRÉDOC montre que la proportion augmente depuis 2016 pour atteindre 12 % en 2019.”

De plus, on nous montre également que les jeunes place l’environnement comme première préoccupation, devant l’immigration et le chômage.Selon l’enquête Conditions de vie du Crédoc, 75 % des 15-24 ans pensent que les conditions de vie deviendront extrêmement pénibles si le réchauffement continue (67 % de moyenne, selon l’Ademe en 2017). Jusqu’ici tout va bien.

Les jeunes consomment

Ici on fait face à une étude différente, d’une part, il n’est pas préciser dans le document si les jeunes font parti du % de l’ensemble de la population. Ensuite on nous explique que les jeunes ont plus tendances à profiter des soldes pour acheter plus que pour économiser. On nous dit donc que malgré leurs revendications écologiques les jeunes consomment plus. Mais le chiffre est plus complexe, il faut prendre en compte le facteur budget, nettement moins important en moyenne chez les jeunes que chez les personnes âgées. De plus, oui les jeunes consomment, mais consomment dans un système et dans un cycle de consommation créer par leurs anciens. Il devient donc difficile de leur reprocher de consommer ce que l’on produit.

En parallèle on voit qu’avec les nouvelles technologies, les jeunes adaptent leurs besoins à leurs idées. Ils sont plus enclin à acheter et vendre des produits d’occasion sur internet plutôt que d’acheter du neuf.

Écogestes

L’autre gros graphique nous parle des écogestes (toujours pas de précisions sur qui est l’ensemble de la population). On montre ici que 64% des jeunes trient leurs déchets, 44% achètent des produits de saison 24 choisissent des produits à écolabels. Il faut également voir ses chiffres comme encourageants même si ils sont légèrement en dessous que l’ensemble de la population.

Cette étude nous parle également des jeunes comme étant premiers sur les transports les plus écologiques (transport en commun, covoiturage, électrique ou marche). Pour nuancer ce graphique on peut également mettre le facteur budget en jeu, la viande de mauvaise qualité, les produits non bio et les produits sous emballages sont abordables. Je pense qu’il faut attendre que la jeunesse ait le même budget que les personnes plus vieilles pour vraiment étudier les comportements. Et au lieu de dire d’arrêter de consommer autant de produits polluants il faudrait peut-être arrêter d’en produire.

À lire également :

About author

Pasinato Pablo Journaliste Culturel VL Média
Related posts
À la uneActualitéFrance

Un renforcement du couvre-feu envisagé

BrèvesSéries Tv

Coronavirus : Laura Farrugia remplace Malika Alaoui (Mila) dans Plus belle la vie

À la uneArt / ExpoCultureSorties

Les chefs d'œuvre de la Renaissance italienne s'invitent au Louvre

À la uneSéries Tv

On a vu pour vous... Inside n°9, la géniale anthologie britannique

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux
Worth reading...
Star Trek : Picard déjà renouvelée pour une saison 2