À la uneActualitéInternational

Irak : 1700 soldats chiites tués

Après la conquête d’importants territoires par les membres de l’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) la semaine dernière – mardi, mercredi et jeudi-, l’offensive a continué au Moyen-Orient. Un massacre chiite de grande ampleur vient d’être revendiqué par l’organisation djihadiste. 

1700. C’est le nombre de prisonniers que des djihadistes de l’EIIL auraient exécuté lors des derniers combats en Irak. Les victimes seraient des soldats chiites, membres des forces irakiennes. L’attaque aurait été commise cette semaine à Tikrit, la ville natale de Saddam Hussein, récemment tombée au main des Sunnites. Soutenus par des partisans du régime déchu de ce dernier, les djihadistes ont ensuite revendiqué les assassinats sur les réseaux sociaux, photos à l’appui, comme pour attester de la véracité de leurs propos. Les clichés ont été diffusés sur internet et directement attribués à l’organisation, qui a affirmé que les exécutions avaient été commises pour venger la mort d’un commandant djihadiste.

Un des tweets montrait la tête, coupée du corps d’un officier irakien. La photo, dont l’authenticité n’a cependant pas été confirmée, était accompagnée d’un message, tristement ironique: « C’est notre ballon… Il est fait avec la peau ‘Coupe du monde’ ». Un autre cliché montrait des hommes, penchés en avant. Présentés comme des soldats chiites habillés en civil, ils sont pied-nus et avancent en ligne sous la menace des armes des extrémistes sunnites. Dans une troisième photo diffusée le 14 juin dernier, des dizaines d’hommes sont allongées, en pleine campagne, face contre terre et mains derrière la tête, juste avant leur exécution.

Washington dénonce une revendication « horrible », qui « traduit la soif de sang de ces terroristes ». Selon la porte-parole du Département d’Etat américain, Jen Psaki, « l’un des premiers objectifs de l’EIIL est d’instaurer la frayeur dans les coeurs de tous les Irakiens et de semer la division entre les différentes confessions religieuses de sa population ». « Des terroristes capables de perpétrer des actes aussi abominables sont les ennemis communs des Etats-Unis, de l’Irak et de la communauté internationale » a t-elle ajouté dans un communiqué.

US-HONDURAS-DIPLOMACY

Dans un entretien à l’AFP, l’ancien émissaire international pour la Syrie Lakhdar Brahimi a estimé que l’offensive djihadiste était le résultat de l’inertie de la communauté internationale face au conflit qui fait rage depuis 2011 en Syrie.

Related posts
À la uneArtCinéma

On a redécouvert pour vous ... Frida, peinture d'un corps brisé

À la uneBrèvesSéries Tv

New York Unité Spéciale : un des scénaristes du spin off viré par Dick Wolf

À la uneEconomieFootFranceMédiasSport

Des abonnés de Bein et Canal exigent de se faire rembourser

À la uneInternational

Covid-19 : le Brésil franchit le cap des 30 000 morts

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux