À la uneActualitéFranceReportages

Immersion Sentinelle : on a passé 24h au cœur de la lutte antiterroriste !

VL vous propose une immersion exceptionnelle avec les militaires de Sentinelle ! 24h dans la vie des hommes et des femmes qui luttent contre le terrorisme, pour nous et partout sur le territoire.

Peut-on imaginer une gare, une rue, un parc, sans croiser des militaires ? Depuis son lancement en janvier 2015, l’opération Sentinelle “de lutte contre le terrorisme” fait partie du quotidien. Au total, 7 000 soldats sont engagés pour “protéger, rassurer, dissuader”, auxquels il faut ajouter une réserve stratégique de 3 000 militaires. Mais que font-ils ? Comment travaillent-ils et qui sont-ils ?

En Auvergne-Rhône-Alpes, nos équipes ont pu suivre une journée au plus près de ces “militaires du quotidien”. Peu habitués à l’exercice, ils se sont confiés “avec pudeur et sincérité” pour vous raconter “ce qu’ils sont”. Des hommes et des femmes “prêts à mourir” devant un terroriste, à quelques kilomètres de leurs familles.

Avant de repartir patrouiller, les soldats nous expliquent leur mission | Lucile Petitjean – VL

Du petit matin au bout de la nuit, toujours sur le pont

Les soldats que nous rencontrons patrouillent “depuis 6h du matin”. Réunis dans une salle “en pause”, nous constatons rapidement une “très grande cohésion” entre ces hommes de 20 à 35 ans. Pour tous, Sentinelle est une mission “comme les autres”, de “protection des civils”“On a la même vigilance en France qu’au Mali” soulignent-ils. En patrouille plusieurs fois par jour, “à 2.5 km/heure”, leur “priorité” est “notre sécurité”.

En patrouille, le regard clair et précis, les militaires ne doivent rien manquer | Lucile Petitjean – VL

Contrairement à une idée reçue, une patrouille n’est “pas routinière” car “rien n’est imposé”.  Dans un soucis “d’efficacité”, chaque militaire “regarde dans une direction plus ou moins précise” explique un soldat. Par hasard, sous nos yeux, ils installent un “périmètre de sécurité” autour d’un “objet suspect” ; avant de “rechercher le dialogue”“Souvent, c’est de l’inattention mais on ne sait jamais”. Personne ne se rendra compte de la manœuvre.

“Mourir devant un terroriste ne nous fait pas peur” confie un militaire, “mais rater quelque chose, c’est la remise en cause de notre mission”. Arrêtés par des passants, les soldats nous montrent un autre aspect de Sentinelle ! “On est aussi guide touristique” sourit l’un d’eux. Plusieurs fois par jour, ces moments témoignent “d’un lien fort entre l’armée et la population”“C’est important car ça donne un sens à la mission” confient-ils.

Des militaires indiquent le chemin à un passant | Lucile Petitjean – VL

Des militaires marqués par les attentats de 2015

“Nous faisons de la lutte antiterroriste, pas du maintien de l’ordre” souligne le commandant de la planification des opérations. Si certains militaires estiment que “Sentinelle peut durer 30 à 40 ans'”, tous sont marqués par le attentats de 2015. “Bien sûr qu’on y pense”  lâche l’un d’eux, qui dit s’être “engagé juste après pour servir mon pays”, comme près d’un tiers des effectifs actuels de la mission, soit 10 000 militaires.

En plus d’impliquer “une absence du foyer”, Sentinelle oblige les soldats à suivre une “formation de remise à niveau”, “spécialement en droit”. En effet, les militaires interviennent “en appui des forces de sécurité intérieures”. “On ne fait pas ce qu’on veut même en cas d’attaque terroriste” résume un soldat, qui regrette “un manque d’exercice d’entraînement et de coordination” avec les forces de sécurité intérieure.

Si la proximité avec la population est importante, les militaires n’oublient pas qu’un terroriste peut surgir à chaque instant. “Les patrouilles sont aléatoires car on doit être imprévisible” souligne un homme en arme, qui explique “garder une distance de sécurité” avec les gens. L’objectif : “préserver l’intégrité physique” mais surtout “éviter que l’on puisse attraper les armes” dont un Famas de plusieurs kilos.

Mais “notre principale mission reste la dissuasion” tempère un soldat.

Un soldat en patrouille au milieu des familles | Lucile Petitjean – VL

Demain à 11h, découvrez la suite de notre immersion au cœur de la mission Sentinelle ! Conditions de vie, hébergements, salaires : les soldats se confient sur leur vie quotidienne.

A LIRE AUSSI

Le fils de Ben Laden, Hamza Ben Laden, dans le viseur des Etats-Unis

A Propos de l'auteur

Journaliste VL. Directeur du bureau de Lyon.
Continuez votre lecture
À la uneFootSport

Les trophées UNFP

À la uneActualitéBons PlansCultureÉtudiantSoiréesSortiesSportVie Étudiante

Plongez dans l'univers des ND4J rennaises

À la uneActualitéCultureSéries Tv

Game of Thrones, c’est fini…

À la uneActualitéFrancePolitique

Notre-Dame : la ville de Lyon renonce à verser son aide de 200 000 euros

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux