ActualitéFootSport

Karim Benzema : le mal-aimé des Bleus

Benzema /@sebece Flickr

Après une sortie par la grande porte en Coupe du monde, les Bleus ont réussi à redorer leur image. Même si le groupe est désormais apprécié, les critiques concernant Karim Benzema resurgissent, à tort ou à raison ?

K comme Knysna

Depuis 2010, les Français semblent avoir pris en grippe Patrice Evra. A raison, puisqu’en Afrique du Sud il était capitaine d’une Equipe de France totalement désabusée et inconsciente. Seulement voilà, si les commentaires négatifs semblent s’apaiser le concernant (car il ne faut pas se leurrer : il est et reste le numéro 1 à gauche pour Didier Deschamps, Lucas Digne n’ayant pas son expérience et Layvin Kurzawa ne comptant pour le moment aucune sélection en A), la France aurait trouvé sont nouveau bouc-émissaire : son attaquant star Karim Benzema.

Depuis 2010, il est souvent accusé, à tort, de nuire à la sélection. Or, il n’a jamais fait partie des 23 qui ne sont pas descendus du bus, et pour cause : il n’avait pas été sélectionné ! Il s’agissait cette année de sa première compétition mondiale. Et pourtant, pour une première Coupe du monde, Karim donnait l’impression d’une sérénité presque étrange sur le terrain, habitué aux gros matchs en Ligue des Champions et peu impressionné en apparence. Les faits qui lui sont reprochés sont sûrement son silence et sa discrétion qui ne plaisent pas au public. Il est encore aujourd’hui catalogué comme étant ‘celui qui ne chante pas la Marseillaise’. Fort heureusement pour lui, il peut compter sur le soutien de ses fidèles, et, plus surprenant, de la chanteuse Rihanna, qui semble pour le moins avoir eu un coup de cœur footballistique pour le talent de l’international français à en croire ses tweets : “My baby Benze” & “I feel your pain @Benzema”

Karim Benzema /@actionlovers Flickr

Karim Benzema a du faire face aux critiques, mais a fait preuve de discrétion et a souvent répondu sur le terrain, avec le Real Madrid.

 

K comme K.O

Le public a souvent été divisé au sujet de Benzema. D’une part, on retrouve les amoureux du Gone qu’il a été et qui n’ont cessé de suivre son évolution. D’autre part, les supporters de l’Equipe de France qui n’ont pas suivi sa carrière ou qui se sont focalisés sur son passage à vide.
En 2009, il dispute huit des dix matches de qualification pour la Coupe du monde et marque deux buts. Pas assez aux yeux de Raymond Domenech qui lui préfèrera André-Pierre Gignac.

On le veut K.O après ses 1222 minutes sans marquer après son retour en Bleu. Il débloque son compteur sous l’ère Laurent Blanc et a une grande part de responsabilité dans la qualification des Bleus pour ce Mondial. Finalement “adulé” depuis France-Ukraine (il inscrit le deuxième but de la rencontre), il a su retrouver l’amour de la plupart des amateurs de football. A l’image d’un Florentino Perez confiant sur le potentiel et la qualité de Karim. Dans un documentaire consacré au lyonnais, « Benzema par Karim » (L’Equipe 21), le Président emblématique du Real Madrid confie qu’à son retour à la tête du club en 2009, il souhaitait l’arrivée de 3 joueurs seulement. Il s’est alors battu jusqu’au bout pour compter dans son effectif Kaka, Cristiano Ronaldo, et enfin… Karim Benzema. Se dire qu’il a été une priorité au même titre que deux géants du football prouve sa dimension internationale.

Mais il y a également deux rôles très importants dans la carrière de Benzema : Tout d’abord celui d’élève studieux, avec José Mourinho. Alors surnommé “El Gato“, le chat en espagnol, lors de son arrivée à Madrid pour caractériser sa retenue sur le terrain, il a été métamorphosé. En écoutant les conseils du technicien portugais, il a pu se faire une place de titulaire dans le onze madrilène en osant frapper au but et en jouant ‘collectif’. Par ailleurs, il y a aussi sa relation avec Zinedine Zidane, qui a pu l’encadrer, le guider dans le professionnalisme et l’humilité. Exemple qu’il reproduit désormais avec son coéquipier Raphaël Varane, le second français Madridista. L’avoir pris sous son aile lui a permis de créer un réel lien avec lui en Equipe de France et de transmettre ce que Zidane lui a appris.

Benzema Deschamps /@L'Equipe.fr

A l’image du sélectionneur Didier Deschamps, nombreuses sont les personnes qui ont su lui faire confiance.

 

K comme Kroos

Kroos, comme Benzema en Equipe de France, est un élément emblématique de la Nationalmannschafft. Le milieu de terrain allemand, contre qui les Bleus se sont inclinés, est pressenti pour signer au Real Madrid. Ironie du sort lorsque l’on sait qu’il devra alors développer des automatismes avec Benzema et composer avec celui qu’il a battu en étant passeur décisif sur le but de Mats Hummels (12’) vendredi dernier. Ce match est d’ailleurs celui qui a réveillé les pulsions négatives des supporters à l’encontre de Benzema. Un joueur pas assez impliqué dans les 90 minutes, qui a pris ce match trop légèrement et n’a pas su conclure les actions de ses camarades Pogba, Griezmann et Valbuena.

Malgré tout, à la fin de l’aventure Bleue à Ribeirao Preto, on a pu voir que le joueur le plus apprécié et dont le nom a été scandé par les supporters étrangers était (outre Valbuena) Benzema. Lors de cette Coupe du monde, il a été titularisé à cinq reprises sur 5 possibles, signe de la confiance que lui accorde le sélectionneur Didier Deschamps. Sur ses 450 minutes de jeu, il aura inscrit 3 buts au total, sans compter le CSC du gardien hondurien Noel Valladares, et le but du 6-2 face à la Suisse qui n’a pas été accordé par l’arbitre, sifflant la fin de la seconde période. Enfin, il ne faut pas oublier que Benzema a offert à la France l’occasion la plus concrète de ce match face à l’Allemagne, en toute fin de jeu, malheureusement repoussée par un Neuer très à l’aise.

 

K comme KB9

Benzema est avant tout le seul rescapé de la fameuse « Génération 87 ». Souvenez-vous, cette génération dorée qui était censée être l’avenir de l’Equipe de France. Raté pour tous les pronostiqueurs qui avaient foi en Ben Arfa, Menez ou encore le controversé Samir Nasri. On associe d’ailleurs souvent Benzema à ce dernier, même s’ils sont l’opposé l’un de l’autre. Notamment quant au palmarès… Karim Benzema c’est: 4 titres de Champion de France, 1 Coupe de France, 3 Trophées des Champions, 2 Copa del Rey, 1 Supercopa de España, 1 Championnat de Liga BBVA, et plus récemment 1 Ligue des Champions, titre suprême dont il a joué 10 matchs au cours desquels il a inscrit 5 buts. Il ne lui reste qu’un match en Liga pour passer la barre des 10000 minutes jouées. Sur 159 matchs il a participé à 113 en Liga BBVA, pour 72 buts marqués, preuve de son efficacité.

Cependant, lors de ce Mondial, nous avons pu découvrir un Karim de seconde période, bien trop relâché dans ses premières mi-temps depuis France-Equateur. Ses occasions, il se les est procurées en fins de matches, trop tard pour faire profiter son équipe de son talent. Le fait est qu’il n’apprécie pas jouer en ailier gauche et qu’il ne soit pas aussi agile qu’un Giroud en pointe, prouve qu’il n’est pas un “9” pur, comme on a l’habitude de l’appeler. En réalité, il serait plus judicieux de le renommer KB9,5, lui qui décroche et aide sans cesse au milieu de terrain. Il a d’ailleurs été élu provisoirement meilleur joueur de la compétition. Preuve que même sans marquer, Benzema peut être nécessaire; nul doute qu’il va continuer à faire parler de lui…

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneActualitéEnvironnement

Pollution : Une nappe d’hydrocarbures de 35 kilomètres au large de la Corse

À la uneActualitéInternational

Prix Pulitzer : Une récompense spéciale pour la jeune femme qui a filmé le meurtre de Georges Floyd

À la uneActualité

“Marche des libertés” : Une manifestation contre l'extrême droite se tient aujourd’hui à Paris

À la uneActualité

Invalides : Quelle était cette fête géante et clandestine ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux