À la uneActualitéInternational

Japon et Inde : peut-on y voir un jeu d’alliance?

 Mardi 2 septembre, le premier ministre indien Narendra Modi s’est rendu en visite officielle au Japon. Lors de sa dernière journée de visite, le chef d’état s’est adressé aux patrons d’entreprises à Tokyo lors de la conférence organisées par le groupe d’information économique Nikkei et l’Organisation japonaise du commerce extérieur.  

Rassurer les investisseurs et promouvoir la stabilité de son pays

Le chef d’état a affirmé vouloir solidifier et affermir l’image de son pays, s’engageant à une meilleure mise en place des infrastructures financières du pays,une amélioration du confort des foyers indiens.

“Les entreprises et les industries ont besoin de stabilité et d’un environnement de croissance. L’Inde est devenue un pays capable d’offrir les deux à la fois”, a assuré M. Modi à l’AFP.

Le premier ministre, Shinzo Abe, a répondu à ces déclarations par la promesse d’investissements publics et privés dans l’économie indienne. Le montant de ces fonds s’estime à une valeur de 3.450 milliards de yens, soit 25,2 milliards d’euros, dilués sur les cinq années à venir. L’argent sera injecté dans plusieurs domaines et viendra vivifier l’économie de domaines tels que les transports, l’énergie propre, la télécommunication, la sécurité de l’approvisionnement en eau, l’industrie agro alimentaire etc..

Une roupie indienne - Les investissements directs japonais en Inde ne sont pas une nouveauté, ce qui change la donne avec les dernières déclaration c'est le montant des sommes en jeux. Jusqu'à maintenant les investissements nippons annuels s'évaluaient à 1,5 milliards d'euros.

Une roupie indienne – Les investissements directs japonais en Inde ne sont pas une nouveauté, ce qui change la donne avec les dernières déclaration c’est le montant des sommes en jeux. Jusqu’à maintenant les investissements nippons annuels s’évaluaient à 1,5 milliards d’euros.

50 milliards de yens, soit 364 millions d’euros seront également prêtés à l’Inde et destinés à la mise en place d’infrastructures telles que des voies ferrées, des autoroutes et des complexes industriels. Le gouvernement nippon explique cette participation l’économie indienne comme traduisant sa volonté d’encourager le développement des pays émergents. Cet intérêt pour l’Inde s’explique par le potentiel représenté par le marché à la croissance très rapide, du pays émergent. La force de l’Inde c’est sa population, jeune et consommatrice qui peut alors permettre, dès lors, aux industries japonaises le manque à gagner intérieur dû au vieillissement de sa population et à la dénatalité.

“Géographiquement, l’Inde est neuf fois plus grande que le Japon et sa population dix fois supérieure”, a souligné mardi Osamu Suzuki, capitaine d’industrie pour qui “l’économie de cette nation est nécessairement amenée à croître”.

Stabiliser le marché et consolider la confiance des investisseurs est nécessaire au développement économique de la puissance émergente, qui a par le passé échoué à fournir une plate-forme économique viable au développement des entreprises.

Crédit APF : Le laboratoire pharmaceutique Daiichi Sankyo avait investi plusieurs milliards d'euros pour acquérir le géant indien des médicaments génériques Ranbaxy en 2008, mais a dû le revendre en avril dernier. La raison: les produits issus des usines de Ranbaxy ont été interdits aux Etats-Unis en raison du non respect de normes L'objectif de l'Inde est de montrer qu'elle est désormais fiable.

Crédit APF : Le laboratoire pharmaceutique Daiichi Sankyo avait investi plusieurs milliards d’euros pour acquérir le géant indien des médicaments génériques Ranbaxy en 2008, mais a dû le revendre en avril dernier. La raison: les produits issus des usines de Ranbaxy ont été interdits aux Etats-Unis en raison du non respect de normes
L’objectif de l’Inde est de montrer qu’elle est désormais fiable.

Une crainte face à l’expansion chinoise: la mise en place d’une alliance?

Depuis l’accession au pouvoir de Shinzo Abe, en 2012, les manifestations diplomatiques entre Chine et Japon se font rares, et Narenda Modi, en compagnie du premier ministre de l’archipel a d’ailleurs annoncé un rapprochement entre les armées des deux pays. « Partout autour de nous, nous percevons un état d’esprit expansionniste digne du XVIIIe siècle où il s’agit d’empiéter sur le territoire d’autres pays ou de s’immiscer dans leurs zones maritimes » Modi a t’il martelé lors de son discours aux investisseurs. Sous couverts de tournures bien pensées, le message du chef d’état n’a pas hésité à faire références aux récentes poussées territoriales chinoises.

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneInternational

5 éléments pour comprendre... l'ascension politique de Joe Biden

À la uneFranceSociété

Envoyé Spécial : les mordus du pain et la vie étudiante

À la uneActualitéInternational

USA : Les grandes dates de la présidence Trump

À la uneSéries Tv

Le reboot de la série espagnole L'internat arrive le 18 février sur Amazon

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux