À la uneActualitéFranceSociétésociété

La croisade d’un père de famille contre Airbnb

Deux ans après que son fils a frôlé la mort, Laurent Hosana rentre en guerre contre Airbnb qu’il tient responsable. Après que toutes les réclamations de la famille sont restées sans réponse, le père lance une action coup de poing : mercredi 26 et jeudi 27 septembre, neuf camions publicitaires ont roulé dans Paris avec des messages contre Airbnb.

En août 2016 les Hosana, les deux parents et leurs trois enfants, louent une villa a Ibiza. L’annonce précise bien qu’elle est “parfaite pour les enfants”. Or, dans la villa, des problèmes de sécurité évident apparaissent dès l’arrivée de la famille. Entre autres, un puit de dix mètres grand ouvert et des tiges de fer dans le jardin. A peine deux jours après leur arrivée, l’un des enfants, Sacha, 7 ans, tombe de la terrasse qui n’avait pas de garde-corps.

Le rein droit de l’enfant a été enlevé, provoquant une hémorragie interne, son foie a été fissuré. L’enfant doit passer une semaine en réanimation. La famille raconte son histoire sur le compte Twitter airSVP.

Les Hosana tentent de contacter Airbnb pour obtenir réparation et les inciter à vérifier les conditions de sécurité de leurs locations. Seulement la plateforme fait la sourde oreille.

Deux ans après, Laurent Hosana, le père de la famille décide de louer neufs camions publicitaires. Ils ont roulé dans Paris les 26 et 27 septembre. Sur les côtés on peut lire des messages comme “Quand un enfant, comme mon fils, a un grave accident à cause d’une location dangereuse, vous pourriez répondre, non?” Sous chaque message le hashtag #Airsvp demande aux autres victimes de locations Airbnb de partager leurs expériences.

À​ ​lire​ ​aussi: Vers une interdiction d’Airbnb au centre de Paris?

Related posts
À la uneActualitéEmissions

"Tout compte fait" : le scandale du suremballage des colis

À la uneActualitéInternationalSanté

Un Téléthon pour le climat récolte plus de 2 millions d'euros

À la uneActualitéFootSport

PSG-Real : un choc mais aussi une cascade de blessures

À la uneActualitéFrancePolitique

Quand Emmanuel Macron utilise une application pour surveiller ses ministres

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux