À la uneActualitéInternationalsociété

Fin de la politique de contrôle des naissances en Chine

La politique de l’enfant unique prendra fin en 2020. Le parti communiste chinois s’inquiète notamment du vieillissement de sa population et du déséquilibre hommes/femmes.

La Chine va se doter d’un nouveau code civil d’ici 2020. Selon les annonces officielles, il ne devrait pas mentionner de limite au nombre d’enfant. Ce serait la première fois depuis 1979 que la Chine n’impose plus de restrictions démographique à sa population. La politique de l’enfant unique avait déjà été assouplie. D’abord pour les minorités ethniques dont la survie dépend d’un renouvellement générationnel. Ensuite, dans les campagnes, il était autorisé d’avoir un second enfant si le premier était une fille. Cette exception avait pour but de limiter les abandons d’enfants, un garçon étant beaucoup plus valorisé pour sa capacité à travailler et pour pérenniser le nom de famille.

En 2002, en Chine, il était devenu possible d’acheter le droit à un second enfant, pour les familles aisées. A partir de 2013 il était autorisé d’avoir deux enfants, dans le cas des couples dont au moins un était enfant unique. Avant ces assouplissements, avoir un second enfant était particulièrement mal vu. L’enfant n’avait pas le droit à des études, ni à un travail sanctionné par l’Etat. Les parents pouvaient perdre leur travail.

Inverser la tendance de l’enfant unique

La politique de l’enfant unique avait mené à des avortements forcés, des stérilisations, des amandes très chères… Une politique cruelle, mais efficace.  En 1960 le taux de natalité était de six enfants par femmes. Avec une population grandissante à se rythme, le parti communiste craignait pour l’économie du pays. Ce taux est aujourd’hui de 1,7 par femme.

Mais le contrecoup a été un déséquilibre dans la démographie chinoise. En 2017 naissaient 18% de garçons de plus que de filles. Cela implique un grand nombre d’hommes célibataires dans les décennies à venir. De plus la population chinoise vieillit. De 4% de seniors en 1965, le chiffre est aujourd’hui de 10%. Ils seront 487 millions de seniors chinois en 2050. La population en âge de travailler décline depuis six ans. Pour l’Etat, il était donc urgent d’inverser la tendance.

Pourtant peu de couples souhaitent avoir plus d’enfants. La principale raison est économique. Le logement et les études coûtent cher. De plus, les femmes craignent de prendre des congés le temps d’avoir un enfant, et de perdre leur travail pendant ce temps. Le gouvernement chinois espère voir vingt millions de bébés naître l’année prochaine.

À​ ​lire​ ​aussi: Chine-Etats-Unis : la guerre est déclarée !

Related posts
ActualitéInternational

Fuir la Corée du Nord : une vie d'exil

À la uneArt / ExpoCôte d’AzurCulture

Même confinée, la culture continue de vivre à Nice

À la uneCinéma

10 répliques cultes de "Le dîner de cons"

À la uneCinémaLittérature

France Télévisions : La Peste d’Albert Camus bientôt adapté

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux