À la uneActualitéFrance

Euthanasie : Nicolas Bonnemaison devant les Assises

Le Procès du médecin urgentiste Nicolas Bonnemaison, accusé d’avoir empoisonné sept patients en fin de vie, s’est ouvert mercredi devant les Assises Pau.

A 53 ans, il encourt la réclusion criminelle à perpétuité. Actuellement sous contrôle judiciaire, il est arrivé libre au tribunal hier, où une orde de journalistes l’attendaient. A leurs côtés, certains membres du groupe de soutien du médecin, ainsi que plusieurs sympathisants d’associations favorables à l’euthanasie. Sur leur dos, un message : «maîtriser sa vie jusqu’à la fin».

L’ex docteur – il a depuis été radié du Conseil national de l’Ordre des médecins- est poursuivi pour «empoisonnement sur personnes particulièrement vulnérables». Ces dernières étaient hospitalisées dans une unité du service des urgences de l’hôpital de Bayonne. Elles sont décédées entre mars 2010 et juillet 2011, peu après leur admission.

Hôpital

Ces empoisonnements, le docteur les assume, mais se défend d’être un militant de l’euthanasie. «Certes j’ai utilisé des médicaments, non pas dans l’intention de donner la mort, mais pour abréger les souffrances des patients en fin de vie. Il n’a jamais été dans mon propos de les utiliser dans une intention létale» avait déjà déclaré l’intéressé en 2011. «On va avoir un véritable débat de société, tout le monde le veut, défense comme accusation » a assuré l’un de ses avocats, M. Benoît Ducos-Ader. « Il s’est toujours expliqué sur les faits, il veut justifier ses actes, il veut répondre en médecin. C’est le procès de Nicolas Bonnemaison et le procès de la fin de vie» a-t-il ajouté.

Pendant sa campagne présidentielle de 2012, François Hollande avait promis de « compléter et améliorer » la loi Leonetti. Ce texte admet en effet un droit au «laisser mourir» mais interdit le geste qui provoque la mort.

Aucune famille n’a encore porté plainte. Seule une seule s’est cependant porté partie civile.

Nicolas Bonnemaison a reçu nombre de soutien. Une pétition en sa faveur a recueilli près de 60 000 signatures. En outre, plus de 250 médecins avaient dénoncé se radiation dans une lettre ouverte au Président Hollande.

Le procès devrait durer deux semaines. Le verdict est attendu pour le 27 juin.

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneFrancePolitiqueSociété

Désormais, les forces de police n’utiliseront plus la « clé d’étranglement » comme technique d'interpellation

À la uneCinémaCulture

Universal annonce le retour de ‘L’Exorciste’ avec une nouvelle trilogie en préparation

À la uneJeux olympiquesSport

JO de Tokyo, jour 7 : Florent Manaudou en lice pour le podium, les français champions olympiques en judo

À la uneFaits DiversInternational

Angleterre : 40 personnes arrêtées pour abus sexuels sur mineurs

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux