À la uneActualitéFootSport

EURO 2016 : Quelles garanties pour les nations à J-100 ?

Dans cent jours exactement, la France accueillera le quinzième championnat d’Europe de l’histoire. La rédaction de Radio VL revient sur les certitudes et les doutes des vingt-quatre équipes de la compétition ! 

Groupe A : la France sous pression

Aucune certitude. Voilà ce qu’il faut retenir du passage de Didier Deschamps au Canal Football Club le 21 février dernier. La France avance dans le doute et l’espoir à quelques semaines de son Euro. Outre l’affaire Benzema, qui paralyse les plans du sélectionneur, les performances irrégulières du “groupe” sèment le doute. En défense, Zouma est forfait, Sakho, Mangala et Koscielny trépignent en Premier League et Varane est loin, très loin, du niveau qu’il avait pour la décima du Real en 2014. Seul Laporte (Bilbao), jamais retenu en A, semble être en forme. Au milieu, Pogba, Diarra et Matuidi, sauf surprise, ont déjà leur ticket. Pour le reste, l’interrogation plane ! Seul le jeune Kanté (Leicester) réalise une saison de haute volée mais n’a jamais été retenu non plus. Le trublion de West Ham, Dimitri Payet, est également en grande forme, mais Didier Deschamps ne semble pas vouloir l’utiliser au coeur du jeu, mais en attaque. Cette dernière pourrait faire peau neuve si Benzema et Valbuena ne sont pas en mesure (ou au niveau) d’intégrer le groupe. Ben Arfa, Lacazette, Coman, Gignac, Fekir, Cabella ou encore Gameiro pourraient espérer accompagner Giroud, Griezmann et Martial, indéboulonnables à priori. Didier Deschamps annoncera les 23 heureux mi-mai, d’ici là les Bleus rencontreront la Russie et la Hollande fin mars, en guise de répétition avant la Roumanie, le 10 juin au Stade de France.

L'affaire Benzema-Valbuena n'est pas le seul problème pour Didier Deschamps.

L’affaire Benzema-Valbuena n’est pas le seul problème de Didier Deschamps.

Le premier adversaire des Bleus a fait fort défensivement durant les qualifications en étant la meilleure défense européenne (deux buts encaissés en dix matchs) et n’a perdu aucun match. Deuxièmes derrière la surprenante Irlande du Nord, les roumains semblaient être un collectif solide pour tenir tête dans cet Euro. Mais en janvier dernier, le Steaua Bucarest a refusé d’envoyer plusieurs de ses joueurs en Turquie pour un stage en sélection. Un événement qui a un peu tendu les relations entre clubs et fédération, au plus grand bonheur des français. Après avoir mis à mal les Bleus en amical (un nul, une victoire), l’Albanie arrive en France pour participer à son premier Euro. Deuxième de son groupe, devant le Danemark et la Serbie notamment, l’Albanie compte bien tenter un nouvel exploit dans l’hexagone. Le dernier adversaire des Bleus, la Suisse, aborde cet Euro sans la moindre de certitude également. Si le jeune buteur Breel Embolo fait beaucoup parler en Europe, les stars de l’équipe, dont l’ancien Munichois Shaqiri, vivent une saison compliquée. Installés comme les outsiders des compétitions depuis bientôt dix ans, les suisses pourraient ne pas faire long feu en France.

S.V

Le prono de la radio

1 – France 

2 – Albanie

3 – Roumanie

4 – Suisse

Groupe B : la promenade des Anglais ? 

Le favori incontesté de ce groupe reste l’Angleterre. En cause, des éliminatoires proprement parfaits (10 victoires en 10 matches !), avec des éliminatoires certes pas si compliqués, avec la Suisse et la Slovénie. Outre-Manche, l’équipe de Wayne Rooney a un gros coup à jouer. Derrière, il y a la Russie. Plus discrète en qualifications (20 points sur 30 et deuxième de son groupe), le plus grand pays du monde devrait logiquement se qualifier. Mais sa situation reste fragile. Demi-finaliste en 2008, le passage à 24 équipes pourrait affaiblir les « Sbornaya ». Mais la troisième place est potentiellement qualificative…

Bale et les Gallois veulent faire tituber les Anglais !

Bale et les Gallois veulent faire tituber les Anglais !

Le Pays de Galles est sans doute l’inconnue du groupe. Portés par un Gareth Bale en feu, les gallois ont impressionné en qualifications, ne concédant qu’une défaite, pas même contre les n°1 mondiaux belges. En trois matches, l’opportunité est grande pour permettre aux hommes de Chris Coleman de viser les huitièmes de finale. Et enfin, la Slovaquie. « Dépucelé » d’une phase finale internationale en 2010 à la Coupe du monde en Afrique du Sud, le pays d’Europe centrale a commencé ses éliminatoires sur les chapeaux de roue, en battant l’Espagne (2-1). Une suite plus ou moins régulière leur a offert l’Euro. Les slovaques y vont sans complexe.

Le prono de la radio

1- Angleterre

2- Pays de Galles

3- Russie

4- Slovaquie

T.A

Groupe C : l’Allemagne doit confirmer

Après avoir obtenu cette quatrième étoile en 2014, l’Allemagne veut réaliser le doublé comme l’avaient fait (il n’y a pas si longtemps que ça) les espagnols. Ce 4ème trophée européen sera compliqué à avoir, mais contrairement aux années précédentes, l’Allemagne a un atout (et de taille):  elle a connu le succès final, ses joueurs connaissent la recette et à eux seuls de la reproduire. Cependant le fait d’avoir atteint le sommet du monde au Maracaña peut être aussi un frein (paradoxalement) à leur ascension footballistique. En témoigne leur phase éliminatoire (7 victoires, 1 nul et 2 défaites). De plus, l’Allemagne a perdu deux cadres essentiels : son capitaine Lahm et son buteur Klose, tous deux partis à la retraite. La relève au sommet de l’attaque a du mal à s’imposer, Kevin Volland, Max Kruse ou le jeune Timo Werner semblent un peu justes pour un Euro. Néanmoins, Mario Götze, Marco Reus ou Thomas Muller, avec ses 9 buts inscrits dans la campagne éliminatoire, pourront jouer les pompiers de service. D’autant que les joueurs de Joachim Löw restent de toute façon les favoris de la compétition.

L'Allemagne veut assouvir sa domination sur le football mondial.

L’Allemagne veut assouvir sa domination sur le football mondial.

 Les “Jovto-Blakytni” ukrainien vont devoir réaliser un bel Euro après l’échec à domicile lors de l’Euro 2012. Le sélectionneur Mikhail Fomenko présent dans la sélection depuis 2012 a pu construire un groupe homogène basé sur un noyau formé et qui joue en Ukraine. Après avoir dû passer par les barrages pour obtenir sa qualification face à la Slovénie (3-1 cumulé), la sélection ukrainienne compte sur ses principaux atouts les milieux Konoplyanka (FC Séville) Andriy Yarmolenko (Dynamo Kiev) et le capitaine Anatoly Timochtchouk et ses 140 sélections. L’Irlande du Nord est le petit poucet du groupe (voire de la compétition) et pour cause: ce sera sa première participation à un Euro, après d’incroyables éliminatoires (6 victoires, 3 nuls et 1 défaite). Les nord-irlandais participeront à leur première compétition internationale depuis la Coupe du Monde 1986 à Mexico où ils ont été sortis dès le 1er tour. Surprise ou valise ?

La Pologne veut surprendre l'Europe !

La Pologne veut surprendre l’Europe !

Sortis du groupe D, pourtant assez relevé avec l’Allemagne, l’Irlande ou encore l’Ecosse, les polonais, peuvent montrer lors de ce championnat d’Europe que cette phase qualificative n’était pas qu’un feu de paille et qu’ils peuvent prétendre à autre chose qu’une place d’outsider. Leur sélectionneur Adam Nawałka peut se baser sur un noyau de joueurs solides et talentueux tels que Robert Lewandowski, l’attaquant du Bayern, devenu le meilleur buteur des qualifications avec ses 13 buts inscrits. Le défenseur du Borussia Dortmund Łukasz Piszczek, les milieux Grzegorz Krychowiak (FC Séville), Kamil Grosicki (Stade Rennais) et le portier Wojciech Szczęsny (AS Rome) sont aussi d’excellents atouts pour la formation polonaise qui pourrait surprendre, quatre ans après avoir déçu !

N.B

Le prono de la radio : 

1 – Allemagne

2 – Pologne

3 – Ukraine

4 – Irlande du Nord

Groupe D : la revanche de 1984 pour la Roja ? 

Depuis un soir de juin 2014, au Brésil, et une défaite (2-0) face au Chili, l’Espagne a perdu l’auréole qui couronnait son football depuis 2008. Éliminée dès le premier tour du Mondial il y a deux ans, l’Espagne débarque en France avec l’envie de se venger ! De redorer son blason. Premier du campagne de qualifications largement abordable, le tenant du titre semble se renouveler progressivement. Le changement c’est maintenant en Espagne, mais lui se fait avec douceur. Vincente Del Bosque devrait quitter son poste de sélectionneur après l’Euro, tout comme Iniesta et Casillas qui pourrait raccrocher selon la performance. 32 ans après avoir subi la foudre de Platini et Bruno Bellone, la Roja aura sûrement à coeur de rappeler à l’Allemagne et aux autres que c’est elle qui règne sur le toit de l’Europe.

La passe de 3 ? Podemos !

La passe de 3 ? Podemos !

Pour arrêter l’Espagne dans ce groupe, il faudra compter sur la Croatie. Les deux équipes se rencontreront lors du troisième match (le 21 juin à Bordeaux) et les Croates comptent bien jouer la première place du groupe en Gironde. Emmené par Rakitic, Modric and co, la Croatie veut effacer l’échec du Mondial au Brésil (troisième de son groupe) et se remémorer la belle histoire qu’ils ont vécu en 1998 (1/2 finale de Coupe du Monde) sur le sol français. La Turquie et la République Tchèque, absentes des dernières compétitions, vont se jouer la troisième place. Les turcs arrivent en France avec beaucoup de doutes et une équipe qui manque de personnalité. Côté tchèque, la nouvelle génération et l’ancienne semblent bien cohabiter ensemble, mais le niveau reste assez faible en général. Tombeur des Pays-Bas en qualification, la bande à Plasil aimerait s’offrir un bel été en France, en guise de retraite internationale pour Cech.

S.V et W.A

Le prono de la radio :

1 – Espagne 

2 – Croatie 

3 – République Tchèque

4 – Turquie 

Groupe E : le “petit” groupe de la mort

Depuis peu première du classement FIFA, la Belgique suscite beaucoup d’espoirs pour cet Euro, avec sa nouvelle génération pleine de talents. Le parcours de la Belgique dépendra sûrement du niveau de leur maître à jouer Eden Hazard, peu en réussite cette saison avec Chelsea mais qui peut sans nul doute retrouver son niveau pour cet événement ! Lors des qualifications, les belges ont terminé premiers de leur groupe, devant le Pays de Galles, seule équipe à les avoir battus. L’Italie à elle aussi terminé première de son groupe, devant la Croatie. Apres un mondial décevant, qu’elle avait quitté dès le premier tour, les italiens auront sans doute à cœur de se rattraper pendant l’Euro. Après avoir séduit la France en Ligue 1, Verratti pourrait bien être la révélation de cet Euro !

Le nouveau maillot Adidas de la Belgique

Le nouveau maillot Adidas de la Belgique

Troisième de leur groupe de qualifications derrière l’Allemagne et la Pologne, la Republique d’Irlande pourrait bien être la surprise de ce groupe. La victoire contre l’Allemagne a fait naître quelques espoirs. Entraînée par le légendaire Roy Keane, l’équipe a de plus affiché, tout au long des qualifications, une grande solidarité et pourrait ainsi compenser son manque de joueurs majeurs. Le changement de réglementation cette année permettra sûrement à une troisième équipe dans ce groupe de se qualifier. Cette place se jouera vraisemblablement entre l’Irlande et la Suède. La Suède ne présente que peu de garanties et se le reposer uniquement sur les épaules de Zlatan Ibrahimovic, qui aura à coeur de parfaire sa sortie en France. Sa troisième place en qualification, derrière la Russie et l’Autriche, n’incite pourtant pas à l’optimisme.

T.C

Le prono de la radio :

1-Belgique

2-Irlande

3-Italie

4-Suede

Groupe F : Lucky strike ! 

Le Portugal du triple ballon d’or Cristiano Ronaldo est légitiment favori de ce groupe F. Depuis l’Euro 2000, la Seleciao n’a manqué aucune grande compétition internationale. Cependant, elle garde en mémoire le fiasco de la dernière Coupe du monde disputée en 2014 au Brésil (sortie dès le premier tour). Les coéquipiers de Ronaldo auront à coeur d’aller le plus loin possible dans cet Euro 2016, et viseront la première place de ce groupe F. Mais ils devront se méfier de l’Autriche. Classée 11ème au classement FIFA, la sélection autrichienne a connu une progression fulgurante depuis deux ans. Elle a terminé première de son groupe des éliminatoires sans perdre un match (9 victoires et 1 match nul), devant la Russie et la Suède de Zlatan Ibrahimovic. “Das Team” compte dans ses rangs le milieu de terrain du Bayern Münich David Alaba, mais aussi Christian Fuch, actuel leader de Premier League avec Leicester. Sans oublier Marc Janko, meilleur buteur de la sélection (21 buts) et qui a fait si mal à Saint-Etienne en 16èmes de finale de l’Europa League avec le FC Bâle.

Ronaldo va démarrer la compétition dans un groupe où "il est sûr que si tout le monde était à son niveau, ils seraient premier"

Ronaldo dans un groupe où “si tout le monde est à son niveau, ils seront premier”

Derrière ces deux poids lourds, l’Islande tentera de se frayer un chemin vers les 1/8èmes de finale. La sélection nordique dispute la phase finale d’un tournoi international pour la première fois de son histoire ! Elle s’est qualifiée pour l’Euro français en terminant 2ème de son groupe éliminatoire, derrière la République Tchèque mais aussi devant la Turquie et surtout les Pays-Bas, qui ne se sont pas qualifiés. Elle compte dans ses rangs l’attaquant nantais Kolbeinn Sigthórsson, et la légende Eidur Gudjohansen, 37 ans, passé par Chelsea et Barcelone. Enfin, la Hongrie fait figure de petit poucet dans ce groupe. A part le gardien Gabor Kiràly qui évolue en 2ème division anglaise à Fulham, elle ne compte aucun joueur évoluant dans un grand club européen. Mais…

Le prono de la radio 

  1. Portugal
  2. Autriche
  3. Islande
  4. Hongrie

A. Le Quéré

Retrouvez toute l’actualité de l’Euro 2016 avec l’émission Euro Foot sur Radio VL !

Related posts
À la uneActualitéFootSport

Ligue des Champions : Quels adversaires pour Paris et Lyon ?

À la uneBrèvesSéries Tv

Curb Your Enthusiasm : une date et un trailer pour la saison 10

À la uneActualitéFranceSociété

Zoo d'Amnéville : une pétition réclame la fermeture du site

À la uneActualitéFranceNon classéSociété

Retraites: Décryptage de l'annonce attendue de Édouard Philippe

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux