EquitationSport

Grippe équine : la RESPE appel à une vigilance renforcée

Depuis le 14 décembre, le Réseau d’Epidémio-Surveillance en Pathologie Équine (RESPE) maintient son niveau d’alerte concernant la grippe équine. Les foyers se multiplient en France mais aussi en Belgique, en Angleterre, en Irlande et en Allemagne.

La Respe comptabilise dix foyers situés majoritairement dans le Nord-Est du territoire :

Les structures touchées sont principalement des centres équestres alliant cours d’équitation, compétitions et vente de chevaux. Pour le moment seule la filière sport et loisir est concernée.

Un lien avec la Belgique concernant la contamination de six des neuf foyers a pu être identifié, soit par le commerce de chevaux, soit par la participation à des concours sur le site de Moorsele (Belgique).

Symptômes et circulation du virus

La grippe équine n’est pas transmissible à l’homme. La transmission du virus se fait essentiellement par les sécrétions respiratoires. Le virus est peu résistant dans le milieu extérieur, la transmission se fait au contact des uns et des autres, par le soigneur ou les objets utilisés. Les principaux symptômes sont une forte fièvre (jusqu’à 41°C), des écoulements nasaux et la toux.

Parmi les équidés malades on compte des chevaux de tout âge, non vaccinés mais aussi vaccinés. Les chevaux vaccinés montrent cependant des symptômes moins marqués, une excrétion du virus moins longue et ils récupèrent plus rapidement.

Si elle n’est pas efficace à 100 %, la vaccination n’est cependant pas à remettre en cause : au niveau individuel comme à l’échelle d’un effectif, elle reste une des principales mesures de lutte contre la maladie en limitant les symptômes et l’excrétion du virus.

Mesures sanitaires de prévention pour les foyers confirmés

¤ Isoler les animaux positifs
¤ Arrêter les mouvements de chevaux dans et hors de la structure
¤ Suivre la température de ces animaux pendant 1 semaine (période d’incubation)
¤ Désinfecter le matériel ou utiliser du matériel à usage unique ; mettre en place des pédiluves devant les zones infectées ; les désinfectants virucides usuels sont actifs contre le virus
¤ Désinfecter les locaux et effectuer un vide sanitaire avant toute réintroduction d’animal dans un local « infecté »
¤ Désinfecter les vans et camions de transport
¤ Limiter le contact des chevaux infectés uniquement au personnel responsable des soins
¤ Mettre en place un circuit de soins (débuter les soins par les lots d’animaux sains pour terminer par les chevaux suspects et atteints)
¤ Réaliser les soins entre les différents lots par des personnels différents ou à défaut en suivant le circuit de soins, changer de tenue entre les différents lots si personnel unique
¤ Des prélèvements réguliers peuvent être mis en place pour suivre l’excrétion du virus (et donc la contagiosité) au sein d’un effectif

Mesures sanitaires de prévention lors de rassemblement

En tant qu’organisateur :

¤ S’assurer de la bonne santé des chevaux arrivant sur les lieux du rassemblement ; il est recommandé de mettre en place un protocole sanitaire avec un vétérinaire
¤ S’assurer qu’aucun cheval provenant d’un foyer avéré ne se rende sur les lieux du rassemblement.
¤ Nettoyer et désinfecter les boxes avant, entre et après chaque mouvement de chevaux.
¤ Mettre à disposition des points d’eau afin que les cavaliers puissent s’approvisionner en eau individuellement.
¤ Communiquer largement et imposer aux participants, comme au public en particulier les enfants, le respect de pratiques préventives pour limiter le contact direct et indirect entre chevaux, notamment via les mains, le matériel, les bottes…
¤ Ne pas maintenir l’organisation d’un rassemblement en cas de cheval malade ou suspect au sein de l’établissement accueillant le rassemblement.

En tant que cavalier :

¤ Ne pas emmener de cheval suspect, malade ou qui a été en contact avec un cheval malade ou suspect en concours, course ou dans tout autre type de rassemblement.
¤ Ne pas se rendre dans un rassemblement lorsqu’un foyer a été avéré dans ce lieu.
¤ Vérifier les dates de rappels vaccinaux de vos chevaux et envisager avec votre vétérinaire la nécessité ou non de les renouveler
¤ S’assurer de la propreté des boxes (nettoyage et désinfection avant l’entrée de votre cheval dans le box, puis entre les chevaux).
¤ Emmener et utiliser exclusivement un matériel unique pour chaque cheval.
¤ Utiliser un seau unique par cheval pour l’abreuvement sur le lieu du rassemblement (remplir les seaux d’eau directement aux robinets) ; ne pas utiliser les abreuvoirs collectifs.
¤ Limiter au maximum les contacts avec d’autres chevaux notamment des chevaux issus d’autres effectifs.
¤ Isoler autant que possible les chevaux dès leur retour sur leur structure d’origine, surveiller leur état général et suivre la température les jours suivants (une dizaine de jours environ).
¤ Nettoyer et désinfecter le matériel (y compris les vans et moyens de transport).
¤ Se désinfecter régulièrement les mains, ne pas toucher d’autres chevaux que les siens.
¤ Empêcher le public de toucher les chevaux pour ne pas créer de contact indirect.

Lire aussi : Les dix événements équestres qui ont marqué l’année 2018 !

Related posts
À la uneActualitéFootSport

Ligue des Champions : L'année du PSG ?

À la uneActualitéFootSport

Les dernières infos avant Atalanta - PSG

À la uneActualitéFootSport

Ligue des Champions : Le Stade Rennais officiellement qualifié

À la uneActualitéFootFranceMédiasSport

Les offres se précisent pour Téléfoot : on vous explique tout

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux