À la uneActualitéCinémaCulture

Jane Campion présidente !

L’actrice Néo-Zélandaise Jane Campion présidera le 67ème Festival de Cannes en mai prochain. Elle sera la première réalisatrice ayant avoir reçu une Palme d’Or à présider la plus grande manifestation cinématographique du monde.

Crédits : Loïc Venance/AFP

Crédits : Loïc Venance/AFP

Mais pas la première femme à présider le jury ! Rappelez-vous en 2009, c’était à la sublime Isabelle Huppert que revenait la tâche de juger les réalisateurs en compétition. Le choix du président se fait sur la légitimité : ils doivent être rassurés sur le fait qu’ils seront jugés par une personnalité de renommée mondiale, dotée d’une excellente connaissance du cinéma et d’un bon discernement. L’année dernière, Jane Campion était présidente de la section du festival Cinéfondation. Cette section créée en 1998 par Gilles Jacob met en avant les nouveaux talents. Chaque année, elle sélectionne quinze à vingt courts et moyens métrages présentés par des écoles de cinéma de tous pays.

La Néo-Zélandaise avait remporté la Palme d’Or en 1993 pour son film « La leçon de piano », une œuvre au romantisme flamboyant, avec pour interprètes Holly Hunter, Anna Paquin encore petite, Harvey Keitel et Sam Nei. Anna Paquin obtiendra l’Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle.

[youtube id=”UTsnO_xUBCw”]

Jane Campion est née le 30 avril 1954 à Wellington, d’une mère actrice, Edith, et d’un père directeur de théâtre, Richard. Elle a suivi des études d’anthropologie dans sa ville natale avant de partir pour l’Angleterre et de voyager dans plusieurs pays d’Europe. C’est au début des années 80 que Campion s’intéresse au cinéma en prenant des cours dans une université spécialisée. En 1986, elle est déjà présente sur la Croisette avec son premier court métrage, intitulé “An Exercise in Discipline ; Peel”, qu’elle a écrit et réalisé. Elle obtient alors la Palme d’or du court métrage. Les organisateurs ne l’oublient et elle est sélectionnée en compétition officielle en 1989 pour son premier long métrage, “Sweetie”. Son film suivant “Un ange à ma table”, en revanche, se retrouve dans un autre Festival, à la Mostra de Venise, en 1990. Elle y obtiendra le Grand Prix du Jury.

Claire BELLAHSEN

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneFranceInternational

Escalade des tensions Franco-Turques après la publication d'une caricature d'Erdogan

À la uneEmissionsLes Prolongations

Les Prolongations #61

À la uneMédias

Eurovision Junior : "Move the world" le 29 novembre 17h sur France 2

À la uneCultureFranceLittérature

Alain Rey, figure mythique du dictionnaire "Le Robert" est mort

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux