À la uneFranceSociété

La France peut mieux faire en mathématiques et en sciences

Education : la France peut mieux faire en mathématiques et en sciences

Selon l’enquête internationale Timms, les élèves français se classent en queue de peloton et affichent de piètres résultats en mathématiques

Le résultat n’est pas si surprenant, depuis un moment, le niveau des élèves français ne cessent de décliner. Selon l’enquête internationale Timms, réalisée en 2019, sur 4.186 élèves de CM1 et 3.874 élèves de 4e, les Français sont de mauvais élèves en mathématiques et sciences. Ainsi, les élèves de CM1 affichent les pires résultats de toute l’Union européenne en maths. Les élèves de 4e, eux, se classent avant-dernier parmi les pays de l’OCDE, devant le Chili. En tête du classement, on retrouve Singapour, Hongkong, la Corée du Sud, Taïwan et le Japon.

Dans l’étude internationale publiée mardi par l’IEA (International Association for the Evaluation of Educational Achievement), les élèves de CM1 affichent un score de 485 points en mathématiques et de 488 points en science. La moyenne internationale étant à 527 et celle des pays de l’OCDE est à 529. De plus, les Français affichent les mêmes résultats que lors de la précédente enquête du Timms en 2015. Ils n’ont ainsi ni progressé, ni régressé. Cependant, ils demeurent en dessous des moyennes des pays comparables au nôtre précise la direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance de l’éducation nationale (DEPP).

Un an de scolarité perdu en 24 ans

Les élèves de 4e n’avaient pas été évalués depuis 1995 par le Timms. Et le résultat est surprenant. Les collégiens de 4e en 2019 ont le même niveau que les élèves de 5e en 1995. De ce fait, en 24 ans, la France a perdu une classe en termes de niveau.

“Dans notre pays, les élèves ayant le niveau le plus faible en maths sont surreprésentés. Ils sont 15 %, contre 6 % des élèves au niveau européen. Et seulement 3 % de nos élèves atteignent le niveau avancé en maths, contre 9 % des élèves en Europe”, note Fabienne Rosenwald, directrice du service statistique du ministère de l’Education.

Mais les élèves français ont tout de même des points forts. C’est notamment le cas en géométrie ainsi qu’en statistiques et probabilités. En effet, les 4e sont moins mauvais dans ces deux derniers domaines. “Nos élèves ont des points forts en géométrie, mais des faiblesses sur les nombres et l’algèbre” ajoute F. Rosenwald.

Un problème de formation

Pour Edouard Geffray, directeur général de l’enseignement scolaire (Dgesco), plusieurs raisons peuvent expliquer ce faible niveau des élèves en maths. Notamment, le nombre d’enseignants ne bénéficiants pas de formation continue dans le domaine. “Les professeurs des écoles sont majoritairement issus de filières de sciences humaines ou sociales et rarement de filières scientifiques. Ils n’ont donc pas toujours la même aisance pour enseigner cette discipline”, indique Edouard Geffray. Avant d’ajouter “Quand les futurs enseignants arrivent en master et commencent à se former, la plupart n’ont pas fait de mathématiques depuis plusieurs années”. Il pointe ainsi une “forte corrélation” entre la baisse du niveau des élèves et le manque de formation.

Mais face à ces mauvais résultats, la France essaye de changer la donne. En 2018, l’Education nationale a mis en place le “plan mathématique“. Ainsi, 40.000 enseignants du primaire ont été formés sur les mathématiques. Autre point positif, l’amélioration de la formation continue. Le nombre de professeurs déclarant n’avoir reçu aucune formation continue en maths s’est fortement réduit. Ainsi, 23% des professeurs en 2019 n’ont pas reçu de formation en continue, contre 53% en 2015.

About author

Journaliste
Related posts
À la uneLa Loi des SériesLa loi des séries s'la raconteSéries Tv

La loi des séries s'la raconte : Les maîtres de l'univers, la série créée pour soutenir une gamme de jouets

À la uneActualitéBrèvesInternational

Une femelle rhinocéros meurt noyée après une tentative d'accouplement

À la uneActualitéInsoliteMusique

Nicki Minaj invitée à la Maison Blanche pour discuter sur la vaccination

À la uneActualitéÉtudiantFranceSociété

#Anti2010 : pourquoi les élèves nés en 2010 sont moqués sur les réseaux sociaux ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux