La célèbre blogueuse Jenna Abrams serait une création de la « ferme à trolls » russe, aka des faux comptes créés pour influencer les résultats de l’élection présidentielle américaine. Cette farce a été découverte dans le cadre de l’enquête du congrès américain sur les interférences russes lors de la campagne de 2016.

En septembre dernier, Facebook découvrait le pot aux roses. Lors de la campagne présidentielle américaine de 2016, des achats à hauteur de 100 000$ de publicités de propagande avaient été faits au profit de Donald Trump. Le réseau social a dénoncé ces achats dans un communiqué publié le 6 septembre dernier. Selon Facebook, des millions d’américains seraient tombés sur l’une de ces publications. Dans un compte-rendu déclassifié publié en janvier 2016 par la communauté du renseignement des États-Unis, Vladimir Poutine autorisait les agences russes à influencer les élections américaines. Cette conclusion a été faite après une longue investigation lors des activités russes pendant les élections.

À lire aussi : Une ex-agent de la CIA veut racheter Twitter pour bannir Trump

Qui était Jenna Abrams?

Jenna Abrams s’est d’abord construit une image de jeune femme américaine drôle et féministe au franc-parlé. Elle a ensuite traité de sujets plus sérieux, comme l’immigration ou encore Donald Trump. D’ailleurs, tout juste avant les élections, ses tweets étaient plus portés sur la politique, montrant son rattachement à l’extrême droite.

Crédit : The Daily Beast

« Russia’s Clown Troll Princess » -The Daily Beast

Plus de 70 000 followers étaient accros à ses idées. Elle était même représentée et citée dans plusieurs articles venant de différents médias comme le HuffPost, BuzzFeed ou encore le New York Daily News. La réalité est toute autre. Son compte a en fait été créé par l’Internet Research Agency, organisation russe qui diffuse de la propagande sur Internet. Cette « troll farm », ou ferme à trolls, est basée à St. Petersbourg.

Jenna Abrams, un compte fake depuis le début

Jenny Abrams était connue pour ses punchlines sur Twitter. Le tweet le plus connu, mais maintenant supprimé, est la photo très controversée de Kim Kardashian posant nue. Sur un sujet plus sérieux, elle publiait un tweet qui avait fait le buzz sur l’esclavage et la ségrégation : « Pour ceux qui détestent le drapeau de la Confédération. Saviez-vous que le drapeau et la guerre n’étaient pas en rapport à l’esclavage, mais à l’argent. » Jeudi dernier, le Daily Beast publiait l’arnaque.

À lire aussi : Les publicités politiques seront désormais mises en évidence sur Twitter