société

Interview – Guillaume Pley : « Je pense que c’est un peu un métier d’autodidacte »

Animateur radio, télé et maintenant web avec son émission Le QG qu’il coanime avec Jimmy Labeu, Guillaume Pley connaît comme sa poche l’univers des médias dans lequel il se sent comme un poisson dans l’eau. Guillaume pley a accepté de répondre à nos questions:

À quel âge et comment t’es venu cette envie de travailler dans la radio ?

Ça m’est venu à 18 ans lorsque j’ai passé le bac. À mon oral de commerce j’ai eu une très bonne note. C’était un sketch et les mecs m’ont dit « tu vas t’ennuyer en école de commerce tu devrais faire autre chose». Par hasard en allant visiter les stands d’écoles de commerce dans un immense hangar à Montpellier, il y avait un stand d’une école de radio où il y avait un mini studio. Deux jours après j’ai eu la chance de visiter une petite radio « littoral FM » près de Perpignan et ça m’a donné envie de faire ce métier.

Quelles études as-tu faites ?

J’ai fait une école de radio pendant un an, je n’ai pas terminé la saison car ce genre d’écoles où tout le monde apprend la même chose je ne suis pas un gros gros fan… Je pense que c’est un peu un métier d’autodidacte où tu apprends toi-même tes propres réflexes. Si tout le monde fais la même chose, apprend la même chose, il y aura plein d’animateurs qui se ressembleront et personne n’aura de savoir-faire à lui. Personnellement je me suis juste servi de l’école pour aller faire des stages à droite à gauche.

Quel a été ton premier poste dans la radio ?

Mon premier poste était chez Skyrock à Perpignan et ça m’a appris à faire de la radio pendant deux ans.

Quand des gens disent que la radio est un milieu instable où il est compliqué de percer, quel est ton avis là-dessus ?

En fait il n’y a pas de stable ou instable. Je pense que c’est stable, regarde ça fait 15 ans que je bosse tous les jours. J’ai eu quelques mois de chômage mais après je pense que si tu bosses dur…c’est comme tous les métiers il y a du boulot. Il y a beaucoup de radios en France, après tout dépend de ce que tu vises. Il y a des gens qui veulent travailler sur une radio régionale parce qu’ils veulent rester à côté de chez eux, parce qu’ils ont des enfants…Il y en a qui veulent venir à Paris parce qu’ils adorent Paris et qu’ils veulent faire de la radio nationale. Chacun a des envies différentes et ça dépend vraiment de ton envie à toi.

Tu animais ton émission Guillaume radio 2.0 sur Nrj entre 2011 et 2018. Peux-tu nous faire un top trois des meilleurs moments passés dans cette émission ?

Oh là là ! Tu sais quoi, je peux même pas te faire de top 3 c’est fou hein ! On va dire l’émission à Brest en numéro 3, on avait un grand public devant nous c’était génial. En numéro 2, un fou rire qu’on avait eu à l’antenne avec les pervers. Et en numéro 1 on va dire la blague sur les baguettes de l’Arménien.

Depuis le 11 avril 2019 tu animes une émission « Le QG » aux côtés de Jimmy Labeeu. Comment s’est faite cette rencontre ?

Cette rencontre s’est faite il y a 11 ans quand il est passé dans mon émission « Guillaume Radio Libre » sur NRJ Belgique. C’était un auditeur de la radio qui était très marrant. On s’est re-croisé et je me suis rappelé de ce mec il y a 11 ans…Je lui ai dit que j’allais faire une émission et je lui ai proposé qu’on la fasse ensemble.

Quel invité rêverais-tu de recevoir dans ton émission ?

Will Smith.

Où rêverais-tu de tourner une émission ?

Aux Bahamas le cul dans l’eau.

Related posts
Non classéSantésociété

L'impact positif du confinement sur l'écologie : l'arbre qui cache la forêt

À la uneActualitésociété

La question du jour : le « dropshipping », une pratique douteuse ?

À la uneInsolitesociété

La question du jour : pourquoi ne peut-on pas voir dans le noir ?

À la uneActualitéFranceSociétésociétéSociété

Déconfinement : comment utiliser son attestation de déplacement ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux